Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Ne fait pas dans la dentelle


De droudrou, le 16 mai à 05:07
Note du film : 4/6

En découvrant ce film j'ai pensé au film de Otto Preminger Le Cardinal dans lequel le père Stephen Fermoyle fait ses débuts à l'évêché de Boston administrée par un évêque pour qui comptent les résultats financiers de son évêché avant de devenir par la suite secrétaire du Cardinal Glenon. ici nous sommes au sein d'une administration qui manipule sans scrupule ses subordonnés – tous les coups sont bons et seules comptent les ambitions !

Pour une fois j'ai accepté Robert de Niro donnant la réplique à Robert Duvall.

Pour résumer : je ne regrette pas ma découverte.


Répondre

De Impétueux, le 8 mai à 15:28
Note du film : 4/6

D'un réalisateur dont je n'avais jamais entendu parler, Ulu Grosbard et sur un thème identique à celui du célèbre Brian De Palma, le mystère de la fille coupée en deux qu'on a surnommée Le Dahlia noir, voilà un film intéressant, innovant, original, plein de retournements et d'originalités. Le fait d'en placer l'intrigue – c'est-à-dire le martyre des pauvres filles manipulées, violées, torturées par des potentats qui se croient (et sont souvent) au-dessus des lois – au milieu de douteuses manigances de l'Église et les ambitions immobilières d'un Archevêché californien donne, de surcroît, un peu de piment supplémentaire à l'intrigue.

N'allons pas trop dans le dithyrambe : le conflit fraternel et affectueux entre deux frères, l'un, l'inspecteur Tom Spellacy (Robert Duvall) destiné à nettoyer l'égout des écuries d'Augias californiennes, l'autre l'évêque auxiliaire Desmond (Robert De Niro), promu par sa subtilité, son onctuosité, son habileté aux plus hautes fonctions ecclésiastiques est une des pratiques habituelles du cinéma de genre étasunien, celui qui incline le romanesque ou même le mélodrame.

On voit bien d'emblée combien les deux frères, si affectueux et fondamentalement proches qu'ils sont, ont des destinées différentes et des manières différentes de voir les choses. Le premier est un de ces flics rogneux, grincheux, agressifs, violents, brutaux qui font la trame de tous les mêmes personnages du style ; le second est policé onctueux, subtil, prêt à beaucoup de compromissions pour assurer la domination de l'Église, qu'il considère, finalement, comme si elle n'était qu'une grande entreprise qu'il s'agirait de faire triompher de ses concurrents.

Le premier s'est longtemps compromis dans des affaires louches de prostitution et de magouilles immobilières avec le désormais important notable Jack Amsterdam (Charles Durning) devenu un des personnages les plus influents et les plus riches de la communauté catholique de la contrée. Le second, dont la vocation n'est pas assurée et la Foi superficielle, accomplit souplement une carrière ecclésiastique brillante au sein de l'Archevêché, auprès du Cardinal-Archevêque Danaher (Cyril Cusack), qui lui fait entièrement confiance et lui sait gré d'avoir rendu prospère un diocèse qui ne l'était pas, grâce à son habileté de négociateur et à la souplesse habile de ses cheminements.

L'enquête policière est aussi complexe (mais moins confuse) que celle qui est menée dans le Dahlia noir de Brian De Palma, tourné 25 ans plus tard. Deux films inspirés – parmi d'autres – par une affaire criminelle inscrite dans la mémoire collective des États-Unis, le meurtre jamais élucidé d'Elizabeth Short. Une pauvre fille dont le corps torturé, mutilé et exsangue été découvert dans une décharge le 15 janvier 1947. Un peu figurante, un peu prostituée, un peu actrice porno. Dans la réalité, on n'a jamais retrouvé le ou les coupables.

Le film de Ulu Grosbard est beaucoup plus explicite : il relie l'assassinat à un petit groupe de viveurs, de riches débauchés se refilant des filles faciles mais dont le tueur effectif est en fait, mort dans un accident de voiture peu après le meurtre. Mais ce qui est intéressant c'est l'entrecroisement de l'enquête avec les relations tortueuses des deux frères et parallèlement les complexes situations nouées par l'Église avec de riches donateurs dont tous sont loin d'avoir la conscience nette.

La qualité du jeu de Robert De Niro tout autant que Robert Duvall et des autres interprètes. Bien monté, bien rythmé, d'une complexité séduisante, Sanglantes confessions me semble n'avoir pas eu de grande renommée ; c'est bien regrettable.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter