Forum - Six cents kilos d'or pur - Si j'aurais su...
Accueil
Forum : Six cents kilos d'or pur

Sujet : Si j'aurais su...


De Arca1943, le 5 janvier 2012 à 04:14
Note du film : 2/6

J'étais bien disposé – c'est vrai ! je le jure ! – à l'idée d'un bon petit film d'aventures à la française, duquel je n'attendais pas du tout la lune mais juste un peu de dépaysement, de suspense et – soyons modestes – un ou deux morceaux de bravoure, et je me suis accroché à celui-ci aussi longtemps que j'ai pu. Mais rien à faire, je suis venu, j'ai vu et j'ai été vaincu.

À l'exception d'Audrey Dana qui a visiblement réussi à y croire et que je souhaite retrouver sous de meilleures augures, le reste de l'équipe de comédiens m'a semblé pathétiquement amorphe. Je soupçonne toutefois que c'est moins leur faute que celle de la scénarisation. C'est franchement pas croyable à quel point les personnages manquent d'épaisseur, comme les dialogues sont insipides, comme les événements s'enchaînent mécaniquement.

Visuellement, c'est pourtant réussi ; on a du vert plein la vue ; et ce contexte de jungle, que je présume guyanais, est le plus adéquat point de départ pour ce genre de film. Mais c'est plat ! C'est laborieux ! Ça manque d'esprit, de mystère, de tension. Il y a une belle tirade de Patrick Chesnais contre l'or ; une scène d'assaut meurtrier presque au début du film qui est bien torchée ; la méchante compagnie Canadian Gold suggère assez évidemment la Barrick, une minière de chez moi sur laquelle planent des rumeurs pas jolies, jolies ; il y a une ingéniosité dans la mise en scène pour suppléer au manque relatif de budget côté pyrotechnique : et que les grosses explosions aient lieu hors champ, ou qu'on les voie seulement dans les reflets d'une portière d'hélico, ça ne me gêne pas du tout ; seulement voilà, lorsque Patrick Chesnais fait sauter un hélicoptère, tout ce qu'on trouve à lui faire dire c'est "Hé, hé, hé". Pas fort ! Pas fort !

Sur la fiche, je lis "Réalisateur et scénariste : Éric Besnard." Eh bien il doit s'engager un scénariste, m'sieur Bernard, et vite, car il y a manifestement urgence.


Répondre

De Impétueux, le 5 janvier 2012 à 20:17

Je ne me souviens pas même du titre de ce film, dont je me demande bien comment il a pu arriver au Québec !

C'est l'effet pervers du système français de financement du cinéma, qui permet par ailleurs l'existence (mieux que la survie !) de cet art/industrie ; comme une grande partie du coût du film est financé par la redistribution des recettes, l'obligation pour les chaînes de télévision de diffuser un quota d'œuvres françaises, la fiscalité intéressante des Soficas, on en arrive à tourner des trucs sans queue ni tête qui ne laisseront pas la moindre trace…


Répondre

De Arca1943, le 6 janvier 2012 à 02:50
Note du film : 2/6

Parce que cet art est également une industrie (vous connaissez mon leitmotiv : pas d'art sans industrie, no money no candy) c'est inquiétant de voir un film comme celui-ci être imbuvable. Une industrie du cinéma viable doit produire ce genre de film où on vole des lingots d'or avant de s'enfuir dans la jungle. C'est normal ; c'est une sorte de passage obligé, ce qu'on pourait appeler le tout-venant de base, et ce n'est pas censé être raté. Au contraire, c'est censé être un investissement sûr, non dans un truc impérissable, mais un produit basique qui met du beurre dans les épinards tout en divertissant son monde. Or, la grammaire la plus élémentaire du film d'aventures sujet-verbe-complément n'est pas au rendez-vous. À la limite, c'est un symptôme que quelque chose ne va pas en général.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter