Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un des meilleurs "giallis"


De verdun, le 28 novembre 2021 à 12:55
Note du film : 5/6

Dernier film du peu prolifique Emilio Miraglia, La dame rouge tua sept fois est un giallo sorti en 1972, époque de l'âge d'or du genre.

Tous les codes giallesques sont ici présents. Un mystérieux serial killer masqué s'en prend à des personnes semblant avoir un lien entre elles. L'héroïne semble victime d'une obscure machination. Quelques suspects évidents s'avèrent être de fausses pistes. Une touche d'érotisme est également apportée par les actrices, notamment par l'Autrichienne Sybil Danning.

Cependant La dame rouge tua sept fois s'élève nettement au-dessus de la moyenne du genre grâce à la maîtrise globale de la réalisation, malgré quelques zooms typiques de l'époque, et à la musique de Bruno Nicolai.

Mais surtout les auteurs ont eu la riche idée d'introduire une dose de fantastique gothique qui fait toute l'originalité du film. Le "pitch" disponible sur allociné insiste bien sur la dimension surnaturelle de l'intrigue. Au cours d’une dispute dans le jardin du château familial, Kathy Wildenbrück tue sa sœur Evelyn. Peu après, un étrange personnage vêtu de rouge assassine des proches de Kathy. Des témoins affirment avoir reconnu Evelyne qui est pourtant morte. Ceci serait la continuation de la malédiction qui touche la dynastie des Wildenbrück : tous les cent ans, la "Dame rouge" possèderait le corps d’un membre de la famille, l’obligeant ainsi à tuer sept personnes. L'ambiance générale est en adéquation avec ce scénario gothique: le tournage a eu lieu en Allemagne, notamment dans un château sinistre à souhait. Quelques images de la dame rouge restent durablement en mémoire.

Hélas La dame rouge tua sept fois souffre de quelques caractéristiques inhérentes à ce genre passionnant mais assez artificiel qu'est le giallo. Les personnages sont trop nombreux, et superficiellement traités pour une bonne partie d'entre eux. Et la fin est comme presque toujours dans le genre, tirée par les cheveux et peu crédible.

La dame rouge tua sept fois n'en demeure pas moins une œuvre que tous les amoureux de cinéma "de genre" se doivent de visionner, d'autant plus qu'elle est disponible depuis peu grâce à l'excellent editeur "Artus films".


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0029 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter