Forum - Chambre avec vue - Amour, liberté et Toscane
Accueil
Forum : Chambre avec vue

Sujet : Amour, liberté et Toscane


De Carabine, le 23 juin 2005 à 18:10
Note du film : 6/6

CHAMBRE AVEC VUE : un des plus beaux films sur l'amour, la liberté et la Toscane.


Répondre

De vincentp, le 5 mars 2020 à 15:34
Note du film : 5/6

Chambre avec vue date de 1985, soit il y a 35 ans, et le cinéma a depuis évolué. Porter un avis aujourd'hui sur cette oeuvre est un exercice délicat. On dira que la forme est irréprochable, côté costumes, décors, photographie, et sans doute appréciable sur grand-écran. Le fond est plus discutable. Le film met l'accent sur le poids des normes sociales, contenant les élans du coeur. Pourquoi pas. C'est bien fait, bien traité. Mais il manque à mon sens le quelque chose qui produit des oeuvres cinématographiques marquantes. Le trio à l'origine de ce film Ismail Merchant – James Ivory – Ruth Prawer Jhabvala semble un peu inhibé par le sujet et déroule une oeuvre cinématographique sans grande originalité, conventionnelle, ne tirant pas forcément le meilleur des acteurs, ou du sujet de départ, avec de l'émotion un peu forcée. On peut s'ennuyer. On a clairement affaire à de bons auteurs, pas de grands auteurs, comme pourraient l'être par exemple un David Lean (La fille de Ryan) ou un Satyajit Ray (Charulata). Au final, Chambre avec vue fait partie des œuvres d'auteurs intéressantes, maîtrisées, de qualité, mais sans trait de génie particulier.


Répondre

De Impétueux, le 5 mars 2020 à 17:40
Note du film : 4/6

·=Chambre avec vue] date de 1985, soit il y a 35 ans, et le cinéma a depuis évolué. Porter un avis aujourd'hui sur cette oeuvre est un exercice délicat.

Qu'est-ce que vous voulez dire par là, Vincentp ?

Le roman d'un tricheur, Le crime de Monsieur Lange, La belle équipe datent de 1936 ; Quai des brumes de 1938… Et à l'étranger, M le maudit date de 1931, Les chasses du comte Zaroff de 193, Top hat de 1935…. Et je pourrais pousuivre ad libitum

Est-ce que ces films ont pris une ride, même s'ils ne sont pas en couleurs, sans son invasif et sans effets spéciaux spectaculaires…

???


Répondre

De Impétueux, le 9 mars à 15:27
Note du film : 4/6

Voilà un film charmant, intelligent, subtil, raffiné, plein de la grâce extrême de notre merveilleuse civilisation européenne à la fin du 19ème siècle. Mais pour autant un film qui ne me laissera sûrement pas davantage de souvenir que celui de l'arôme fugace et subtil d'une tasse de thé de belle origine ou celui d'une rose d'automne d'Angleterre. C'est d'ailleurs souvent ainsi lorsque la perfection des images, des décors, des costumes, des atmosphères et la qualité solide des acteurs prend le pas sur le fond du sujet. Et puis il ne faut pas méconnaître que la singularité de la civilisation britannique, ses rapports de classe très marqués, très différenciés, son puritanisme éclatant, son goût pour la litote (le fameux understatement anglo-saxon) nous donne presque une sensation d'exotisme…

Ainsi une brève remarque préalable et narquoise : voit-on, dans Chambre avec vue un petit regard sur les classes laborieuses ? Pas le moindre ! Sur les domestiques, alors nombreux et omniprésents ? À peine. Seulement – et il est bien possible que le réalisateur du film, James Ivory ait inclus ainsi une image presque subliminale – ce qui est presque un clin d'œil : à un moment donné, l'héroïne, Lucy Honeychurch (Helena Bonham Carter) et son frère Freddy (Rupert Graves), chahutent et se chamaillent dans un couloir de leur belle maison, sous le regard amusé de Cecil Vyse (Daniel Day-Lewis), le fiancé de Lucy ; arrive du fond du couloir une jeune servante mince et fragile portant sur un plateau je ne sais quelle préparation ; elle ondoie en silence et sans sourire pour ne pas gêner le jeu des maîtres. C'est tout et ça suffit pour montrer un espace peu imaginable sur le Continent.

Donc dans l'Europe policée d'avant l'orage (on est en 1907), deux Anglaises munies de leur indispensable Baedeker, Lucy et Margaret Bartlett (Maggie Smith), sa cousine bréhaigne et pauvre qui lui sert de chaperon, passent quelques jours à Florence, dans une pension de famille et y rencontrent une faune curieuse et disparate, au premier rang de qui les Emerson, le père (Denholm Elliott) et le fils George (Julian Sands) et les vieilles sœurs Alan, Catharine (Fabia Drake) et Teresa (Joan Henley).

Il est difficile pour un réalisateur qui connaît un peu son métier et dispose d'un bon chef opérateur, de rater l'enchantement des promenades toscanes où les touristes britanniques découvrent le charme puissant des pays du Sud. Et leur atmosphère de sensualité qui les baigne et pousse George, libre-penseur comme son père et comme lui disposé à céder aux appels de la nature, à embrasser, lors de'une promenade ensoleillée, Lucy, toute surprise de se rendre compte qu'elle n'attendait que ça.

Retour à la campagne anglaise, dans le Surrey, dans une de ces belles propriétés confortables, à pelouses bien tondues, à fauteuils confortables et à cheminées rassurantes. Lucy se fiance à un riche esthète, Cecil (Daniel Day-Lewis) qui n'en est pas plus amoureux que ça, que les femmes au demeurant n'intéressent pas plus que ça (non plus que les hommes d'ailleurs), mais qui s'en parerait volontiers. Patatras : inopinément, le père et le fils Emerson deviennent leurs voisins.

Il n'est évidemment pas très compliqué d'imaginer la suite, plutôt bien amenée par des péripéties qui n'ont rien d'invraisemblable ; en tout cas qui ressemblent assez bien à celles que, cent ans auparavant, développait Jane Austen (Orgueil et préjugés, Raison et sentiments, etc.). C'est que le monde bien élevé n'avait pas changé tant que ça en un siècle et qu'il a fallu le cataclysme de la Grande guerre pour modifier les rapports sociaux et déchiqueter la courtoisie et la bonne éducation.

Et j'y reviens, images admirablement composées, élégance du filmage (avec ses intertitres décoratifs et souvent facétieux), musique parfaitement adaptée (notamment le Puccini de l'opéra Gianni Schicchi), mais, en fin de compte, quelque chose comme un tout petit peu de cet ennui distingué dispensé par un dimanche de pluie en Angleterre.


Répondre

De vincentp, le 9 mars à 22:33
Note du film : 5/6

Bref, vous dites dans votre langage proustien la même chose que moi : ce film est légèrement ennuyeux. A mon avis, parce que trop typé années -80.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0050 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter