Forum - Madame Bovary - Réussi, âpre et cruel
Accueil
Forum : Madame Bovary

Sujet : Réussi, âpre et cruel


De PM Jarriq, le 23 mars 2009 à 11:49
Note du film : 4/6

Une adaptation réussie de Flaubert, dont l'équilibre doit beaucoup à la justesse du casting, et au refus de Chabrol de faire dans le joli. Son Madame Bovary est âpre et cruel, montrant constamment la sordide réalité de l'existence étriquée de la petite bourgeoise provinciale, rêvant d'une vie meilleure. L'opacité naturelle de Huppert rajoute des facettes au personnage, qui va du pathétique le plus poignant, à la bêtise la plus crasse, sans changement spectaculaire dans son jeu. Balmer, un petit peu trop caricatural dans la mollesse geignarde, est tout de même l'incarnation même du pauvre Charles, et Malavoy joue les "grands cons" avec verve. Yanne lui, se délecte d'un rôle de pharmacien gueulard, insensible, qui rappelle ses grandes heures avec Chabrol (Que la bête meure).

Certaines scories, comme une lumière pas toujours heureuse, des seconds rôles pénibles de l'écurie du réalisateur, une ironie grinçante et fielleuse qui bloque toute émotion, empêchent ce Madame Bovary d'être la version cinématographique "définitive" du roman, mais la course affolée d'Emma, abandonnée de tous, face à sa misérable réalité, son visage maculé de mort aux rats, hantent durablement la mémoire.


Répondre

De Impétueux, le 23 mars 2009 à 13:49
Note du film : 3/6

Puis-je vous chipoter un peu, PMJarriq, sur une de vos phrases ? (je n'ai pas vu le film) ?

Vous écrivez sordide réalité de l'existence étriquée de la petite bourgeoise provinciale, rêvant d'une vie meilleure. Il n'y a, dans le roman (et, j'imagine, dans le film aussi) qu'Emma qui rêve à une vie meilleure (ou espérée telle). Tous les autres, Charles, Rodolphe, Homais et tutti quanti sont précisément extrêmement satisfaits de la vie de cloportes graisseux qu'ils mènent…


Répondre

De PM Jarriq, le 23 mars 2009 à 13:54
Note du film : 4/6

Absolument. J'ai bien écrit "Bourgeoise provinciale", et non "Bourgeoisie", je pense que votre perplexité vient de là.


Répondre

De Impétueux, le 23 mars 2009 à 15:57
Note du film : 3/6

Mille excuses ! J'ai lu et écrit trop vite !

Je me disais aussi….


Répondre

De kfigaro, le 23 mars 2009 à 18:44
Note du film : 5/6

Il faudrait que je le revoie (et que je relise le livre, lu à l'école mais un peu oublié depuis) mais je me souviens en tout cas d'une interprétation impeccable, de décors soignés et d'une atmosphère très bien rendue (musique y compris).


Répondre

De DelaNuit, le 25 mars 2009 à 13:50

A comparer notamment avec la Madame Bovary de Vincente Minnelli récemment sortie en dvd zone 2 dans la collection Fnac.

Deux approches très différentes pour une même histoire de rêve et d'insatisfaction.


Répondre

De Frydman Charles, le 16 décembre 2020 à 09:34
Note du film : 5/6

Vers 38'18 Chabrol cite presque textuellement Flaubert :Lheureux (Jean-Louis Maury) : "une misère, une misère vraiment,rien ne presse , nous ne sommes pas des juifs". Le texte original etant :"Une misère, répondit-il, une misère : mais rien ne presse ; quand vous voudrez ; nous ne sommes pas des juifs !" Curieux personnage que Lheureux, comme le défini ce texte sur internet du site lewebpedagogique : "Flaubert, Madame Bovary Certains ont défini le personnge de Lheureux comme "l'amant négatif" d'Emma. Que pensez-vous de cette appellation?

Avec le personnage de Lheureux, Flaubert renouvelle le type traditionnel de l'usurier, tel que Balzac le représente avec les personnages de Gobseck ou du père Grandet. Ce n'est plus le stéréotype du banquier d'origine juive (Flaubert,de manière très ironique lui fait dire: "Nous ne sommes pas des juifs" dès sa première visite chez Emma, II partie chapitre V, p.169), mais c'est un commerçant, "un marchand de nouveautés", dont les affaires sont multiples, et qui est capable de faire de tête "des calculs compliqués à effrayer Binet lui-même". Ainsi son rapport avec Emma est-il complexe, au point que certains critiques ont pu le qualifier "d'amant négatif d'Emma". Pour expliquer cette formulation, nous évoquerons d'abord la figure du personnage comme celle d'un tentateur avant de voir que Flaubert l'associe systématiquement aux adultères commis par Emma. Enfin, nous évoquerons la violence du personnage qui trouve sa jouissance dans la destruction d 'autrui et contribue ainsi à la mort d'Emma, autant que Rodolphe ou Léon. Lheureux apparaît comme une sorte de figure diabolique, associée à la tentation et à la séduction. Par sa double origine "né Gascon, mais devenu Normand", il est d'emblée caractérisé par la ruse, le mensonge et la parole trompeuse: Flaubert parle de "faconde méridionale" et de "cautèle cauchoise". Cautèle: A.? DR. CANONIQUE. Prudence, réserve. Absolution à cautèle. Absolution* sous condition (attesté ds Ac. 1835-1878)." Jean Yanne incarne bien le personnage du pharmacien Homais , ambitieux, prétentieux, qui incite le Dr Bovary à pratiquer l’opération désastreuse du pied bot d’Hippolyte. Pseudo science de Homais qui s’improvise savant, pseudo science également vers 1 h 54 mn 22 s lorsque les huissiers d’apprêtent à saisir une tête phrenologique (conforme au roman) , mais y renonce car considérée comme un outil professionnel. La phrénologie était à la mode à l’époque.


Répondre

De Impétueux, le 18 décembre 2020 à 14:03
Note du film : 3/6

Si Wikipédia ne dit pas de sottises, le film de Claude Chabrol est la onzième adaptation au cinéma du roman de Gustave Flaubert et depuis sa sortie, en 1991, il y en a eu sept autres ! Adaptations, transpositions, recompositions, modernisations, peu importe : la puissance du roman est si incontestable qu'il a donné lieu à la création d'un type (comme Harpagon ou Alceste) et a mis le doigt sur la propension de certaines âmes à rêver le monde plutôt que le vivre ; sans doute est-ce plus un trait féminin que masculin, surtout lorsqu'il s'agit de sentiments, mais ce n'est pas exclusif à ce sexe.

Le film réalisé par Claude Chabrol est impeccable dans beaucoup de ses aspects : sans être trop décoratif, il est très bien soigné, presque léché : les décors normands, les costumes, l'atmosphère mesquine des bourgs, tout cela est parfaitement bien tenu et réussi. La distribution est de bonne qualité : on ne dira jamais assez qu'Isabelle Huppert est la première actrice française du dernier demi-siècle et sans doute une des meilleures de tous les pays et de toutes les époques. Jean-François Balmer dans le rôle de Charles Bovary, est niais et aveugle comme on l'imagine ; Jean Yanne, en pharmacien Homais, libre-penseur et satisfait avant tout de lui-même, tutoie l'obstacle, mais le fait avec vigueur. Je suis bien moins convaincu par le jeu de Christophe Malavoy, mièvre, et de Lucas Belvaux, grand réalisateur et piètre acteur, transparent. Et les rôles subalternes, si importants à l'âge d'or du cinéma, sont à peu près insignifiants (c'est pourtant eux qui forment les fondations, les trames, les structures d'un film).

Il me semble que le film de Chabrol manque d'un peu de vitriol pour être tout à fait convaincant ; c'est assez singulier pour ce qu'on sait de lui, jamais avare d'aigreur envers la bourgeoisie et les classes possédantes. Il avait pourtant avec le roman de Flaubert un terreau extrêmement riche et de quoi ricaner bien davantage que dans ses fables qui mettent en scène L'inspecteur Lavardin ; mais là il est comme impressionné par la réputation de l'écrivain et, alors qu'au cinéma, il aurait pu appuyer sur le trait, il est bien sage.

Par exemple il n'insiste pas assez sur l'infinie médiocrité d'Emma, qui n'aime personne – et, en premier lieu, qui ne s'aime pas -, qui n'a que dégoût pour son mari et sa fille et n'apprécie ses amants que pour lui permettre la rêverie qui est son état naturel. Si excellente qu'est l'interprétation d'Isabelle Huppert, on ne voit pas vraiment dans le film cette médiocrité structurelle. Le roman n'est pas le récit de la vie d'une pauvre jeune femme trompée par la vie et ses contingences, mais bien celui de la bassesse d'âme d'une imbécile qui n'a d'autre plaisir (on n'oserait pas dire d'autre ambition) que de vivre sa vie comme un roman.

Ce qui est évidemment difficile dans une Normandie grasse et ennuyeuse, opulente et gavée. Hypocrisie majuscule, impostures diverses, jactances de toute nature. L'ennui, c'est que la vie n'est certainement pas comme ça. Et tout va se passer dans la distance entre la vie rêvée et la vie subie. Emma n'existe que dans un monde de romans de chevalerie et ne veut pas comprendre que les hommes ne s'intéressent qu'à sa beauté et les fournisseurs qu'à son argent. Je trouve que Chabrol n'appuie pas suffisamment sur la vacuité du personnage.

Trop scolaire, trop bien élevé, pour un roman qui, lorsqu'il fut publié, mit un sacré coup de pied dans la bien-pensance et les certitudes de la société. Sans doute que la révolution flaubertienne est d'un si grand niveau que même les plus iconoclastes des galopins n'osent pas en montrer les abîmes.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0036 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter