Forum - Zatôichi, le masseur aveugle - Avis
Accueil
Forum : Zatôichi, le masseur aveugle

Sujet : Avis


De Arca1943, le 19 septembre 2008 à 16:36
Note du film : 6/6

Sauf à la paraphraser, je ne vois vraiment ce que je pourrais ajouter à la très fine analyse de ce joyau du chambara.

Sinon ceci : si je comprends bien, Zatoichi est arrivé en France, comme bien d'autres films d'action et d'aventures japonais, avec quelque chose comme trente à quarante années de retard. Je tiens à souligner que ces années de retard sont irréparables, non parce que le film ne serait plus regardable aujourd'hui – au contraire, il tient très bien la route – mais parce que le cinéma étant autant un commerce qu'un art (comme disait, je crois, Malraux, et avec raison) ce manque à gagner donne le vertige. C'est un produit Daiei, et la Daiei fait faillite au début des années 70. Or, en voyant Zatoichi monogatari, je ne peux m'empêcher de rêver : si cette franchise avait été exportée… si elle avait été importée… La mentalité de cinémathèque qui apparemment guidait l'importation de tous films étrangers autres qu'américains se révèle, encore une fois, terriblement nuisible : un goulot d'étranglement, un étouffoir, un piège. Idem, bien sûr, au Québec, où prévalait exactement la même attitude (copiée sur la France, pays "de la grande culture" à nos yeux). Nous avons donc pu voir en salle La Mort par pendaison (1969), grand film d'auteur de Nagisa Oshima, mais pas Goyokin (1969), grand film d'action de Hideo Gosha. J'apprécie ces deux films autant l'un que l'autre, mais si vous me demandez lequel des deux était, en 1969, le plus susceptible d'aller chercher des spectateurs, il me semble que la réponse est évidente. Ceux-là même qui vilipendaient (et vilipendent toujours) la méchante grosse machine commerciale américaine étaient en même temps ceux qui, par haine du spectacle, du divertissement, du cinéma dit "grand public", s'assuraient en somme que ladite grosse machine ne trouve sur son chemin aucune concurrence sérieuse, capable de vraiment lui piquer des spectateurs.

Spectateur d'été, spectateur pop-corn, je me suis formidablement diverti pendant la saison estivale en allant voir en salle (climatisée !!!) des films comme Iron Man ou The Dark Knight. Mais quand le blockbuster d'été se révèle un four, comme c'est le cas de X-Files: I Want to believe, aussitôt j'ai tendance à me tourner vers d'autres horizons pour trouver ma pitance et je me pose cette question ingénue : en tant que film-à-grand-spectacle-d'été-pop-corn, pourquoi "ils" ne sortent pas en salle, dans une excellente version française, Nihon chinbotsu ? Ce film catastrophe a pourtant toutes les chances d'être bien plus divertissant !

Mais bien sûr il n'en est pas question, quand bien même aurait-il franchi la barre des 10 millions de spectateurs au Japon. On veut seulement certains blockbusters mais pas d'autres.

Soleil lointain de la Toho, je t'invoque !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0092 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter