Forum - De l'amour - Exercice de littérature appliquée
Accueil
Forum : De l'amour

Sujet : Exercice de littérature appliquée


De Impétueux, le 24 octobre 2006 à 23:40
Note du film : 4/6

Drôle de petit film, tourné sans grands moyens mais avec la vive et triple intelligence de Henry Beyle, dit Stendhal, de Jacques Laurent-Cély, dit Jacques Laurent, dit Cécil Saint-Laurent, dit Albéric Varenne et de Jean Aurel, dont j'ignore s'il avait un alias ou un pseudonyme.

Stendhal, donc, d'abord. Les ignares le croient auteur des seuls Le Rouge et le noir et de La chartreuse de Parme ; un grain de culture littéraire en plus, et on le sait auteur de romans inachevés, Lamiel et Lucien Leuwen. On le connaît moins dans l'autobiographe de La vie d'Henry Brûlard, dans le voyageur de France et d'Italie.

Comme le bonheur – donc l'amour – a été la grande affaire de la vie de ce monsieur à la mine grave, il a aussi composé une sorte d'analyse entomologique et de traité stratégique de la conquête et du déclenchement des affaires de cœur (ce qu'il appelle la cristallisation) : c'est précisément ce De l'amour dont un de ses grands amateurs, Jacques Laurent tire le film dont je suis en train de vous entretenir.

Jacques Laurent, muni de tous les dons et d'un des plus solides tempéraments de romancier qui se puisse, hédoniste à convictions et de conviction qui pour s'offrir le luxe de vivre comme il l'entend, mais aussi pour financer ses danseuses – en fait des revues insolentes et désengagées – Arts ou, surtout La Parisienne s'invente une nouvelle identité et, s'intitulant Cécil Saint-Laurent recueille un des plus fantastiques succès de librairie des Années Cinquante avec toute la série des Caroline chérie, dont l'adaptation à l'écran fera la gloire de Martine Carol.

Enfin, Jean Aurel, scénariste du Trou, dernier film de Jacques Becker, qui, en complicité avec Jacques Laurent, va réaliser des films de montage, 14-18 ou La bataille de France, puis des adaptations d'œuvres littéraires, Lamiel, Manon 70 et ce De l'amour, élégant exercice de style un peu vain, mais par instants étincelant d'esprit, réalisé dans le goût très français du marivaudage cynique et assez cruel.

C'est un film qui ne se conte pas, puisqu'il est tout dans les dialogues et les stratégies de conquêtes amoureuses. Dans cela, et dans la beauté des femmes : que les amateurs s'émerveillent : Anna Karina, la trop rare Joanna Shimkus et ma préférée, l'acide et divine Elsa Martinelli, ici nettement plus déshabillée qu'elle n'est dans Hatari, où je me désespère toujours que son bain avec les éléphanteaux ne soit pas plus… indiscret.


Répondre

De Frydman Charles, le 13 mars 2015 à 14:54

Je doute que Stendhal aurait comparait la conquête d'une femme à un combat de boxe, comme le fait le commentateur dans une scène au café….1er round, 2ème round…D'ailleurs la boxe du temps de Stendhal devait en être à ses débuts !


Répondre

De droudrou, le 13 mars 2015 à 17:07

et ma préférée, l'acide et divine Elsa Martinelli, ici nettement plus déshabillée qu'elle n'est dans Hatari, où je me désespère toujours que son bain avec les éléphanteaux ne soit pas plus… indiscret. dixit Impétueux…

Grand coquin ! Moi je me console avec l’humour à double sens et égrillard de « une nounou d’enfer » sur W9… vous verrez quand, comme moi, vous aurez 10 ans de plus !…


Répondre

De Impétueux, le 14 mars 2015 à 00:16
Note du film : 4/6

Il ne vous aura pas échappé, Charles Frydman que le film de Jean Aurel est une assez spirituelle adaptation au milieu du XXème siècle d'un essai paru en 1822 et que cette modernisation permet certaines libertés qui ne sont pas du domaine de la Lettre, mais de celles de l'Esprit.

Au demeurant, les combats de boxe ont commencé à sévir en Angleterre dès le XVIIIème siècle et Stendhal aurait pu en avoir vent. Mais il est vrai aussi que les règles qui, notamment, prévoient la division du combat en rounds datent de 1865, plus de vingt ans après la mort de l'auteur de De l'amour.

Quant à vous, Droudrou, je vous laisse à vos fantasmes singuliers ; je doute, d'ailleurs, que vous ayez déjà besoin d'être langé ! Souhaitons, vous et moi, que ça ne nous arrive pas trop vite et concentrons nous sur Elsa Martinelli !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0042 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter