Forum - Les Amants de Vérone - Les Amants peinent...
Accueil
Forum : Les Amants de Vérone

Sujet : Les Amants peinent...


De Gilou40, le 11 avril 2010 à 20:29
Note du film : 3/6

Non, Les amants de Vérone n'est pas un bon film…La vieille VHS était très, très fatiguée mais, pour autant, j'affirme que Les Amants de Vérone n'est pas un très bon film ! Il est pourtant encensé par beaucoup…

"-Il faut voir ça à tout prix !-" m'avait-on recommandé chaudement. Cayatte, la légende de Roméo et Juliette, Anouk Aimée, Brasseur père et Reggiani, Louis Salou, Martine Carol et les dialogues de Prévert, il y a avait de quoi se pourlécher les babines. Et c'est pleine d'espoir que je me suis installée devant le sequel de ce que Shakespeare a su faire aimer à la planète toute entière… Au milieu de l'océan de films sur "les amants" de tous poils, de tous horizons et de toutes religions, ceux là seraient-ils plus aptes à me faire chavirer ?

Pourtant, le film est bien construit. Et les nombreux extérieurs bienvenus nous donnent une bouffée d'air frais qui nous fait oublier les lourdeurs d'une réalisation pataude. Car la même réalisation nous offre des longueurs à faire bailler un Corse mort. D'accord, la première moitié du film est prometteuse. Bien enlevée, dirais-je même. Cette idée, pas plus mauvaise qu'une autre, de voir les deux doublures de Roméo et Juliette vivre à leur tour cet amour tourmenté est pour le moins originale. A un détail près : si j'avais du avoir un amant comme Reggiani, je serais devenue définitivement lesbienne… Pardon de tenir ce discours mais je ne sais pas vous expliquer autrement ce que l'on ressent quand on voit et on entend cet acteur, pourtant très prisé, jouer les amoureux transis… C'est à croire Anouk Aimée souffrait et de cécité et de surdité. A sa décharge, disons qu'elle débutait et peut être pensait-elle qu'un amant avait ce gabarit… Heureusement que plus tard, Marcello Mastroianni, Lino Ventura ou Trintignant lui enlèveront cette idée de la tête.

Si Prévert plane indiscutablement bien sur ce film, tous les autres protagonistes, Martine Carol en tête et en pleine gloire donnent tout ce qu'ils ont pour réussir ce qui aurait pu être un excellent film. Mais décidément non, la sauce ne prend pas. Cayatte a perdu la main. Sans aller jusqu'à évoquer une erreur de parcours, on ne reconnaît plus "sa patte". Et puis, ne nous le cachons pas : ce cinéaste qui à l'habitude de faire des films taillés à la serpe, manque pour le moins de finesse pour nous conter une histoire loin des tribunaux et de la justice bonne ou mauvaise. L’amour même désespéré, n'a rien en commun avec les codes civil ou pénal. L'amour, c'est l'affaire de Carné, de Max Ophuls, voire de Duvivier, mais pas de Cayatte. Et toute l'œuvre en souffre. Ça traîne en longueur, on frôle un peu la mièvrerie, et le tout reste plat.

Alors on s'ennuie. On attend… Et rien ne se passe, ou si peu. Et puis ils n'en finissent pas de mourir… Mais restons lucide : Ils auraient pu pousser plus loin dans le pathos, ils ne l'ont pas fait. Roméo et Juliette ont été mal, très mal doublés. Alors, peut-être suis je en train de commettre un crime en écrivant cela. Tans pis, jetez moi des cailloux ! Ces amants là ne m'ont pas fait frémir… Mais, aux dernières nouvelles, Anouk Aimée serait hétérosexuelle. On a eu chaud… Allez :3/6 pour le joli travail d' Henri Alekan quand même. Et puis, tout n'est pas à jeter non plus..


Répondre

De Impétueux, le 11 avril 2010 à 23:25

Reggiani plongeant nu dans je ne sais plus quelle rivière (mer, fleuve, lagune, mare, étang… je ne sais plus quoi, mais ses fesses me demeurent, si je puis dire, en tête !!!) est une des plus extraordinaires rigolades de mes presque soixante années de cinéphagie ! J'avais eu de tout temps un certain mépris pour le vertueux Cayatte, mais, après avoir vu ça, il y a trente ans, à la télévision, j'ai éprouvé pire : de la commisération…

Vous avez bien raison de vous moquer de cette boursouflure, Gilou !


Répondre

De Gilou40, le 12 avril 2010 à 00:04
Note du film : 3/6

Je me rends compte que je me fais corriger pas mal de fautes d'orthographe. Pourtant, je fais gaffe… Mais il faut toujours être partout en même temps, c'est pénible . Quand je serai avec Alholg, tranquille, à visionner les films de Renoir sur notre île, ça ira mieux !


Répondre

De Frydman Charles, le 31 janvier 2013 à 18:50

Dans cette adaptation de Roméo et Juliette par Prévert…J'ai relevé des jeux de mots qui n'auraient sûrement pas marché si la version originale avait été en italien : Prévert… verre, verrier, Vérone, vermine, Verdi… Mais ce ne sont peut-être que des coïncidences !

En ne retenant que les consonances en vers, euh en verre, on pourrait presque résumer le film ainsi:Angélo le souffleur de verre, le petit verrier de Murano, double Roméo dans "les amants de Vérone". Georgia a obtenu le rôle de Juliette en se faisant engager par Bettina Verdi. Amédeo, doux dingue, considère tout le monde comme de la vermine…Il finira par se révéler dangereux et tuera, entre autre, Angelo d'une rafale de mitraillette…Georgia finira par s'ouvrir les veines avec un morceau de verre…

Évidemment on aurait pu résumer le film autrement…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter