Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un épisode qui n'a rien à envier à un James Bond.


De fretyl, le 11 juin 2008 à 22:11
Note du film : 3/6

Suite à votre conseil sur Oss 117 se déchaîne j'ai regardé hier soir le deuxième épisode de la série, ça se remonte d'un cran, l'histoire est plus originale, mais tout de même quand on pense à la class qu'avais un Connery ou un Lazenby à la même époque dans James bond on trouve bien pale cette série, même la nostalgie n'opère pas vraiment.

Que reste t'il ? Quelques cascades assez amusante, une ambiance kitsch, une jolie photographie. Mais comme dans le premier épisode le "gros" problème vient de l'acteur principal, si j'avais produit le film il m'aurait sans doute mis devant les tribunaux pour rupture de contrat soudaine. La suite Furia à Bahia n'est pas interprété par le même acteur. Ouf !!!


Répondre

De David-H, le 10 mai 2006 à 13:17
Note du film : 4/6

Pour ce quatrième Oss 117, le second d'André Hunebelle, de gros moyens ont cette fois été employés. Notre héros, Kerwin Mathews, ne brille plus autour de seconds couteaux, mais de deux vedettes de l'époque. Robert Hossein, au même moment Jeoffrey de Peyrac dans 'Angélique', et la belle Pier Angeli, l'ex-épouse de James Dean (jamais remise de sa mort, elle se suicidera à 39 ans). Ce Oss bénéficie ainsi de la couleur, d'extérieurs thaïlandais dignes de ce nom, et d'une toute bonne interprétation de son héros. Kerwin Mathews se verra pourtant succéder par Frédérick Stafford, à partir de l'épisode suivant. Rappelons qu'Hunebelle tourne durant la même période 'Fantômas', et que cela se ressent clairement, tant à l'image, par l'usage de plan similaires, qu'au son, par la caractéristique bande originale de Michel Magne. Son empreinte marque d'ailleurs tout le film. Comme un James Bond, le scénario reste évidemment très tiré par les cheveux – à l'époque, Oss est encore un espion sérieux !-, et les castagnes apparaissent aujourd'hui obsolètes, voire risibles. Si dans les trois premiers opus, certains critiques qualifiaient Oss 117 de sous-James Bond, il n'en va pas de même pour cet épisode, qui n'a rien à envier à une production anglophone. Un bon divertissement, qui justifie amplement les trois millions de spectateurs de l'époque. Enorme d'ailleurs, pour un film multidiffusé à la télévision les deux décennies suivantes, mais complètement négligé depuis…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0026 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter