Forum - Le Congrès des belles-mères - Stupéfiant
Accueil
Forum : Le Congrès des belles-mères

Sujet : Stupéfiant


De Impétueux, le 3 juin 2009 à 19:23
Note du film : 4/6

Je ne cache pas que c'est avec une certaine émotion que j'ai glissé dans mon lecteur le DVD du Congrès des belles-mères.

C'était en effet la première fois (mais aussi peut-être la dernière) que j'avais l'occasion de contempler une œuvre d'Émile Couzinet, Titan de la réalisation franchouillarde, immortel auteur, entre autres joyeusetés, de Trois vieilles filles en folie et de Mon curé champion du régiment, tenu pour beaucoup pour le mètre-étalon et l'épicentre de la ringardise cinématographique.

Eh bien cette faramineuse réputation ne m'a en rien déçu et j'ai passé un bon moment à m'effarer avec délices qu'on ait eu le culot de tourner ça, c'est-à-dire rien, c'est-à-dire un film sans queue ni tête mais qui, ne se prenant pas une seconde au sérieux, dégage tout de même une sacrée dose de bonne humeur et de vitalité. Pour autant je ne me permettrais pas de recommander Le congrès des belles-mères à quiconque : il faut, pour apprécier ça, être à la fois nostalgique et tordu, ce qui est précisément mon cas.

Tourné dans Les studios de la Côte d'Argent à Bordeaux, le film est bricolé avec trois francs, six sous ; la distribution est malingre et roublarde : notoriété de Pierre Larquey, de Jeanne Fusier-Gir à un degré moindre – et de deux silhouettes excentriques, Maximilienne – la vraie jeune fille de L'Assassin habite au 21 – et de Raymond Cordy – qui fut vedette au tout début des années Trente, mais jouait depuis lors les rondeurs satisfaites.

Et puis c'est tout ; après ceux-là, qui n'ont jamais, d'ailleurs, été des étoiles de grande magnitude, c'est le désert et qui s'enorgueillit, comme votre serviteur, de posséder quelques lumières sur les seconds rôles et les troisièmes couteaux des nanars des années Cinquante est bien obligé d'admettre que les noms de Jacqueline Selva, de Nadia Landry ou de Georges Rollin lui sont inconnus.

Mais ça ne fait rien, parce qu'à ce degré-là de culot, plus rien n'a d'importance. Surtout pas l'intrigue…

Surtout pas l'intrigue ? Quoique… après tout…

Dans un paisible village aquitain, la baronne de Courtebise (Jeanne Fusier-Gir), ancienne cuisinière devenue châtelaine et enrichie par son mariage avec feu le baron, a créé un groupe agressivement féministe sur qui elle règne avec autorité et dont la martiale devise est Ève avant tout !. Mais si elle règne sans partage sur les dames de la bonne société, à la maison, son gendre (Georges Rollin) entend être le viril maître du logis ; dans d'autres maisons de la bourgade, en revanche, les hommes filent doux, notamment chez la redoutable Simone Max qui, en sus de faire trimer matin et soir son mari et son gendre leur inflige, dès qu'ils paraissent se rebiffer, de redoutables prises de judo.

Pour essayer de rejoindre cet idéal d'amazones, toutes les aigres pimbêches du canton sont réunies en congrès par la baronne de Courtebise et décident de présenter une liste aux proches élections pour bouter le Premier magistrat (Pierre Larquey) hors de sa Mairie et mettre fin à la séculaire Loi du Mâle.

Le film est le récit de cette entreprise aussi démesurée que désespérée, qui se termine néanmoins par une paix qui ressemble surtout à un armistice (la baronne épouse le maire). Tout rentre apparemment dans l'ordre.

On voit là le caractère accablant de l'intrigue, farcie d'outrances, d'invraisemblances, d'outrecuidances et de stéréotypes : mais c'est justement ça qui est bien ! Le gynécée féministe est plein de trognes pittoresques et hideuses, propres à dégoutter tout esprit normal de l'amour, les jeunes amoureux poursuivis par la vindicte de la baronne sont charmants et les hommes, qui se retrouvent régulièrement au bistro sont pleins de bon sens, de verve et d'astuce. La charge misogyne est assez lourde, mais pas méchante pour un sou…

De temps en temps les protagonistes interrompent le cours normal du récit et, selon le cas et la situation, gazouillent une chanson d'amour ou entonnent un hymne électoral, tel celui des belles-mères :

Ah, les belles-mères, les belles-mères
C'est la bonté, c'est la pureté !
On a beau leur faire des misères,
Elles n'disent rien, elles font tout bien !
Car pour prêcher l'amour, pour embellir les jours,
Des belles-mères y'en aura toujours !

Ce à quoi répondent les hommes :

Ah, les belles-mères, les belles-mères
C'est des poisons, c'est des faux-jetons !
Elles sont la cause de nos misères,
On le sait bien, on n'y peut rien !
Car comme les puces les rats et puis le choléra,
Des belles-mères toujours y'aura !

Et tout ça est du grand Vincent Scotto, le papa de 4000 chansons, l'auteur de l'immortel Plus beau tango du monde (c'est celui que j'ai dansé dans vos bras) et du non moins notoire Sous les ponts de Paris (lorsque descend la nuit…).

Voilà. Il y a des dialogues à la limite du salace, des acteurs qui surjouent mais qui font leur boulot, un rythme enlevé, un parfum d'échalotes et de Dubonnet qui sent la vraie province et le souvenir d'un monde absolument disparu.


Répondre

De PM Jarriq, le 3 juin 2009 à 20:42

Voilà qui semble effectivement prodigieux de nullité ! Mais je ne sais pas pourquoi, quelque chose me dit qu'il vaut mieux lire le compte-rendu enthousiaste d'Impétueux, que de pousser la curiosité à vraiment voir la chose… Un sixième sens, sans doute.


Répondre

De Romuald, le 4 juin 2009 à 13:20
Note du film : 2/6

Pour ceux que le phénomène Couzinet intéresse, il faut absolument voir ''&&Hollywood sur Gironde'' de Clément Michaud ! Tout y est dit sur ce cinéaste qui gérait tout, du début à la fin d'un film. Scénariste, producteur, distributeur, propriétaire de salles, projectionniste et même vendeur d'esquimaux à l'entracte ! C'est un film bourré d'anecdotes aussi savoureuses qu'authentiques ! On y apprend qu'en 1952, lorsqu'il tourna Buridan, le héros de Nesle il fit porter à Marguerite de Bourgogne des slips "petits bâteaux" bien visibles sur l'écran ! Laquelle Marguerite refusa de montrer ses seins pour 20 000 francs. Il lui en proposa dix pour qu'elle n'en montre qu'un…..Quand il dessina les plans de la très belle salle Le luxor de Bordeaux, premier Complexe cinématographique très en avance pour l'époque, il oublia simplement….la salle de projection. Elle resta longtemps un restaurant avant d'être exploitée comme Cinéma. Il y est dit aussi qu'il répudia Sergio Léone&&, son assistant, lui assurant qu'il n'avait aucun avenir dans le cinéma…..

Les films de Couzinet sont "inregardables" aujourd'hui, autant que mon Français est illisible ! Le réalisateur de Quand me tues tu ? a surfé sur les nanars à une époque ou ils étaient plus que nécéssaires. Mais Nanarland n'est pas le royaume des aveugles et les borgnes n'y sont pas rois…

                                  pour \Lagardère

Répondre

De stronibein, le 18 novembre 2009 à 15:19
Note du film : 2/6

J'ai vu ce film avec mes grands parents dans un cinéma de quartier parisien (le Rex Colonie), quand j'avais 9 ans. Avec docu de la série "C'est la vie", actualités Fox Movietone, dessin animé, pub Jean Mineur et esquimaux à l'entr'acte.

Il n'y avait pas de télé, et on allait au cinoche le samedi soir ou le dimanche après midi, sans trop savoir à l'avance ce qu'on allait voir.

J'ai ri comme un fou et je n'ai jamais oublié la chanson principale du film.

Entre temps,, j'ai appris beaucoup, j'ai vu des tas de films meilleurs les uns que les autres, mais j'ai gardé une tendresse pour les premiers que j'ai vus… "Destination Lune", mon premier film de SF…

Et "Le Congrès des Belles Mères", mon premier film comique.

Oui c'est un nanard, l'exemple, l'archétype, le prototype, l'essence même du nanard.

Mais j'ai pour lui de l'indulgence, presque de la tendresse. Celle que nous donne la nostalgie de notre jeunesse … J'ai acheté le DVD en rougissant autant à la caisse de la FNAC que si j'avais acheté un film de fesse.

Mon grand-père (celui du cinéma), m'a dit un jour regretter la guerre de 14-18 qu'il avait faite d'un bout à l'autre. Comme je m'en étonnais, il me répondit "C'était l'époque où j'avais 20 ans…"


Répondre

De agedor, le 19 février 2010 à 20:37

IMPETUEUX, certes vous avez l'ecriture facile mais de là à dire que LARQUEY n'etait pas une grosse vedette ET à un degré moindre GEORGES ROLLIN : cela prouve que vous n'avez pas vu beaucoup de films de cette époque et vous ne sachez juger les acteurs sur leur talent. Vous preferez du JESS FRANCO, peut-etre ?DOMMAGE .


Répondre

De police, le 19 février 2010 à 22:32

C'est à dire qu'il se prend pour un écrivain.Mais hélas !Mais il est tellement bête, le pauvre ! Tellement prétentieux de sa seule bêtise. Ce sac à merde a reussi à faire pousser qu'une seule fleur : la rosette qu'il porte sans honte à sa boutonnière…


Répondre

De Impétueux, le 20 février 2010 à 18:44
Note du film : 4/6

Tiens ! Ca faisait longtemps que mes supporters ne s'étaient pas manifestés sur le site !

La modestie de violette dont je m'enorgueillis ne me permettra pas de maintenir ces trop louangeux échos au delà de la soirée, je pense…


Répondre

De vincentp, le 22 février 2010 à 14:17

Remercions bien au contraire les contributeurs comme Impétueux, qui font sortir de l'ombre et commentent des œuvres oubliées du cinéma français.


Répondre
VOTE
De droudrou, le 22 février 2010 à 22:34
Note du film : 1/6

ça ne me rajeunit pas – j'avais 10 ans quand j'ai vu ce chef d'œuvre du cinéma ! aujourd'hui 56 ans après je suis totalement gâteux !… je vote pour une réédition en bluray 3D !


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 24 février 2010 à 14:08

Ah, décidément, la tentation est trop forte. Ce qui me semble au vu des émouvants témoignages une sorte de sommet himalayen dans son genre mérite sûrement un vote !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.038 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter