Forum - Ashanti - Aventure et suspense
Accueil
Forum : Ashanti

Sujet : Aventure et suspense


De ericmaud, le 10 septembre 2006 à 16:14
Note du film : 6/6

Vraiment un film d'aventure et de suspense extraordinaire. Pourquoi un tel film avec une telle pléiade d'acteurs connus n'a t-il jamais vu le jour, même pas au bon vieux temps du VHS ?

Il faut absolument éditer ce film en DVD….


Répondre

De droudrou, le 10 septembre 2006 à 16:23

Je participe à la demande d'édition de ce film en DVD. Film de Fleisher, il doit posséder des qualités. La grosse question est de savoir pourquoi il n'a pas bien fonctionné lors de sa première diffusion dans les salles. Effectivement, il y a une pleïade de bons acteurs qui sont tous des valeurs (en principe) en termes de choix de leurs films. Il y a des choses qu'il est difficile de comprendre. Les réactions du public peuvent être parfois trompeuses tout comme les réactions des critiques. J'ai lu, par exemple, qu'aujourd'hui on dit beaucoup de bien du "Prisonnier d'Alcatraz" avec Burt Lancaster. A l'époque de sa sortie, époque où on était anti-américain par excellence, la critique avait rejeté ce beau film. Si, politiquement, en plus, Ashanti dérange quelque peu l'âme sensible de certains politiciens en exhibant des idées contraires à une certaine vision du monde à l'époque du tournage, on aura, une fois de plus, compris beaucoup de choses à l'Histoire des Civilisations telle que nous devons la lire…

J'en profite : si ma mémoire est bonne il y a un film de Fleisher qui se passe à l'époque de l'esclavage et qui a dû déranger quelque peu d'autant que les images en étaient relativement crues…


Répondre

De PM Jarriq, le 10 septembre 2006 à 16:55
Note du film : 2/6

Je l'avais vu à sa sortie, alléché par le nom de Fleischer et la qualité du casting. Hélas ! C'est assez catastrophique, comme les 3/4 de la filmo de Caine à cette période, d'ailleurs. Le réalisateur lui-même, dans ses mémoires renie Ashanti, qui a de plus été saboté au montage par le producteur. Mais qui sait ? Peut-être s'est-il bonifié avec le temps…


Répondre

De droudrou, le 10 septembre 2006 à 18:21

C'est bien là le problème. Le hic est qu'aujourd'hui, il est fort vraisemblable qu'au niveau des films de Fleisher nous n'aurions pas droit au "director's cut". Sans en changer la durée, on voit même que certains films remontés n'ont plus le même impact. J'ai en tête "Major Dundee" et "Pat Garret et Billy the Kid" de Peckimpah. Ce dernier, la première fois où je l'avais vu ne m'avait pas plu. Il y avait un je ne sais quoi qui ne cadrait pas. Quand il a été remonté, la vision en apparaissait quelque peu différente…


Répondre

De PM Jarriq, le 10 septembre 2006 à 19:17
Note du film : 2/6

C'est vrai, certains director's cuts, qui en sont vraiment (je pense à Blade runner, Pat Garrett que vous citez, Aliens, Heaven's gate entre autres) sont les seules versions valables des oeuvres en question. Rien à voir avec les remontages hâtifs exécutés par les éditeurs pressés de refourguer leur marchandise (Patriot).


Répondre

De droudrou, le 10 septembre 2006 à 20:45

Elève PM Jarrig, précisez-moi votre pensée à propos de Aliens. S'agit-il du 1er ou du 2ème opus ?

Amitiés. Pierre


Répondre

De Arca1943, le 10 septembre 2006 à 21:58

Je viens de me rendre compte que je confondais cet Ashanti que je n'ai d'ailleurs pas vu avec Ishtar… que je n'ai pas vu non plus ! Pourquoi pas un coffret programme double "Échec retentissant avec un gros casting" ?


Répondre

De PM Jarriq, le 11 septembre 2006 à 08:34
Note du film : 2/6

En réponse à droudrou : Le 2ème bien sûr. Le film de Ridley Scott ne prend pas de "S" à la fin. Et d'ailleurs son "director's cut" ne présente aucun intérêt, si ce n'est la mort de Skerritt, pas très bien fichue.


Répondre

De verdun, le 25 février à 22:46
Note du film : 3/6

Le docteur David Linderby (Michael Caine) et sa femme Anansa (Beverly Johnson) vaccinent un village de l'ouest africain. Anansa est enlevée par le marchand d'esclaves Suleiman (Peter Ustinov). David se lance alors à sa poursuite.

Comme presque tout ce qu'a réalisé Richard Fleischer après Mandingo (1975), Ashanti (1979) constitue une déception pour ceux qui ont de l'admiration pour ce cinéaste.

Au fond Fleischer, qui a succédé à Richard Sarafian, est-il vraiment responsable de cet échec artistique et commercial ? Au final, il semblerait qu'il a limité la casse, eu égard aux conditions catastrophiques de production: changements incessants de réalisateurs, réécriture du scénario au jour le jour, désistement de certains acteurs, dépassements de budget, chaleurs extrêmes durant le tournage, etc…

Le projet initial du producteur suisse Georges-Alain Vuille, à savoir une dénonciation de l'esclavage moderne, était des plus nobles.

Mais toutes ces bonnes intentions sont desservies par un scénario tripatouillé à plusieurs reprises, qui se révèle aussi superficiel qu'invraisemblable. Comment croire à l'histoire de ce médecin empoté, obligé de se faire assister par des hommes de terrain plus doués, qui se transforme soudainement, dans une dernière séquence hallucinante, en machine de guerre capable de délivrer sa femme prisonnière d'un groupe de pirates armés jusqu'aux dents ?

Il est difficile de croire à l'intrigue comme il est difficile de croire aux personnages, tant les interprètes témoignent d'un manque de conviction évident. Michael Caine, qui n'a cessé de fustiger Ashanti dans ses mémoires et ses interviews, traverse le film comme un zombie. A l'instar du Fleischer précédent, Le prince et le pauvre, on assiste à un défilé de stars fatiguées qui font un petit tour avant de disparaître sans explication: Rex Harrison, Omar Sharif et William Holden, lequel accepte de conduire un hélicoptère avant se faire tirer dessus et de s'écraser lamentablement. Seul le numéro extravagant de Peter Ustinov dans le rôle du marchand d'esclaves arabe amuse la galerie mais cette prestation accentue le manque de sérieux de l'ensemble.

Malgré ces énormes défauts, Ashanti se laisse regarder. Parce ce qu'à l'image de la prestation de Ustinov, l'ensemble est amusant et rigolo. Certaines séquences sont réussies, comme le domptage du chameau. La bande originale est jolie. Et les qualités visuelles du film sont indéniables: les paysages du Kenya, de la Sicile et d'Israël sont magnifiques et apportent la dose d'exotisme nécessaire. La photo d'Aldo Tonti est constamment magnifique et Fleischer est resté un maître dans l'art d'utiliser l'écran large.

En fin de compte Ashanti est une bande dessinée inepte mais divertissante et sauvée du naufrage absolu par le métier de Fleischer.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0036 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter