Forum - Todo modo - Avis
Accueil
Forum : Todo modo

Sujet : Avis

VOTE
De Arca1943, le 31 mars 2004 à 11:42

Ah, voir enfin Todo modo ! Ce que j'ai pu le chercher, ce film ! Jamais sorti au Québec (suite à une manoeuvre démocrate-chrétienne ? et si oui, de quel courant de la DC ? et si oui, de quel sous-courant ?) – en fait, jamais sorti en Amérique du Nord.

Si j'ai bien compris, ce qui contribue à rendre ce film introuvable, c'est qu'il paraît que Volontè se fait et se paie la tête d'Aldo Moro, dans ce film. Or, deux ans plus tard… Je conçois que ça peut être troublant.

Et si vous avez vu Cadavres exquis, de Francesco Rosi, vous remarquerez ceci : en 1976, deux thrillers satiriques, adaptés tous deux de Sciascia, imaginent l'assassinat, l'un, du secrétaire de la Démocratie-chrétienne, l'autre, du secrétaire du Parti communiste. Avec le recul, je vois la vraisemblance de l'une comme l'autre extrapolation : au milieu des années soixante-dix, les deux partis et leurs deux chefs sont engagés dans une audacieuse manoeuvre transformiste appelée «compromis historique», qui tend à faire sortir leur pays de la logique normale de la Guerre froide. Ce qui, à l'échelon international, déplaisait fort tant à Washington qu'à Moscou. Et à l'échelon italien, tant à l'extrême-droite qu'à l'extrême-gauche.

Baromètre d'une précision redoutable, le cinéma italien annonçait la tempête.


Répondre

De Arca1943, le 27 octobre 2005 à 05:51

Oui, je crois que je vais surmonter mes préjugés contre Marco Bellochio et voir ce film…

J'en profite pour signaler que la fiche de Todo Modo approche les 1 400 visiteurs ! Avec une affiche pareille – Volontè – Mastroianni – Piccoli – je ne peux croire qu'il reste bien longtemps encore dans les caves de la RAI ou autres lieux.

À moins bien sûr qu'une obscure officine contrôlée par le parti Démocrate chrétien d'Italie (principale cible de ce brûlot made in Petri) n'ait acheté les droits pour enterrer le film ! Car, on le sait, « Tous les moyens sont bons pour atteindre la miséricorde divine » (St-Ignace de Loyola)… d'où le titre.


Répondre
VOTE
De fricotin, le 12 avril 2006 à 14:44

Etant un fan d'Elio Petri, je me lamente de n'avoir jamais eu l'occasion de voir Todo modo, condidéré comme un de ses meilleurs films.


Répondre

De Arca1943, le 19 septembre 2007 à 15:58

« Tirez les premiers » , voilà une formule qui convient particulièrement aux films d'Elio Petri : « Faire un film, c'est lancer les bobines au visage du spectateur », déclarait notre ami à l'époque d'Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon. À noter que, hormis son film d'anticipation La Dixième victime (pas le plus réussi), aucun pavé signé Petri n'est en DVD ! Scandalo !


Répondre

De Arca1943, le 2 mars 2008 à 19:05

Je me joins à vos lamentations, cher Fricotin. Volontè-Mastroianni-Piccoli, ça c'est d'l'affiche ! Et puis l'univers du grand Leonardo Sciascia à nouveau porté à l'écran. À chaque Sciascia que je lis, je me dis que c'est inadaptable, trop littéraire, trop ceci, trop cela, et pourtant que de bons ou très bons films : Il giorno della civetta, À chacun son dû, Cadavres exquis, Portes ouvertes et il semblerait qu'Une Histoire simple est aussi excellent… (mais je ne l'ai pas vu).

Alors, qu'on nous sorte Todo modo ! Toutes ces collections italiennes qui poussent comme des champignons, et pas un seul film d'Elio Petri sur DVD, c'est quand même enrageant. Petri, il a eu ses hauts et ses bas, comme beaucoup d'autres : ainsi la fin de son oeuvre se fait de plus en plus cryptique. L'étrange Buone notizie (1979), malgré Giannini, ne m'a pas vraiment convaincu. Et puis son film d'anticipation avec un Mastroianni blond comme les blés est surtout une curiosité sixties plutôt qu'un bon film. En revanche, Les Jours comptés est un vrai chef-d'oeuvre du néoréalisme "tardif"; et bien sûr le Prix du meilleur scénario à Cannes pour l'excellent et introuvable À chacun son dû, l'Oscar du meilleur film étranger pour l'Indagine et la Palme d'or pour La Classe ouvrière va au paradis… Ce Petri est une pointure, il est même incontournable. Il faut que ses meilleurs films sortent en France.


Répondre

De verdun, le 11 janvier à 10:09
Note du film : 5/6

 Il s'agit d'un pamphlet qui tire à boulets rouges sur le parti ayant gouverné l'Italie depuis l'après-guerre: la Démocratie Chrétienne. La grande originalité de Todo Modo est de traiter le sujet comme une parabole aux accents parfois fantastiques et surréalistes. On peut remarquer quelques similitudes avec le canevas de Cadavres exquis de Francesco Rosi, adapté du même auteur (Leonardo Sciascia) dans lequel des hauts magistrats étaient assassinés les uns après les autres. Ici ce sont des responsables politiques qui disparaissent mais tout ce qu'il pouvait y avoir de réaliste chez Rosi est ici évacué. Ici nous avons affaire à huis clos à portée allégorique: tout se passe dans l'hôtel et centre spirituel de Zafer où des personnalités politiques ou économiques proches du parti au pouvoir sont réunies pour une retraite spirituelle. Jusqu'à ce que des meurtres aient lieu…

Todo modo n'est pas un film facile d'accès destiné à être diffusé en prime time sur TF1… Sa durée excède les deux heures et pour l'apprécier pleinement il convient d'avoir quelques notions concernant la religion et la politique italienne de la seconde moitié du vingtième siècle. Ainsi les principaux acteurs se sont faits la tête de personnalités politiques illustres: Michel Piccoli en Giulio Andreotti, Gian Maria Volonté en Aldo Moro.

Néanmoins il serait dommage pour les cinéphiles amateurs de grand cinéma italien de se priver d'une telle œuvre. Car le cinéaste est ici au sommet de son art. L'ensemble est remarquablement filmé et remarquablement photographié par Luigi Kuveiller. On se laisse prendre par l'ambiance assez envoûtante de l'hôtel Zafer tant les salles modernes, les statues de plâtre qui parsèment ces salles et les cryptes anciennes constituent un cadre assez fascinant.

Les acteurs ne déçoivent pas, surtout Gian Maria Volonte en "M." et plus encore Marcello Mastroianni en ecclésiastique illuminé. Peut-être s'agit-il ici de sa prestation la plus sous-estimée. Et mention spéciale pour Ciccio Ingrassia surtout connu pour ses comédies idiotes avec Franco Franchi qui compose ici un personnage inquiétant digne d'un Vincent Price.

Même si la dernière demi-heure m'a paru moins réussie, le mélange de grotesque et de peur est franchement convaincant. Et puis à la vision de Todo Modo on est une fois de plus frappé par le culot des cinéastes italiens de l'âge d'or: imaginerait-on en France un film mettant en scènes les meurtres de grands personnages liés au Parti Socialiste ou à La République En Marche ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0046 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter