Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Peut-être parce que je suis un touriste...


De fretyl, le 21 décembre 2016 à 17:33
Note du film : 5/6

Impétueux a tout dit ! Le coup de sirocco demeure le meilleur film de Alexandre Arcady et certainement le plus beau rôle de Roger Hanin en brave type qui derrière son éternelle faconde cache une part de fragilité ou plutôt de sensibilité. Cette France de merde dit-il à un moment donné, une France qui n'est pas la leurs, une France les acceptant fort mal.

De la gravité Le coup de sirocco en contient mais la survenue de personnages étranges (Maurice Chevit, Michel Auclair, Jugnot) apportent une fraicheur que l'on n'attend pas. Triste fin que celle de l'Algérie française ; zone qui à mon humble avis aurait dû rester française. On le sait JMLP avait dit à l'époque Si nous ne voulons pas de l'Algérie française nous aurons la France algérienne. Pas un film politique en effet mais certaines scènes y sont fort bien impliquée. L'engueulade de Hanin contre le porteur de bagages (Mohamed Zinet qui sera plus tard l'Arabe vengeur de Dupont Lajoie) : Si nous on rentre chez nous, toi tu vas rentrer chez toi !!!

Un drame qui se laisse aller à la comédie lors-qu’apparait Lucien Bonheur homme d'affaire voulant embarquer les Narboni dans la construction d'une usine à couscous, ou lors de la visite d'un appartement moderne à la fenêtre duquel apparait soudainement un cercueil en déménagement ! Et puis pour la seule fois de sa carrière Bruel m'est apparu supportable.

Un petit film film finalement et c'est peut-être cela qui en fait sa grandeur !


Répondre

De Impétueux, le 26 novembre 2006 à 22:59
Note du film : 4/6

Le touriste que vous dites être ne se trompe pas beaucoup, il me semble ; Alexandre Arcady a réalisé là un film sensible, bien moins caricatural que l'agréable Grand pardon.

Le retour en France – en métropole, comme on disait – d'un million de Pieds-Noirs, souvent petites gens, dont les ancêtres s'étaient quelquefois installés Outre-Mer juste après la conquête de 1830, et qui, à ce titre, étaient profondément enracinés dans le pays, l'aimaient charnellement, étaient souvent proches de la population indigène, a laissé, laisse encore des traces durables dans la réalité française d'aujourd'hui, tant les cicatrices ont été longues à guérir, si tant est qu'elles aient pu le faire.

Le coup de sirocco n'est pas un film politique, ne jette pas le regard manichéen qui en aurait gâché le propos ; on ne cherche pas à dresser fellaghas et pieds-noirs les uns contre les autres, ni même à se livrer à de savantes gloses sur la responsabilité des uns et des autres dans ce désastre qu'a été la séparation de la France et de l'Algérie (comprenons-nous ! le désastre, ce n'est pas du tout l'indépendance de l'Algérie, vraisemblablement inéluctable, en tout cas qui l'était lorsque la sédition a éclaté à la Toussaint 54 ; le désastre, c'est l'atmosphère de haine qui a longtemps prévalu, c'est le retour en France d'un million de personnes qui auraient pu apporter leurs talents, leurs compétences, leur formation au jeune État et que les horreurs conjuguées du FLN et de l'OAS ont contraint de partir).

Le coup de sirocco, c'est l'histoire d'une réinsertion difficile, dans un pays hostile en grande partie (l'attitude du guichetier SNCF de Marseille n'est nullement fausse) de braves gens qui ont absolument tout perdu, amis, métier, meubles, souvenirs et tombeaux et qui pleurent chaque soir leur Paradis perdu.

Paradis perdu par leur faute ? En partie peut-être, ou de celle de leurs parents, de leurs grands-parents, et surtout par la faute de l'Histoire…Et alors ?

Roger Hanin est absolument parfait, qui joue de sa faconde pour ne pas pleurer, et Marthe Villalonga est très émouvante aussi. Les détails sont vrais, comme celui du petit réseau dérisoire de sympathisants de l'Algérie française qui accueille les Narboni (la dame qui fait ti-ti-ti ta-ta c'est-à-dire Al-gé-rie françai-se ! ou le vieux général Maurice Chevit qui aide Albert à trouver du boulot…)

Un film qui oscille sans cesse, comme la vie, entre le drame et l'espoir, entre les larmes et le rire…


Répondre
Le pied noir du cinéma francais.


De fretyl, le 8 avril 2007 à 02:50
Note du film : 5/6

Je souhaite voter pour une (ré)édition de ce film en DVD.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter