Forum - Les Dents longues - Pas assez mordant !..
Accueil
Forum : Les Dents longues

Sujet : Pas assez mordant !..


De Tamatoa, le 25 juillet 2013 à 18:06
Note du film : 3/6

A peine débarqué du Plaisir de Max Ophuls, Daniel Gélin qui en ces années cinquante avait le vent en poupe, se décida sous la pression de son ami Marcel Camus, à passer derrière la caméra. Et force est de reconnaitre qu'il n'a pas à rougir de son travail. En effet, c'est une mise en scène alerte, fort bien pensée et digne de s'aligner derrière les meilleures que Gélin met au service d'un film…. hélas sans grand intérêt. Et c'est fort dommage car on ne pouvait être mieux entouré et dans la distribution et du côté dialogues, scénario, et technique. Mais le résultat est loin d'être flagrant. C'est un film qui "bouge bien" mais pour brasser un vent assez ennuyeux tout du long. Si le milieu de la presse, ses magouilles, arrangements de toutes sortes et son côté "Quatrième pouvoir" est bien décrypté, il ne ressort que peu d'intérêt pour cette histoire somme toute banale et ses valses hésitations un peu longuettes. Pourtant, le début du film est très prometteur avec la verve et le savoir faire d'un Louis Seigner parfait dans son rôle de directeur d'une feuille de choux, bambocheur et authentique Lyonnais. Hélas, il disparaitra très vite du film et ce sont les mondanités parisiennes un peu louches qui vont prendre le pas et encombrer cette œuvre.

Danièle Delorme, pâle, un peu mièvre, qui n'a pas encore grugé le père Gabin dans Voici le temps des assassins… n'apporte rien de très vivant dans cette course au succès que son mari (dans le film et à la ville) a enclenché. Et tout le beau monde qui entoure l'ambitieux journaliste aux Dents longues, Jean Chevrier, Hussenot, Debucourt ou Judith Magre piaffent d'impatience dans cette histoire rondement menée mais sans réel attrait. C'est une vaine agitation qui essaie de combler le manque d'originalité du scénario. Il y avait pourtant matière. Sans aller jusqu'aux Hommes du président ou Mille milliards de dollars, je me souviens d' un Le Journal tombe à cinq heures autrement plus passionnant. C'est assez curieux comme sensation : Ce film dégage une énergie bien emmenée mais qui semble ne servir rien de vraiment accrochant. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'on s'ennuie mais on attend un suspense, une intrigue prenante, des aventures quelque peu palpitantes. Mais ça ne démarre vraiment jamais. C'est comme si on regardait Le jour le plus long… sans le débarquement. Et cette comparaison est amusante car c'est le même chef opérateur, Walter Wottitz qui officiait dans les deux films. De plus, l'histoire d'amour entre Gélin et Delorme est elle aussi sans éclat particulier. Edouard s'est bien trop assagi et Marthe ne s'est pas encore dévergondée.

Je ne connais pas le roman de Jacques Robert. Il a participé à l'adaptation de son bouquin. Mais on pouvait penser trouver de la part de Camus et d'Audiard un grand plus dans l'engeancement de l’œuvre. Il n'en est rien. Et si le livre a eu, dit-on, beaucoup de succès, je ne sais pas l'écho que le film a pu rencontrer à sa sortie. En tous cas, il m'a semblé inabouti. Bien loin de la réussite flagrante de Marie-Octobre du même auteur. Daniel Gélin avait l'étoffe d'un grand réalisateur, encore faut-il qu'il aie matière à le prouver. Il n'a pas renouvellé l'expérience et de ce fait, nous ne saurons jamais à qui incombe non pas ce ratage, ce n'en est pas un, mais cette œuvre indéfinie et peu probante malgré un abattage certain.


Répondre

De Frydman Charles, le 8 août 2013 à 09:15

Lyon, comme un lion aux dents longues… Commandeur, pour la soif du pouvoir… Un journaliste ambitieux, presque arriviste. Un patron de journal nommé Walter, c'est un peu "Bel Ami" de Maupassant. Mais si Louis Commandeur a du succès auprès des femmes, il ne fait pas écrire ses articles par ses conquêtes. Louis Commandeur est moins volage que Georges Duroy et il aime sa femme Éva.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter