Forum - Circulez y'a rien à voir ! - j'ai vu quand même...
Accueil
Forum : Circulez y'a rien à voir !

Sujet : j'ai vu quand même...


De Gilou40, le 18 mars 2010 à 02:14
Note du film : 3/6

Du Patrice Leconte tout craché ! Et je ne crache jamais sur Patrice Leconte, qu'on se le dise. D'abord parce que c'est le sosie de mon toubib, et puis, depuis Les bronzés, à la plage ou aux sports d'hiver, , une vieille et éternelle reconnaissance s'est installée… Je lui ai pardonné Les vécés étaient fermés de l'intérieur et, surement reconnaissant à son tour, il nous a offert le merveilleux, le magique Tandem. Je crois que c'est sur le site de L'homme de Rio que notre ami Lagardère (ou êtes vous, Monsieur ?) disait qu'il pardonnait tout à Belmondo, après qu'il ait tourné ce film….

Et bien moi, après Tandem, je ferme les yeux sur tous les ratages de Leconte…Même sur le navrant et ridicule Une chance sur deux, c'est vous dire. Je considère Tandem comme un chef-d'œuvre. Mais nous ne sommes point là pour parler de ce tandem là, mais bien plutôt de cette pénultième oeuvrette sans prétentions, reflet de nos grands travers et nos petites qualités, – Il aurait pu tourner Pinot, simple flic (dans lequel il apparait une dizaine de secondes) ou encore Sac de nœuds-- qu'aime à nous pondre notre thuriféraire (ah ! je l'ai placé !) de Michel Blanc. Parce que, disons le, voilà un acteur qui lui doit beaucoup. Et inversement. On a souvent tendance à oublier que c'est un grand, Michel Blanc, un très grand…Le "réalisateur" attend encore, je le crois, son grand film. Et il ne saurait tarder. L'acteur aussi, peut être, mais lui a beaucoup, beaucoup donné…

On s'en fait trois, quatre avec Leconte ? Viens chez moi, j'habite chez une copine, Ma femme s'appelle reviens, Monsieur Hire, Les grands ducs….Et puis ce Circulez y'a rien à voir, sans grandes surprises. Avec un Michel Blanc, l'éternel handicapé de la drague, le "peignoir", comme disait Dominique Lavanant, qui encore et toujours cherche "une ouverture"….Après bien des manigances, il y en aura une auprès de Jane Birkin. Immuablement grande, maigre et marchant comme Lucky luke, s'efforçant de garder un accent anglais que je la soupçonne d'avoir perdu depuis longtemps, elle le fera courir le petit homme. Et je me demande encore comment elle a pu le préférer au beau Michel Robbe. Vous vous souvenez ? C'est lui, le tout premier, qui nous présenta "la roue de la fortune" à la télé. J'étais gamine …

Une vague histoire de tableaux volés, un petit flic blafârd amoureux d'une belle faussaire, un bélâtre qui va jouer à Clo-clo dans sa baignoire, voilà largement de quoi inspiré notre sympathique réalisateur.

On prend les mêmes et on recommence. Leconte n'a pas son pareil pour nous conter les aléas d'un citoyen lambda à qui tout peut et tout va arriver. Chroniques de la vie ordinaire, au pas de course. C'est juste sympathique, et c'est ça qui est bien. C'est d'autant plus sympa que l'on sait que ces acteurs là, Villeret en tête, savent faire autre chose…Et puis, pour ce film, comme pour ceux cités plus haut, on sent que "les copains" se font plaisir. C'est presque une affaire de famille. C'est chouette la famille !

A voir à défaut d'autre chose. Un sandwich à la main, en rentrant très tard du boulot, quand la maison dort. C'est fait !


Répondre

De Impétueux, le 24 novembre 2010 à 15:48
Note du film : 2/6

Ce n'est pas en rentrant tard dans la chaleur tranquille de la maisonnée que j'ai regardé hier Circulez y'a rien à voir !, mais à l'issue de la tonitruante victoire sur les Russkofs de mon cher et glorieux Olympique de Marseille sur le terrain synthétique et glacé de Moscou !

O-3, la messe est dite et la cause entendue ! De telles formidables émotions vous laissent l'âme sensible mais lasse, sans autre envie que de s'abandonner à un petit machin sans prétention, joué par des acteurs sympathiques.

Comme Gilou40, j'aime beaucoup Patrice Leconte, sa boulimie filmique sympathique, ses très très bons films et ses ratages absolus. Elle cite Tandem, qui est effectivement une merveille ; j'ai, moi, une dilection particulière pour Le parfum d'Yvonne, la plus juste adaptation de Modiano qui se puisse… et puis Monsieur Hire, La fille sur le pont, L'homme du train

Circulez y'a rien à voir ! est d'une autre veine, celle de la comédie légère, plaisante, enjouée, celle qu'avant la guerre on appelait de samedi soir, du temps où le populo se rendait la veille du dimanche dans son cinéma de quartier sans trop savoir ce qu'il allait regarder, seulement assuré de passer un bon moment de rigolade. Dans le même esprit, il y a Ma femme s'appelle Reviens ou l'assez bon Viens chez moi, j'habite chez une copine.

Circulez etc., que j'avais bien dû voir une ou deux fois, et complètement oublié, m'a paru bien poussif et même assez ennuyeux : l'intrigue ne fonctionne pas du tout et sa prévisibilité fait un peu bailler. Heureusement le doux regard bleu de Villeret est toujours aussi tendre et sérieux, et Michel Blanc, alors tout de même encore trop enfermé dans son personnage de râleur insupportable et hystérique est excellent. Jane Birkin birkinise à tout va. C'est à peu près tout, et ça suffit à peine, mais enfin, on a vu pire !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0053 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter