Forum - Ouragan sur le Caine - Décès de Van Johnson
Accueil
Forum : Ouragan sur le Caine

Sujet : Décès de Van Johnson


De PM Jarriq, le 14 décembre 2008 à 11:01

Apparemment, Van Johnson vient de mourir.

C'est le genre d'acteur dont on ne se souvient jamais, dont on est à peu près incapable de citer un seul film, et qu'on croyait disparu depuis des lustres.

En forçant un peu, on peut se rappeler de son rôle de correspondant de guerre dans La dernière fois que j'ai vu Paris, de Richard Brooks.

RIP.


Répondre

De Arca1943, le 14 décembre 2008 à 15:43

Je me rappelle de lui amoureux de Deborah Kerr dans la première version de The End of the Affair, histoire d'un amour qui court à sa perte sur fond de Deuxième Guerre mondiale, d'après le roman de Graham Greene.


Répondre

De DelaNuit, le 14 décembre 2008 à 19:44

Je le revois en copain désabusé de Gene Kelly dans la comédie musicale fantastique Brigadoon de Vincente Minnelli, guère touché par le miracle de ce village perdu dans les brumes d'Ecosse et ne réapparaissant qu'une fois tous les cent ans. Personnage néanmoins incontournable, en contrepoint de celui de Gene Kelly, et dont l'action à un moment précis est déterminante.


Répondre

De verdun, le 12 août 2022 à 14:15
Note du film : 4/6

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, en plein océan entre San Francisco et Pearl Harbor, le capitaine Queeg (Humphrey Bogart), nouveau commandant du dragueur de mines "Caine", montre des signes de nervosité voire de paranoïa. Au cours d'un typhon, Queeg perd tout contrôle et se trouve relevé de ses fonctions.

Production de prestige ayant remporté un gros succès tant commercial que critique lors de sa sortie en 1954, avec à la clé sept nominations aux oscars 1955, Ouragan sur le Caine semble quelque peu négligée de nos jours.

Certes quelques aspects de l'oeuvre paraissent aujourd'hui démodés et superflus. Ainsi, l'histoire d'amour entre le jeune Keith (Robert Francis) et sa fiancée May (May Wynn) n'a guère d'intérêt. On peut regretter également l'éloge final envers la marine américaine quand bien même le concours de cette dernière était nécessaire à la réalisation d'un tel film. La forme a également vieilli, notamment le recours aux images d'archives ou aux maquettes pour la scène du typhon. Ajoutons une musique étonnamment anodine du grand Max Steiner.

Ces quelques défauts n'empêchent pas Ouragan sur le Caine de rester un film fort intéressant presque 70 ans après sa sortie. Le controversé Edward Dmytryk n'était pas, loin s'en faut, le meilleur technicien de sa génération, comme en témoigne la rigidité de la mise en scène, mais c'était un solide directeur d'acteurs comme en témoigne la qualité générale de l'interprétation, y compris de la part d'acteurs aussi inégaux que Van Johnson ou Fred MacMurray. Le film est surtout resté dans les mémoires pour l'étonnante création de Humphrey Bogart, inattendu dans le rôle d'un capitaine névrosé qui fait un drame pour le vol d'une portion de fraises ou fait rouler entre ses doigts des billes d'acier lorsque le stress l'envahit. L'idée d'engager Bogart pour ce contre-emploi est due au producteur Stanley Kramer.

Le scénario de Ouragan sur le Caine, moins théâtral qu'attendu en raison de la courte part accordée au procès des "mutins", soulève des questions toujours d'actualité. Queeg est engagé pour restaurer la discipline à bord du Caine, qui ressemble à un "un bazar de Singapour", mais sa volonté de mettre fin au laxisme ne lui fait-elle pas perdre de vue l'essentiel de sa mission, c'est-à-dire le bon commandement de son navire ? L'autorité ne cache t-elle pas la faiblesse ? Que peut faire une équipe face à l'incompétence et à la paranoïa d'un chef envers lequel elle est censée faire preuve d'une loyauté exemplaire ? La mutinerie ne peut-elle pas être une solution dans certains cas extrêmes ?

Ouragan sur le Caine est donc un grosse production hollywoodienne intelligente. Et cela manque de nos jours…


Répondre

De vincentp, le 5 avril à 20:08
Note du film : 4/6

4,5. C'est à la fois un film académique et sans surprise de son époque, et un bon film très plaisant à voir, agréable, avec de beaux décors intérieurs et extérieurs et des personnages bien caractérisés. Le cadre militaire de l'époque, bien planté (technologies ronflantes qui en imposent de la marine américaine, quartiers d'états-majors également imposants par leur architecture) est un point fort de cette histoire, mettant en valeur tout un système… L'esprit de corps qui règne au sein de l'armée est un thème très bien traité.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter