Forum - La Maison près du cimetière - Avis
Accueil
Forum : La Maison près du cimetière

Sujet : Avis


De fretyl, le 27 septembre 2010 à 20:30
Note du film : 0/6

Je ne connais que très peu l'œuvre de Lucio Fulci, mais une chose est sûre La Maison près du cimetière est plus suant que le soleil de Tunis. Photo répugnante, moyens visiblement limités, acteurs pénibles, scenario ridicule, effets spéciaux à vomir…

Lucio Fulci nous a fait un espèce de Amityville piteusement inspiré. Un peu comme si Mocky se mettait à réaliser des films de genre…

N'entrez surtout pas dans La Maison près du cimetière ; on s'y emmerde !


Répondre

De Gilou40, le 27 septembre 2010 à 20:55

Tiens ! Puisque vous nagez en plein "ténébreux" en ce moment, Frétyl…J'ai souvenir d'avoir vu, il y a fort longtemps, un Dracula. Lequel exactement, je n'en sais rien. Je sais qu'il y avait Christopher Lee. Et je me souviens très bien qu'à la fin, il se trouve sur un lac gélé au pied du château. Des hommes tirent au fusil sur la glace. Elle se rompt et Dracula dispararait, englouti entre deux blocs de glace…Ca vous dit quelque chose ? J'aimerais le revoir, encore faut 'il que l'on m'en donne le titre exact…


Répondre

De fretyl, le 27 septembre 2010 à 20:58
Note du film : 0/6

Dracula, prince des ténèbres, pas le meilleur épisode, mais convenable !

Je vous conseillerai plutôt Le cauchemar de Dracula ou Dracula et les femmes. Mais surtout pas Une messe pour Dracula ou encore pire Les nuits de Dracula.

J'attends de voir Les cicatrices de Dracula – Dracula 73 et Dracula vit toujours à Londres que notre ami AlHolg ajoutera certainement sur le site.


Répondre

De Impétueux, le 27 septembre 2010 à 22:22

Reprenons les choses à leur début, Gilou 4O et faites vos humanités stokeriennes.

Si l'on néglige les films d'avant-guerre où Bela Lugosi se comporte comme une vieille machinerie du cinéma muet, il faut se replacer en 1958 : l'admirable Cauchemar de Dracula, de Terence Fisher pose, fixe, définit les règles du genre et installe Christopher Lee dans le rôle qui ne le quittera jamais. Comme Lee craint de se laisser enfermer dans une sorte de carcan, le deuxième film de la Hammer qui scrute le personnage créé par Bram Stoker s'appelle Les maîtresses de Dracula, mais c'est une sorte d'habile biais.

Ça ne prend pas ; donc voilà Dracula, prince des ténèbres et la scène que vous évoquez, la glace fracturée à coups de carabine par le docteur Van Helsing (c'est-à-dire Peter Cushing, évidemment) ; c'est encore assez bien.

Malheureusement, le filon va patouiller, victime de son succès, et Christopher Lee, moins scrupuleux qu'il ne l'avait été d'emblée va succomber à la tentation : Dracula et les femmes, Les cicatrices de Dracula, une messe pour Dracula sont d'horribles films répétitifs, inutiles et ennuyeux.

Mais Lee est l'évident, le nécessaire, l'absolu Dracula ; donc des réalisateurs essayent de reprendre l'immense qualité du roman de Bram Stoker ; on tente de faire une véritable adaptation de ce texte admirable, toujours aussi plein et terrifiant aujourd'hui ; si le personnage vous séduit, regardez donc Les nuits de Dracula du polygraphe Jesus Franco, la plus fidèle des transcriptions, malgré les tics (et tocs !) du réalisateur.

Après, il n'y a plus grand chose : pour que le mythe du Vampire puisse prospérer, il faut qu'il repose sur un corpus intellectuel partagé ; ce n'est plus le cas aujourd'hui : d'où les multiples nouilleries, avatars méprisables de de qui fut une grande et belle histoire…


Répondre

De fretyl, le 27 septembre 2010 à 23:01
Note du film : 0/6

J'aime bien malgré ses défauts le Dracula avec Bela Lugosi. C'est le genre de film qu'on l'on ne peut pas (plus !) critiquer lorsqu'on a la bonne âme d'un cinéphile en 2010, tant il a eu son importance et continu même d'en avoir.

Même si la Version de Jesus Franco est scenaristiquement fidèle au livre de Bram Stoker il est vraiment impossible d'en dire du bien ! Je ne crois pas exagérer – Les nuits de Dracula est un nanar, un nanar parmi tant d'autres, lorsqu'on jette un coup de rétroviseur sur la carrière pornographico/erotico/horrifique de son auteur avec des films de vampires tel que : Les Avaleuses, Christina, princesse de l'érotisme, Vampire lesbos et autres immondices vampiriques…
Supporter les cadrages foireux des Nuits de Dracula, sa musique nullissime sortit à outrance, le jeu déplorable de chacun, les décors pourris, uniquement parce-que l'adaptation est fidèle n'est largement pas suffisant pour supporter le calvaire effroyable que constitue ce Dracula estropié !

Le Dracula au dessus de tout soupçon restera Le cauchemar de Dracula – fascinant, baroque, qui même s'il prend certaine libertés avec le roman original de son auteur s'avère extrêmement convaincant.

Et si je ne vous invite pas à ré-essayer Une messe pour Dracula qui est effectivement catastrophique et assommant, je vous conseille de voir (ou de revoir) Dracula et les femmes qui malgré son titre est finalement une bonne surprise.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.20 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter