Forum - Europe 51 - Le poids de la culpabilité
Accueil
Forum : Europe 51

Sujet : Le poids de la culpabilité


De Lolita_nie_en_bloC, le 11 janvier 2004 à 16:00

Europe 51 est un des très nombreux "beaux" films de Rossellini; il évoque une palette de sentiment, tels que la colère, l'injustice, la pitié, l'indifférence et l'écart creusé entre les riches et les plus pauvres… Ingrid Bergmann y joue une jeune femme qui entre le début et la fin du film sont en réalité deux personnages complètement différents. En effet, on suit l'évolution bien curieuse de cette femme bouleversée après la mort de son fils, on ressent la culpabilité de la protagoniste et on ne peut être qu'ému devant cette fin que nous propose Rossellini.

Le véritable enjeu du film est de montrer le monde des plus démunis, et la morale de l'histoire serait qu'il ne suffit pas d'avoir de l'argent et du pouvoir pour être heureux. On appréciera le passage dans lequel Ingrid Bergmann se glisse dans une usine et accomplit la dure labeur de passer une journée à travailler en tant qu'ouvrière. En conclusion, Europe 51 est une belle satire de la société, une belle leçon d'amour d'une mère pour son fils, pour les autres, pour elle même…


Répondre

De vincentp, le 8 juillet 2013 à 22:30
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Suite à une tragédie familiale, une jeune femme appartenant à la bonne société italienne prend le parti des déshérités, quitte son mari et le confort matériel. Europe 51, réalisé en 1951 par Roberto Rossellini, fait partie des grandes réussites de son auteur, et du cinéma tout court. A fois drame psychologique, chronique sociale et politique, ce long-métrage ancré dans la réalité de l'Italie de 1951 croise les genres, et déploie une large thématique. Réflexion théologique, sur la condition humaine, sur la société, de haute volée, située à hauteur d'homme, accessible au quidam. Les idées s’enchaînent avec brio, portées par des plans en noir et blanc magnifiques, suivant pas à pas l'héroïne dans sa progression physique et mentale, vers ce qu'elle imagine être l'accomplissement de son destin. La musique, extrêmement réussie, de Renzo Rossellini accompagne, nuance ou accentue les émotions de groupe ou individuelles, notamment celles de Ingrid Bergman dont l'interprétation est de très haut niveau.

Europe 51 semble dépasser les idées de Amore ou Stromboli. A une conception existentielle basée sur la souffrance et le sacrifice, se greffe ici la nécessité d'un engagement social conjugué à l'abandon de normes sociétales. Le chaos qui entoura la fin de la relation nouée entre Rossellini et Ingrid Bergman tend à rapprocher cette fiction de la réalité. Les premiers instants de Europe 51 mettent en évidence le talent du metteur en scène -parfaitement secondé par ses scénaristes- à analyser avec une forte économie de moyens, dans un temps réduit, le mode de pensée et d'action de ses personnages. On relève le procédé consistant à présenter des points de vue contradictoires, à creuser ceux-ci via des dialogues entre personnages de milieux sociaux et d'origine géographique différents. On admire le séquencement de cette histoire en chapitres, tous impeccablement assemblés, chacun d'eux ayant une consistance organique, avec leurs moments d'exposition, de réflexion, de distraction et d'émotion.


Répondre

De Impétueux, le 10 mars 2017 à 18:28
Note du film : 4/6

Je ne suis pas très à l'aise avec Europe 51 et pas seulement parce que le DVD proposé par Tamasa diffusion est d'une piètre qualité, très au dessous de la moyenne, avec une image souvent floue et de brusques variations d'éclairage ; on peut toutefois passer là-dessus, en le regrettant. Et si j'accroche moins , ce n'est pas de la faute d'Ingrid Bergman, que je n'ai jamais tenue pour une merveille de subtilité mais qui, là, trouve sûrement un de ses plus grands rôles et irrigue le film de sa première à sa dernière image.

En fait, c'est cette grande bourgeoise qui, à la suite de la mort de son fils après une tentative de suicide, abandonne sa vie dorée et sa famille pour aller vers de plus en plus de dépouillement qui me choque. Notons que déjà dans Allemagne année zéro un enfant désespéré se jetait du haut d'un immeuble et que, peut-être cet acte, ce cri pouvait appeler à autre chose. Notons aussi que les Onze fioretti de François d'Assise montraient l'intérêt de Roberto Rossellini, issu d'une famille bourgeoise très aisée, pour la spiritualité franciscaine et qu'il n'est pas très compliqué de retrouver dans le personnage d'Irène (Ingrid Bergman) des résonances et des références très claires.

Comme Irène, François a d'abord mené une vie mondaine et évaporée, une vie de jeune homme riche du début du 12ème siècle italien ; c'est à la suite d'une maladie qu'il change totalement de direction : et c'est après la dépression et la sidération ressentie après la mort de son enfant qu'Irène va s'ouvrir à un monde qu'elle ignorait absolument, que, littéralement, elle ne voyait pas jusqu'alors. Et de la même façon que François ne se préoccupe plus du tout de ce qu'il quitte, des conventions, des usages et des intérêts, jusqu'à commencer à distribuer les biens de son père, de la même façon Irène coupe graduellement les liens avec son mari, Georges (Alexander Knox), dont rien ne laisse penser qu'elle était lasse avant la mort de son fils, avec sa famille avec qui elle n'était nullement en conflit, avec son milieu social qui n'a rien d'odieux ou de particulièrement ridicule. Mais c'est vrai, un petit garçon (Sandro Franchina) est mort parce qu'il ne supportait plus que sa mère ne vienne pas tous les soirs l'embrasser longuement avant qu'il s'endorme, comme le petit Marcel Proust et qu'il tenait comme le plus beau moment de sa vie l'opération de son appendicite et les moments où où elle se souciait de lui…

Elle est désormais happée par l'Autre, par le besoin de se donner et de tout donner. Fort bien et on est ravi de la voir ouvrir les yeux sur la réalité de la vie des autres humains, Juliette (Giulietta Masina, impeccable) qu'on appelle Le moineau et qu'on pourrait tout autant appeler L'étourneau, tant elle est insouciante et légère, qui collectionne les enfants, les siens et ceux des autres, la jeune prostituée (Rossana Rory) qui meurt dans ses bras et toutes ces familles des taudis et des périphéries (qu'on retrouvera plus sarcastiquement et bien plus tard dans Affreux, sales et méchants). Mais on craint, précisément que l'Autre soit l'occasion, non le but.

Qu'est-ce qui l'anime en fait ? Sûrement pas comme le croit un instant son cousin, le journaliste communiste Andrea (Ettore Giannini), qui en est amoureux mais qu'elle regarde à peine, l'espoir de changer le monde. L'espoir de se changer, alors ? Ah, c'est là que pour moi les choses gâtent un peu et que l'imitation du Poverello d'Assise trouve sa limite… Alors que l'incompréhension du monde à quoi elle s'est arrachée l'a enfermée dans un établissement psychiatrique, Irène rencontre un petit prêtre, qui ne semble pas avoir une grande dimension spirituelle, ni une grande dimension humaine ; qui est simplement celui par qui elle va s'exprimer et dire la raison profonde de son retournement : L'amour que j'ai pour les autres naît de la haine que j'ai pour moi. Voilà qui est glaçant, épouvantable même, cette sorte de contrition masochiste, complétée par une autre phrase dans le même entretien : Plutôt se perdre avec les autres que se sauver seule. On est loin de l'amour de la Création professé par François.

En parlant d’Europe 51, j’ai sans doute trop laissé la part belle à ma conviction spirituelle profonde. Ce n'est pourtant qu'un film, grave et pénétrant, comme tout ce qu'a réalisé Roberto Rossellini.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter