Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Nanar


De Lagardère, le 8 septembre 2008 à 16:46
Note du film : 3/6

Enfin, on devine le tollé qu'un film pareil provoquerait de nos jours en France si un réalisateur suicidaire décidait de réaliser le même film à Mantes la Jolie ou à Argenteuil.

Ils l'ont fait, mon p'tit camarade, à peu de choses près…Ca s'appelle : Banlieue 13…Et ils ont fait péter le box office auprès de tous les tarés de notre société…


Répondre

De fretyl, le 7 septembre 2008 à 23:11
Note du film : 2/6

Je viens de revoir à l'instant ce délicieux nanar qui a acquis avec les années une renommée internationale par son traitement de l'extrême violence au bazooka.
Impossible de ne pas penser que Winner a bel et bien derrière la tète des convictions politique vertigineuses, le film est nettement militant en faveur de la libre circulation des armes à feu dans les métropoles Américaines, le film prône sans aucun complexe l'autodéfense ; réglons la violence par la violence est le message du film.
Plusieurs répliques vont dans ce sens là, le flic dit à Bronson Les armes à feu sont interdites à New York, comme s'il s'agissait d'un scandale d'état et lorsque Charles Bronson interroge un beauf Américain sur le rôle de la police face à la violence, celui-ci répond La police ? elle colle des pv sur nos voitures (!) le succès de ces répliques sont signes d'une Amérique reclus et nostalgique du temps ou les chasseurs de primes ne chômaient pas.
On pense inévitablement à Charlton Heston qui aurait pu être très à l'aise dans le rôle et au Bowling for columbine de Michael Moore qui va à contre courant de ce genre de cinéma.

Ce qu'il y a d'extraordinaire c'est que le film au niveau technique est exceptionnellement bien foutu, la dernière partie du film virant carrément à la guerre civile est filmé avec une authentique maitrise comme d'ailleurs l'ensemble du film ; montage efficace et violence filmé au rasoir pour un scénario simpliste et ultra manichéen. Le film est potable dans la mesure ou il se laisse regarder avec une méfiance constante et au deuxiéme degrés.

Enfin, on devine le tollé qu'un film pareil provoquerait de nos jours en France si un réalisateur suicidaire décidait de réaliser le même film à Mantes la Jolie ou à Argenteuil.
Scénario similaire : des vieux retraités habitués aux bistrots du coin ressortirait la gégéne et la pétoire pour remettre de l'ordre dans le quartier.
L'affiche du film : La même ! Il n'y a qu'a remplacer la sulfateuse par une karcher !
Encore que, avec Delon et Belmondo dans les rôles principaux ont pourrait faire péter le box-office.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0065 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter