Forum - L'Assassin est dans l'annuaire - Pages trop blanches..
Accueil
Forum : L'Assassin est dans l'annuaire

Sujet : Pages trop blanches..


De Tamatoa, le 24 août 2012 à 23:49
Note du film : 3/6

Léo Joannon termina sa carrière sur trois échecs retentissants. Dont cet Assassin est dans l'annuaire, qui faillit de peu s'intituler Cet imbécile de Rimoldi, puisque le film fut tourné sous ce nom jusqu' à la dernière minute. C'est Alain Poiré qui décida au dernier moment de se débarrasser du titre du bouquin . Je ne suis pas sûr que ça eut changé grand chose…La preuve, c'est que même ce très honorable site affuble Fernandel, dans le générique, du nom de Rimond. Et vu le silence qui se fait du côté de la tombe de Charles Exbrayat, auteur du polar, ne changez rien..

léo joannon qui ne fut ni prolifique ni exempt de défauts, ne laissera guère que L'homme aux clés d'or dans les mémoires indulgentes. Il faut dire qu' il employa très souvent Le défroqué Pierre Fresnay, dont les deux fois citées à très bon escient . Beaucoup plus souvent que Fernandel , pourtant très ami avec lui, venu se perdre dans cette pâle adaptation du bouquin, lequel est beaucoup plus enlevé que le film. Charles Exbrayat restant toujours, sinon "léger", du moins très soft dans le polar, laissant toujours une grande place à la partie comédie. Parce qu' il se traine ce film, assez laborieusement, de situations téléphonées, (justement !) en dénouements prévisibles à cent lieues à la ronde. Quelque chose que l'on ne ressent pas en lisant le livre.

Et c'est peu dire que Fernandel est loin d'y mettre du sien. Il n' y croit pas. Peut-être parce qu'il se retrouve employé de banque qui fut son premier métier. L'I.N.A nous offre une vidéo oû l'acteur est interviouwé pendant le tournage et c'est peine de le voir répondre vaguement aux questions d'une journaliste. Il est ailleurs. On pourrait penser que ça n'a rien à voir avec le film. Le problème c'est qu'il est comme ça dans dans le film. Si l'assassin est dans l'annuaire, Fernandel est aux abonnés absents.. En 1956 Albert Constantin, le clarinettiste jouant au chat et à la souris avec Bernard Blier, avait plus de relief dans un genre similaire ! Pourtant, il est très juste dans certaines scènes de mélancolie ou avec quelques féminités intriguantes de l'oeuvre. Il sait jouer le faux naif. Mais ça ne suffit pas pour faire de cette oeuvrette un film noir façon l'homme à l'imperméable ou l'Armoire volante dans lesquels il excella. Ca manque de frissons et d'ombres sur les murs, de ruelles douteuses et de passants soupconneux. Joannon ou pas, Exbrayat n'est pas James Hadley Chase.. En revanche, c'est bien la première fois que je vois notre Fernandel faire le coup de poing comme jamais. Ca fait tout drôle. C'est pas du Bruce Lee mais ça fait tout drôle. Sans exagérer, on dirait Lino Ventura dans Le gorille vous salue bien. Très inhabituel et impressionnant !

Ce n'est pas exactement un mauvais film. Mais le coeur n' y est pas. Peut-être, oui peut-être manquait-il le grand Duvivier derrière tout ça…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0094 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter