Forum - Faubourg 36 - Aprés les choristes...
Accueil
Forum : Faubourg 36

Sujet : Aprés les choristes...


De fretyl, le 12 septembre 2008 à 21:51

Ils récidivent… Il y'aura Pierre Richard, Jugnot, Donnadieu et Kad Merad bien sûr.
Je n'ai rien contre Kad Merad, mis à part qu'il n'y a pas un film Français, ou un événement télévisé qui ne soit fait sans lui. Il faudra que l'on m'explique pourquoi on s'acharne tant à nous le vendre.


Répondre

De Impétueux, le 5 octobre 2008 à 22:39
Note du film : 1/6

Je ne crois pas que j'irai voir ce Faubourg 36, dont l'intrigue bien-pensante et les intentions politiquement correctes ne me séduisent pas beaucoup… Peut-être en DVD…

Vous citez Duvivier et Carné ; je ne sais plus où j'ai lu un détail de scénario qui m'a également fait penser au Renoir du Crime de Monsieur Lange ; ce n'est pas parce que l'on mixe Romanée-Conti, Château Pétrus et Clos-des-Papes que l'on obtient forcément quelque chose d'intéressant au bout du compte…


Répondre

De Arca1943, le 20 mai 2009 à 01:44
Note du film : 4/6

Se demander si on retrouve Duvivier et Carné, ma foi, c'est placer la barre très haut et se ménager presque inévitablement une déception. Par contre, je dirais que je retrouve Barratier en mieux. Bien disposé à l'égard d'un cinéma populaire de qualité, j'avais bien aimé Les Choristes, mais ce Faubourg 36 marque selon moi une amélioration sur le film précédent. C'est tout à fait dans la même veine, cependant je crois plus à l'époque ici que là. (Notamment parce que je reste persuadé qu'une école de réforme française de l'immédiat après-guerre était un milieu beaucoup plus dur que ce qu'on voit dans Les Choristes).

La reconstitution historique est ici un peu plus élaborée, vu les exigences du sujet : par exemple on y tombe sur un bal musette de communistes, une assemblée de fascistes à la sauce Doriot (et ni l'une ni l'autre séquence ne sont plaquées sur l'histoire, au contraire elles en découlent fort logiquement). Et si le film a le côté bon enfant et surtout pas prise de tête qu'on attend de ce genre de spectacle, le regard porté sur cette fameuse année 36 est nimbé d'une touche d'ironie douce-amère qui confère beaucoup de charme à l'ensemble et fait contrepoids à un Paris évidemment idéalisé et schématisé. Mais bon, il est certain que je connais bien mal la France et que ceci explique pourquoi je m'y laisse prendre avec une indulgence amusée.

L'aspect musical du film est moins central que dans Les Choristes, mais très soigné : hommage à une forme disparue du divertissement populaire, avec des aperçus qui me semblent crédibles sur la transformation du music hall avant et après ledit Front populaire. En tout cas les pubs chantées d'avant-spectacle sont très amusantes !

Le tout regroupe une très bonne équipe de comédiens. Même si Gérard Jugnot ne se renouvelle guère – son personnage ressemble beaucoup à celui du film précédent – il est très bien, Clovis Cornillac est idéalement casté en prolo du théâtre, Kad Merad étonnant en mauvais imitateur, Bernard-Pierre Donnadieu très à l'aise en petit capomafia à la française, et surtout Pierre Richard magnifique en chef d'orchestre agoraphobe. Quant à Nora Arnezeder… ah là, là… soupir… Elle a un copain, vous croyez ?


Répondre

De Impétueux, le 26 décembre 2018 à 18:38
Note du film : 1/6

Je suis très surpris que notre ami Arca, dont les goûts sont presque toujours les miens et qui a un jugement très sûr, ait tant de bienveillance pour ce drôle de machin, vu hier à la télévision…

Christophe Barratier est le neveu de Jacques Perrin, ce qui n'est évidemment pas un reproche. Bien loin de là. Je pense même qu'il a puisé chez son oncle, auteur et narrateur des merveilleux Enfants de Lumière qui est un hommage virevoltant et délicieux au cinéma français, qu'il a puisé, donc, révérence et amour pour les films de l'âge d'or. Les choristes, avec Gérard Jugnot qui, voguant sur la vague rétro et la nostalgie des histoires simples et pures, ont connu un succès tonitruant, n'étaient pourtant que le pâle remake de la charmante Cage aux rossignols de Jean Dréville avec Noël-Noël. Barratier a voulu refaire le coup en réalisant Faubourg 36, picorant ici et là des bribes mal digérées, notamment de La belle équipe, mais aussi du Crime de Monsieur Lange et même de Quai des Orfèvres.

Mais là, ça ne marche pas du tout et ça débouche sur un onctueusement gras pathos humaniste, lardé de bons sentiments et d'orientations politiquement correctes, qui se déroule aux temps du Front populaire, présenté à la fois comme un moment quasi paradisiaque de fraternités diverses et une époque où s'accumulent en France les nuages noirs (j'entends par là que les nuages noirs – et même plus que noirs, comme aurait pu dire Coluche. – s'accumulaient bien, mais de l'autre côté du Rhin, ce dont se fichaient éperdument Léon Blum et sa clique. Lorsqu'on voit le machiniste Milou Leibovich, se prétendant Ancien de l'Armée rouge (alors qu'il n'a pas 40 ans dans le film !!!) venir prêcher la grève dans une blanchisserie, on se dit que les auteurs n'ont pas dû avoir le moindre conseiller historique, ou plutôt s'être tamponné le coquillart de la véracité.

Déjà disons que Faubourg 36 est tristement, médiocrement filmé, dans des décors bâtis par de sordides effets numériques dont on voit d'emblée la fausseté. Comment faisait Alexandre Trauner pour rebâtir en studio le canal d'Hôtel du Nord, l'immeuble d'angle du Jour se lève, les gazomètres des Portes de la nuit en donnant à ces sites-là un air d'authenticité impeccable ? Et comment de petits messieurs modernes ne parviennent-ils pas à donner en 2008 une image acceptable du Paris populaire ? Et puis Christophe Barratier a les mêmes tics que presque tous les cinéastes d'aujourd'hui : les caméras paraissent ivres, swinguant sans cesse entre les gros plans, dévalant à toute allure des escaliers, zoomant sans la moindre nécessité, se lançant dans des panoramiques idiots et surtout inutiles…

Venons en à l'anecdote, qui est d'une grande banalité (ce qui n'est pas, en, soi, grave, puisque la plupart des vies sont empreintes de banalité, ce qui est heureux) mais qui est, surtout terriblement prévisible. Le brave Germain Pigoil (Gérard Jugnot), machiniste et ravi de l'être dans un petit music-hall de faubourg, à force d'avoir une tête de cocu, s'aperçoit qu'il l'est amplement. Il demeure seul avec son petit garçon Jojo (Maxence Perrin) lorsque sa gourgandine Viviane (Élisabeth Vitali) le quitte. Et, manque de pot, le beuglant fait faillite, à cause notamment d'une sale affaire de spéculation immobilière menée par l'infâme Galapiat (Bernard-Pierre Donnadieu), homme de mains – qui plus est ! – d'une méchante ligue fascisante.

Que voudriez-vous qu'il fasse ? Qu'il reprenne, aidé de braves couillons d'amis, notamment d'un imitateur sans talent, Jacky Jacquet (Kad Merad), la direction du boui-boui, dans un grand élan d'économie sociale et solidaire. et que, malgré bien des vicissitudes, il se retrouve, in fine comblé par la confiance de ses amis et le talent des interprètes qu'il aura dégottés, notamment Douce (Nora Arnezeder), qui a un joli sourire et un petit, tout petit filet de voix qu'on ne cesse d'entendre couler.

Ce n'est pas un film qui vaille qu'on s'en indigne, assurément. Mais une telle médiocrité, avec quelques bons acteurs (Jugnot], bien sûr, mais aussi Donnadieu), c'est assez inouï.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter