Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Le futur coffret Luciano Emmer...


De paul_mtl, le 2 octobre 2006 à 04:34
Note du film : 3/6

Dans Le Ragazze di piazza di Spagna,

il entrecroise 3 destins de jeunes filles couturieres qui travaille ensemble à Rome.

L'une vit seule avec sa mere veuve, l'autre (Lucia Bose) dans une famille modeste et nombreuse, tandis que la derniere

a ses parents qui tiennent une écurie de chevaux de course qui ne semble pas avoir remporté de récentes victoires.

Leur condition sociale n'est donc pas identique, seul leur lieu de travail l'est avec leur statut de jeune célibataire.

Le film est relativement bien construit avec une voix off joliment rédigé representant le commentaire d'un professeur.

Le propos est tres classique, conventionel et tres peu de scenes m'ont vraiment plu.

Des tranches de vies relativement banales raconté de facon assez neutre qui sont sans doute tres interessantes pour un historien qui veut connaitre la vie et la mentalité de la classe moyenne de l'époque en italie.

Personnellement, j'ai deja vu bcp trop de films italien de cette époque pour y trouver encore ce type d'interet d'où ma note un peu sévere.

On y voit le jeune Renato Salvatori a 22 ans qui aime Lucia Bose

qui se voit proposer de devenir manequin et à l'époque ca semble tres mal perçu.

On y découvre aussi Eduardo De Filippo qui cotoie la mere veuve d'une des 3 filles.

A la fin, un chauffeur de taxi, Marcello Mastroianni, essaye sa chance.

Au début je n'ai pas reconnu sa voix. J'avais l'impression qu'il était doublé mais non.


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 13 août 2006 à 18:42

…devrait au moins compter deux films essentiels, Dimanche d'août et Les Fiancées de Rome. Issu du néoréalisme, mais dans une clé plus populaire et humoristique (et qualifié de "néoréalisme rose" par la critique du temps) le cinéma de Luciano Emmer est connu notamment pour pour entrecroiser les destins d'une série de personnages reliés entre eux soit par une simple unité de temps (Dimanche d'août) ou par la condition sociale (Les Fiancées de Rome) – selon les règles de ce qu'on appellera plus tard le "film choral". Le grand scénariste Sergio Amidei y a mis la main à la pâte. La tonalité douce-amère est dans la filiation de certains films de Zampa ou Castellani. Je verrais bien aussi, dans les suppléments, la fameuse bande de 7 minutes qui reste de La Madre, interdit de tournage par la censure… Et pendant qu'on y est, pourquoi pas une entrevue avec Lucia Bose, tiens ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter