Forum - The Descent - Trouille majuscule
Accueil
Forum : The Descent

Sujet : Trouille majuscule


De PM Jarriq, le 11 novembre 2005 à 20:08
Note du film : 5/6

Le film est entouré d'une bonne réputation et Dog soldiers, film précédent du réalisateur était sympa, sinon tout à fait convaincant. Rien ne préparait à la réussite de ce film d'horreur improbable, qui se paie le luxe de changer de cap radicalement en plein milieu, pour passer du "survival" à la Délivrance, au film de terreur pure, mêlant Aliens au Orcs de Lord of the rings.

La photo est inventive et magnifique, les séquences d'action stupéfiantes de violence et d'efficacité et le cast d'inconnues est homogène. Difficile de trouver un défaut à The descent, qui s'il emprunte à droite et à gauche (l'héroïne par exemple subit le même parcours de Nicole Kidman dans Calme blanc) parvient à trouver sa propre identité avec brio. Bien mieux que de la série B.


Répondre

De Impétueux, le 14 novembre 2005 à 16:29
Note du film : 5/6

Je partage en tous points ce point de vue sur un film bien construit, bien mené, d'une réelle originalité (malgré les emprunts remarqués par PMJarriq à d'autres réussites cinématographiques, emprunts très habilement cousus de façon telle qu'ils se fondent très efficacement).

La peur s'insinue vite et bien, au bout d'un quart d'heure d'exposition où on n'est déjà guère à l'aise, et ne retombe plus jusqu'à la fin horrifique.

Peut-être y a-t-il dix minutes de trop et quelques orques superflus… mais qu'est-ce qu'on a les chocottes !


Répondre

De Freddie D., le 23 avril 2006 à 17:18
Note du film : 6/6

Grand film d'horreur, qui suscite une peur viscérale, physique, et parvient même à insuffler un peu d'humanité dans ses personnages. Le film prend aux tripes dès l'accident, au bout de quelques minutes (aussi surprenant qu'une séquence de Final Destination), et ne se relâche jamais, réussissant même l'exploit de passer en surmultipliée avec l'arrivée des monstres sub-terriens. Héritier de Alien (une femme – enfin plusieurs, en l'occurence – dans des tunnels, assaillie par les monstres baveux), The descent est un petit chef-d'oeuvre, techniquement bluffant, d'autant qu'on devine qu'il n'a pas eu le budget d'un blockbuster hollywoodien : une pierre blanche dans le genre horreur gore. Chapeau bas.


Répondre

De ludoreve, le 27 mai 2006 à 15:48

On se demande qu'elle va être l'histoire avec le début du film, mais aprés on ne pose plus de question et on se laisse aspirer par The Descent.

Un peu gore de temps à autre mais la peur vous reste attachée bien au fond.

Peut être une suite…


Répondre

De PM Jarriq, le 17 décembre 2006 à 19:44
Note du film : 5/6

Quelle est cette nouvelle édition "unrated" ? Le film est-il sorti censuré aux U.S.A. ? Ou également en Europe ?


Répondre

De little beaver, le 17 novembre 2007 à 19:29
Note du film : 1/6

je vote 1 pour contrebalancer des notes largement trop exessives à mon goût.

Quelle désillusion lorsque d'après vos avis je pensais retrouver enfin un film d'horreur innovant ou du moins regardable.

Mais quelle daube!!!!!!!!!!

il est certain que la prochaine fois que je vois une appréciation qualitativement bonne de votre part, je fuirai toutes jambes devant….

tous les codes rebutant de la série B sont là:

  • intro désastreuse: des meufs qui "pètent" un coup entre meufs… une scène sans rôle, sans rien
  • le seul moment quelque peu intéressant : le noir, la chlostro, l'inconnu…. sans rien apporté

par les personnages

  • des jeunes femme frêles qui se transforment en lara croft !!!!! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !
  • un non sens crucial de nos jours et qui ont fait les nouveaux bon films d'horreurs: quelque peu de réalisme: dites moi comment des "choses" peuvent ne pas s'apercevoir de la présence de sa proie alors qu'elle a sa patte posés sur sa figure… non mais on rêve, on pleure, on se met à se détester
  • des scènes piquées de partout: alien 3, predator, délivrance et même pas bien construit
  • une animosité entre certains personnages sans le moindre intérêt, bref, frd relations superficielles

entre les personnages et une intériorisation (le drame du couple) dont on est amené à subir sans rien ressentir

  • des codes de la spéléo (je n'en fais pas mais ça va de soi) qui ne sont même pas pensables.

Si ça c'est ça les femmes aujourd'hui, et je crois bien que dans certains cas cela peut l'être, alors là moi je dis, le féminisme est votre ennemi……………… bonne descente à tous


Répondre

De Impétueux, le 16 juillet 2009 à 23:08
Note du film : 5/6

Revue une nouvelle fois, The descent conserve, quoi qu'on en dise, toute son efficacité et je continue à trouver, à son niveau, impeccable son rythme, sa cohérence, la qualité de ses graduations ; c'est un film qui fiche les chocottes et qu'on n'oublie pas…

Je me suis amusé en revoyant le film, à essayer de détecter les influences et citations diverses qui l'émaillent et le rendent si efficace :

  • le cheminement, filmé d'hélicoptère, de la voiture, dans la forêt sévère et indifférente  ? c'est le début de Shining, bien sûr !
  • la vieille maison de bois vermoulue, en pleine nature ? est-ce que ça ne vous rappelle pas Evil dead ?
  • la Caroline du Nord, les Appalaches, cette partie des États-Unis archaïque, silencieuse, cafardeuse ? Délivrance, naturellement…
  • les silhouettes qui, furtivement, presque subliminalement, nous font comprendre avant les filles que ça ne se terminera pas bien ? La colline a des yeux
  • l'utilisation de l'infrarouge, comme porteur d'une effrayante réalité ? Le silence des agneaux, ou plus récemment, Rec

Et je suis sûr qu'il y a cent autres rapports…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0043 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter