Forum - San-Antonio ne pense qu'à ça - Votons pour l'oeuvre de Joël Séria
Accueil
Forum : San-Antonio ne pense qu'à ça

Sujet : Votons pour l'oeuvre de Joël Séria

VOTE
De Torgnole, le 13 janvier 2009 à 12:46

"San-Antonio ne pense qu'à ça", un titre et une affiche qui promettent, quelqu'un a-t-il vu cette adaptation de l'oeuvre de Frédéric Dard par Joël Séria? votons sans hésiter!


Répondre

De kfigaro, le 13 janvier 2009 à 14:16

A voté ! j'adore Joël Séria, un cinéaste truculent (et nettement plus torturé qu'il n'y parait, cf le remarquable "Marie Poupée"…) mais finalement relativement mal connu en dehors des fameuses "Galettes" avec Marielle.


Répondre

De fretyl, le 13 janvier 2009 à 14:18

Je n'ai jamais lu un seul livre de Frederic Dard et je dois dire que son style ou ses écrits ne m'intéressent pas du tout.
Mais pour ce qui est des San Antonio au cinéma, les multiples tentatives ont toujours été nulle, vulgaire et à chaque fois complètement bâclé.
Déjà dans les années soixante Béru et ces dames a été une véritable catastrophe hésitant entre le nanar du genre Oss 117 et les comédies impossible de Jean Richard ; s'est ensuivi Y a-t-il un Français dans la salle ? de Mocky qui est une libre adaptation d'un roman de San Antonio, et qui bien évidemment est raté de A à Z et récemment Lanvin et Depardieu ont surnagé dans le "caca" de l'année 2004 San Antonio.

Vu que je n'aime ni Frederic Dard ni Joél Seria, j'ai des doutes sur la qualité de cette mouture là.


Répondre

De Crego, le 13 janvier 2009 à 15:07

Je n'ai jamais lu un seul livre de Frederic Dard et je dois dire que son style ou ses écrits ne m'intéresseNT pas du tout.

Un peu contradictoire, non?


Répondre

De fretyl, le 13 janvier 2009 à 15:33

Non, mais je sais à peu prés de quoi il s'agit, j'en ai suffisamment entendu parler pour le connaitre sans l'avoir lu.


Répondre

De droudrou, le 13 janvier 2009 à 16:33

Là,Simon, tu nous fais dans le grandiose ! Ce n'est pas "modérateur" que tu dois faire mais "ministre" impérativement ! Ministre de la République, tu seras "Royal", que dis-je, "Impérial"… Tu vois que sur DVD Toile, nous vivons de grands moments et qu'il ne nous est pas possible de te renier !


Répondre

De Crego, le 13 janvier 2009 à 16:54

Ministre, oui… Mais il pourrait faire critique littéraire, aussi.


Répondre

De end., le 13 janvier 2009 à 17:22

on s'endort ETtoujours du blabla…


Répondre

De Crego, le 13 janvier 2009 à 17:51

Du "blabla" sur un site de cinéma? Vous voulez quoi? Du son et lumière? Un Odorama? De la pub?


Répondre

De Gilou40, le 13 janvier 2009 à 19:30

Je ne voudrais pas dire de bêtises , mais…."odorama"..J'ai rêvé ou il était question , à une époque et dans certains cinémas , de distribuer des pastilles que les spectateurs devaient renifler à des moments trés précis du film pour être plus encore dans l'ambiance ?


Répondre

De Impétueux, le 13 janvier 2009 à 20:17

Je vote, mais bien plus pour la patte de Joël Séria (dont la re-vision des Galettes de Pont-Aven m'a durablement touché, mais dont j'ignore assez le reste de l'œuvre) que pour celle de Frédéric Dard, dont les premiers romans policiers étaient pleins de verve et d'originalité, mais qui s'est transformé peu à peu, du fait du succès – du triomphe – qu'il rencontrait, en une sorte d'invectiveur, un Diogène au petit pied, râleur et fatigant à force de sarcasmes et de prétention poujadiste…


Répondre

De Torgnole, le 13 janvier 2009 à 22:03

"il était question , à une époque et dans certains cinémas , de distribuer des pastilles que les spectateurs devaient renifler à des moments trés précis du film pour être plus encore dans l'ambiance" dixit Gilou40

Pour le film Polyester de John Waters, les spectateurs devaient gratter des cases libérant des odeurs à certains moments précis du film car le personnage principal a un odorat très développé. A l'époque, quand ce film a été diffusé lors d'une soirée spéciale "mauvais goût" (car le film est un sumnum du kitsch), Canal+ avait fourni la carte avec toutes les pastilles à gratter respectivement lorsque un indicateur apparaissait sur l'écran. Je n'ai hélas (ou heureusement, car à mon souvenir, la majorité des odeurs n'avaient rien de charmant) pas pu faire l'expérience car à l'époque, j'ai égaré la carte dans un tiroir pour la retrouver une ou deux années plus tard et les odeurs avaient perdu toute leur intensité.


Répondre

De Gilou40, le 13 janvier 2009 à 22:21

Merci "Torgnole" , c'est exactement ça ! C'est canal + qui avait organisé le truc ! Dans certains cinémas , c'était les lunettes pour voir en relief , ce qui est tout autre chose..


Répondre

De droudrou, le 13 janvier 2009 à 23:22

Ce qui est très intelligent, une fois de plus… et pour complaire à quelqu'un que je connais et que tout cela amuse, il y a eu quelqu'un qui a parlé d'odorama. Certes, ç'a été un moyen à un moment donné d'amuser les spectateurs… Mais comme sur DVD Toile, quand nous sommes dans des moments très sérieux, il y a toujours quelqu'un qui vient amuser la galerie en rebondissant sur un terme quand ça n'en valait pas la peine, nous revoici à la case départ… Je voudrais donc que quelqu'un me définisse très correctement le sens du mot responsabilité même si une certaine légèreté peut être la bienvenue certains moments ! Mais, mesdames et messieurs, je vous rappellerai que dès l'instant où les crétins de service qui polluent le site se feront entendre, tout un chacun sera présent pour se plaindre et rien ne sera fait qui permette d'arranger les choses…


Répondre

De verdun, le 14 janvier 2009 à 13:14
Note du film : 0/6

J'ai vu ce film sur la Cinq de Berlusconi et Lagardère il y a une bonne quinzaine d'années.. J'ai le souvenir d'un ratage épouvantable, ce qui est d'ailleurs le cas pour toutes les adaptations de San Antonio sur grand écran. Je pense que les aventures de ce commissaire sont inadaptables. En effet,comment traduire à l'écran toute la verve stylistique de Frédéric Dard ? On constate d'ailleurs que ce sont de grands noms comme Michel Audiard, Joël Séria, Claude Berri s'y sont cassé les dents.

En revanche, j'ai un bon souvenir de la vieille qui marchait dans la mer, porté par une excellente Jeanne Moreau.


Répondre

De Torgnole, le 14 janvier 2009 à 13:38

Dommage que le film soit introuvable, j'aurai bien voulu me faire mon propre avis… Je n'ai pas vu l'oeuvre complète de Joël Séria, ce réalisateur a visiblement beaucoup travaillé pour la télévision, j'ai le vague mauvais souvenir d'un téléfilm avec Galabru intitulé "Chaudemanche, père et fils". Mais après avoir été charmé par Les galettes de Pont-Aven, la découverte assez récente de … Comme la lune et Mais ne nous délivrez pas du mal m'encourage à découvrir les autres films de ce réalisateur salace et sensible.


Répondre

De fretyl, le 14 janvier 2009 à 14:03

En dehors des Galettes de Pont-Aven je ne pense pas qu'il y'ai grand chose à sauver dans la carrière de Joël Séria, … Comme la Lune peut-être ? Même si le film ne jouit pas de la même réputation.

C'est depuis Les deux crocodiles que j'avais trouvé dans une brocante, que je ne peux plus blairé Séria ; le film m'avait fortement déçu, l'ennui y était mortel, la vulgarité comme seul argument ; il semble qu'après le miracle des Galettes, il n'y ai plus rien eu de vraiment valable dans la carrière de ce réalisateur. Bien sûr Séria a certainement ses admirateurs, mais la plupart du temps, son style se situe entre un mauvais Blier et un Mocky regardable.

Bizarre mais pas interessant…


Répondre

De Torgnole, le 14 janvier 2009 à 14:33

Au contraire, je trouve ce réalisateur interessant pour ce "bizarre" qui nuance ses films, car malgré le caractère racoleur et salace de certaines scènes, un lyrisme étrange plane sur l'ensemble. Si vous avez vu Mais ne nous délivrez pas du mal, qui semble être son premier film, vous pouvez constater que le ton en général truculent et malicieux prend des accents assez graves et mélancoliques. Les films que j'ai vu pour l'instant sont à chaque fois à deux doigts de sombrer dans le vulgaire pathétique mais Séria arrive à flotter dans une sorte de pudeur relative. Sur les conseils de kfigaro, je vais bientôt visionner Marie-poupée qui semble confirmer une certaine ambition artistique de ce réalisateur bizarre ET interessant.


Répondre

De kfigaro, le 14 janvier 2009 à 15:13

En fait "Marie Poupée" ressemble de temps en temps à "Mais ne nous délivrez pas du mal" (l'un de ses meilleurs films) et je suis d'accord avec l'adjectif "bizarre" qui colle assez bien à son univers picaresque mais toujours original et intriguant (même s'il a quand même commis quelques ratages comme le médiocre "Les deux crocodiles").


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.36 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter