Forum - Drugstore Cowboy - Critique
Accueil
Forum : Drugstore Cowboy

Sujet : Critique


De dumbledore

Bien avant Requiem for a Dream ou bien Trainspotting, il y a eu ce petit film indépendant, Drugstore Cowboy, de ce réalisateur passionnant et inégal qu'est Gus Van Sant. Le film est fort d'une simplicité très pure, et construit en deux parties : l'errance due a la drogue et la tentative pour se décrocher de la came. Cette simplicité prend une grande force car derrière, il y a une réalité très présente, très documentaire de la drogue et des trips. Le réalisateur essaye ainsi, autant que faire se peut, de nommer les drogues, de les montrer, de les expliquer, comme si cette réalité là (ou ce réalisme plutôt) était élaborée pour faire passer l'histoire à proprement parler, histoire de personnages comme il se doit, histoire qui finalement, n'a que peu de choses à voir avec la drogue.

Car il est évident que faire un film sur la drogue, sur les drogués n'intéresse pas de prime abord Gus Van Sant. Ce qui l'intéresse est ailleurs, dans le domaine de la détermination de la drogue : la société.

Pour lui, la drogue (ou toute conduite addictive) est créée, entretenue par une société écrasante. La drogue est un moyen d'éviter d'y entrer, un moyen de continuer à être un petit enfant qui n'a pas à se soucier des réalités. Heureusement, ce discours réussit à éviter l'apologie de la fuite car le personnage principal est aussi conscient que cet évitement est mortifère, dangereux, et il comprend que finalement, vivre dans la société (avoir son boulot, sa maison, sa vie, c'est bien après tout) est un moindre mal…

Le film est aussi l'occasion de voir Matt Dillon dans un grand rôle et de découvrir toute l'étendue de son talent. On ne peut qu'en ressortir déçu, déçu de voir qu'il n'a pas eu la carrière qu'il aurait mérité d'avoir. C'est le même cas pour une autre actrice de ce film : Kelly Lynch qui fait preuve d'un charisme et d'une puissance rares… Finalement, le seul comédien qui sortira vraiment du lot sera le second rôle féminin : Heather Graham toute jeune, un peu potelée, mais qui, déjà, crève l'écran.


Répondre

De steph, le 13 janvier 2004 à 13:11

Bonjour, je n'ai pas eu le temps de noter les titres des musiques du film. Quelqu'un les connaît-il ?

Merci !


Répondre

De steph, le 18 janvier 2004 à 21:51

merci beaucoup, c'était "The israelites" de desmond dekker que je cherchais.


Répondre

De Torgnole, le 24 novembre 2008 à 10:43
Note du film : 5/6

A noter la présence non négligeable de William S. Burroughs dans un rôle de vieux prêtre toxicomane, écrivain de Junky et de l'halluciné Festin Nu adapté par Cronenberg, après une vie singulière et mouvementé (Le 6 septembre 1951, en voyage à Mexico, Burroughs, ivre, tue accidentellement sa femme d'une balle en pleine tête alors qu'il essayait de reproduire la performance de Guillaume Tell), tournant principalement autour de la drogue, il décède Presque dix ans après le tournage de Drugstore Cowboy à l'âge de 83 ans.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter