Forum - Les Petites mains - La guerre en Dentelles...
Accueil
Forum : Les Petites mains

Sujet : La guerre en Dentelles...

VOTE
De Gilou40, le 12 juin 2011 à 19:03
Note du film : 4/6

Qui m'expliquera un jour pourquoi certaines oeuvres n'ont pas les honneurs du grand écran ? La beuze, La tour Montparnasse infernale, Les Clefs de bagnole et autres immondices, bras d'honneurs filmés sur papier-chiottes y ont eu droit . Mystère…Les petites mains, c'est aussi un bras d'honneur. Mais tellement léger, timide, feutré à toutes les idées reçues depuis la nuit des temps et surtout depuis la déferlante de Bienvenue chez les Ch'tis, "admirable" canevas de vulgarité pourtant fort apprécié par les intéressés.

Calais. Sa ville, sa plage, et ses horaires de messes. Les petites mains, c'est le Germinal d'en haut…Des mains de femmes, des mains toujours propres, si blanches, s'affairant autour de cascades de dentelles. L'Histoire de France nous avait souvent raconté le dévouement légendaire de ses six bourgeois et, plus près de nous, les sépultures de 60.000 soldats français, 115.000 allemands et de 170.000 britanniques. Brel avait bien signalé des vagues de dunes pour arrêter les vagues mais avait omis de nous parler de ces ouvrières de Calais dont les travaux ont porté loin, très loin au delà des mers qu'elles ne traverseront jamais, le savoir-faire de cette région.

Les petites mains raconte l'histoire de ces ouvrières, amoureuses du moindre petit bout de tulle ou de soie et capables d'en faire des robes pour des princesses qu'elles ne voient que dans Point de vue, Images du Monde. Andrée, Mado, Roselyne, Lulu, Solange et toutes les autres femmes dites de peu mais tellement douées ! Elles n'ont plus de travail. Et L'inquiétant Philippe Duclos et le regard perdu de Cécile Richard ne rendront pas leurs ciel plus bleu. Les petites mains ne glissent plus sur le velours et essuient leurs larmes salées. Mais voilà qu'Andrée, la si discrète et trop peu employée au cinéma Mireille Perrier va essayer de faire bouger ses amies d'infortune qui ont à jamais le cœur à marée basse, avec infiniment de brumes à venir…. Créer, reconstruire, rebâtir, à toutes forces de leurs petites mains. Et sous un ciel si gris qu'il faut lui pardonner , malgré les Amours qui se font et se défont et sous l'œil tendre et bienveillant d'une Patachou qui a traversé tant de tempêtes sociales, elles feront revivre un métier que le temps voulait bannir.

Ce film ressemble au Nord. Mais pas à la caricature du Nord. Dans le temps, les combats pour survivre se passaient dans la suie à des kilomètres de profondeurs. Aujourd'hui, les combats sont remontés à la surface et, si le matériau est nettement moins salissant, les luttes n'en sont pas moins âpres. Lou Jeunet, dont je ne sais strictement rien, a parfaitement bien rendu cette atmosphère de femmes en guerre contre le sort mais qui savent rester si femmes. Ici, pas de défilés intempestifs aux pancartes douteuses et aux slogans nauséeux. Mais de l'Amour et du travail, de l'invention, de l'inovation avec trois bouts de rien… La résignation, elle la laissent à la plage éternellement balayée par un vent qui n'emporte rien. J'ai adoré ce film. Paradoxalement Prix du meilleur téléfilm au Festival de Saint Tropez en 2001. Ca ne s'invente pas. Adoré parce qu'il parle de nous. De vous, de moi, de tout le monde. D'un autre travail, d'autres Amours. Simplement. Sous un autre ciel. Avec juste ce quelque chose en moins à quoi nous ne faisons même plus attention : le soleil…Mais Les petites mains ont peut-être des yeux et des cœurs que nous n'avons plus…

Pas vrai Enrico ?


Répondre

De Impétueux, le 13 juin 2011 à 10:49

Le Nord mérite bien d'autres films que la médiocrité de Bienvenue chez les ch'tis, évidemment. C'est aussi l'admirable Karnaval de Thomas Vincent qui se passe à Dunkerque, La vie rêvée des anges d'Erick Zonca à Lille, ou Quand la mer monte, de Yolande Moreau, du côté d'Hazebrouck et de Steenvoorde.

En tout cas, vous donnez envie, Gilou40 d'aller voir un peu du côté de Calais, cette même ville qui fut la dernière possession anglaise en France, soit dit en passant, n'étant libérée du Goddon qu'en 1558, plus de cent ans après la fin de la guerre… Calais qui st aussi le cadre de Nord, premier et beau film de Xavier Beauvois, qu'il faudrait bien que je revoie…


Répondre

De dunkerque, le 17 juin 2011 à 08:21

Qui aurait une copie de Jean Bart ,téléfilm que j'aimerai revisiter …


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter