Forum - Sagan - Françoise Sagan méritait bien mieux...
Accueil
Forum : Sagan

Sujet : Françoise Sagan méritait bien mieux...


De Impétueux, le 10 juin 2008 à 16:21
Note du film : 2/6

Ce film est, paraît-il, extrait d'un feuilleton de plus grandes dimensions, tourné pour la télévision ; dès lors on se demande pourquoi ses producteurs – ou sa réalisatrice – ont tenu à le présenter dans les salles, où il ne fera que quelques milliers d'entrées et où il décontenancera tous les spectateurs qui ne seront pas venus pour admirer le jeu remarquable de Sylvie Testud.

Car le seul intérêt de ce Sagan de Diane Kurys est là, dans la manière dont l'actrice s'empare du personnage, parvient à le faire vivre, à donner à entendre sa voix, ses gestes, son malaise devant la vie, son incapacité à grandir…

Pour le reste – et c'est peut-être une conséquence du découpage nécessaire pour obtenir deux heures de film à partir de trois heures de feuilleton – on dirait une suite de vignettes détachées les unes des autres, une suite de scènes à faire, quelquefois brillantes et bien filmées, mais le plus souvent proches de simples coups de projecteur : Sagan et le succès, Sagan et ses parents, Sagan et ses hommes, Sagan et ses femmes, Sagan et son fils, Sagan et la drogue….

C'est bien dommage, parce que s'il y a eu une révélation littéraire spontanée et éblouissante, dans le milieu des Années Cinquante, c'est bien celle de Françoise Sagan, qu'on aurait dit issue de nulle part et qui avait d'emblée trouvé un ton d'une telle originalité simple qu'on peut, à la simple phrase, le reconnaître.

J'ajoute que, pour qui n'a pas un peu de goût pour le monde littéraire français de ces années-là et des années suivantes – la tonitruante entrée dans le monde de l'édition de René Julliard, l'importance de Guy Schoeller (le créateur de Bouquins), mari de Sagan, la part prise par Bernard Frank dans ce microcosme – ou qui n'a pas souvenir de l'empire mondain exercé par Jacques Chazot, interprété par Pierre Palmade, créateur de Marie-Chantal, ordonnateur suprême des élégances et des rosseries parisiennes, le film de Diane Kurys semblera bien abscons…


Répondre

De starlight, le 10 juin 2008 à 16:52

le film de Diane Kurys semblera bien abscons… En lisant vos commentaires, j'ai eu l'impression première que vous aviez visionné le film !… or, qu'on m'arrête si je me trompe, ce film ne sort que demain 11 juin dans les salles…

Ayons un peu la descence d'attendre cette sortie avant d'en tirer des conclusions hâtives !… Car ce que vous semblez reprocher au thème, c'est d'aborder la vie privée d'une personne qui (de par son métier ciblé) n'a intéressé qu'un nombre restreint d'intellectuels, voire la presse-people de l'époque…

On pourrait dire la même chose de "la Môme"… Les nouvelles générations n'ont pas la discographie de Piaf, mais se sont passionnées pour cette "battante"… On pourrait en dire aurant de pas mal de personnages…

L'intérêt sera de voir comment Sylvie Testud s'en sort en incarnant ce "petit bout de femme", égérie des "zazous", aux moeurs libérés et à la cigarette cachant un léger bégaiement…

Moi qui ai connu Jacques Chazot, j'ai des doutes (aspect physique) sur le choix de Pierre Palmade…. Wait and see !


Répondre

De Freddie D., le 10 juin 2008 à 17:51

"En lisant vos commentaires, j'ai eu l'impression première que vous aviez visionné le film !… or, qu'on m'arrête si je me trompe, ce film ne sort que demain 11 juin dans les salles… Ayons un peu la descence d'attendre cette sortie avant d'en tirer des conclusions hâtives !… "

J'ignore comment notre ami Impétueux a vu ce film, mais il existe des choses appelées avant-premières et projections de presse. Pas de quoi s'emporter.


Répondre

De Impétueux, le 10 juin 2008 à 18:06
Note du film : 2/6

Eh bien Freddie D a évidemment raison : j'ai vu le film le mardi 13 mai à l'Elysées-Biarritz ; il n'est pas très rare que j'aille à des avant-premières, comme beaucoup d'entre nous, je suppose (j'ai écrit sur Les fragments d'Antonin plusieurs mois avant sa sortie, sur Ben X quelques semaines avant).

J'avais d'ailleurs demandé, deux ou trois jours après avoir vu le film, à la Rédaction, qui ne présentait ce Sagan que sous le titre de Série télévisée de rectifier la fiche…

C'est agaçant, cette suspicion, comme est agaçant de n'être pas compris pour ce qu'on croit avoir écrit… et de prétendre que je reproche au film d'aborder la vie privée d'une personne qui (de par son métier ciblé) n'a intéressé qu'un nombre restreint d'intellectuels, voire la presse-people de l'époque

Quelle absurdité et quel contre-sens ! Outre que l'on peut difficilement assimiler le talent littéraire à un métier ciblé (sur quoi, mon Dieu !), ce que je reproche au film est de ne pas donner la moindre image de l'extraordinaire talent littéraire de Françoise Sagan, et moins de montrer quel furent les immenses succès publics de ses débuts que de l'enfermer dans le germano-pratinisme, et de ne précisément la présenter que comme la figure de proue d'un milieu littéraire que peu de personnes se rappellent.

La comparaison avec Edith Piaf n'est pas absurde, mais demeure limitée : l'image de la chanteuse est infiniment plus populaire et populeuse, les tonnes de livres écrits sur elle et ses amours (pas seulement avec Marcel Cerdan) ont donné sa vie en pâture et, qu'on le déplore ou s'en félicite, on ne joue là ni avec le même niveau de célébrité, ni avec la même qualité artistique…

Palmade est trop laid pour évoquer bien Jacques Chazot, mais Denis Podalydès est parfait en Guy Schoeller ; à la sortie de la Mairie, où il vient d'épouser Sagan, un ami lui dit : Je viens de bavarder avec ta femme : qu'est-ce qu'elle est intelligente ! ; et Schoeller, homme à femmes s'il en fut, de lui répondre : Tu ne crois tout de même pas que je l'ai épousée pour sa beauté !.

Un dernier détail : les Zazous sont des jeunes gens de l'Occupation, des Années Quarante ; en 1954, lorsque Françoise Sagan publie Bonjour tristesse, il y a longtemps qu'ils n'existent plus ; un coup d'œil de temps en temps sur Wikipédia ou autre site à repères chronologiques éviterait, si l'on n'est pas sûr de ce qu'on avance, d'écrire des balourdises.


Répondre

De DelaNuit, le 10 juin 2008 à 23:56
Note du film : 5/6

Une question existentielle (pour moi) : l'amitié (et même plus selon certains…) de Françoise Sagan avec la divine Ava Gardner est-elle évoquée dans ce film ?

Elles auraient fait les 400 coups ensemble lorsqu'Ava tournait les scènes d'intérieur de Mayerling aux studios de Boulogne et logeait à l'hôtel Raphaël… Sagan la décrivait comme "un animal très beau et très digne de ce fait, et très étranger"…


Répondre

De starlight, le 11 juin 2008 à 08:22

"écrire des balourdises" !… Il n'y a rien à faire IMPETUEUX, vous ne pouvez pas vous empêcher d'être désagréable, mettant en avant votre science infuse et toujours à l'affut de la moindre bourde… Vous comprendrez qu'avec une pareille attitude, pas mal de nos contributeurs (anciens et nouveaux) tournent le pas et vont voir ailleurs !…

Moi je pense que vous devriez écrire votre biographie qui pourrait s'intituler "les Tables de la Loi"… Vous y seriez très à l'aise et évidemment (ce serait le but suprème) sans contradicteur en face…

Dites-vous bien que ce site part en "eau de boudin" et cela principalement grâce à vous !…. Personnellement je m'en fous et comme je l'ai signalé (merci pour les copains qui m'ont souhaité un bon retour) je vais m'absenter ce soir pour près de 4 mois… Inutile de me répondre en me disant que vous en êtes content !… Vos yeux brillent d'avance !… Les contributeurs de DVD TOILE avec qui j'ai gardé des liens amicaux (il y en a quelques uns) resteront en contact téléphonique avec moi… Ce site (à vous lire) sponsorisé par Bernard Pivot (la Dictée) continuera dans ses errances tant que vous n'aurez pas mis de l'eau dans votre vin…. beaucoup d'eau évidemment !


Répondre

De jipi, le 11 juin 2008 à 10:00

Bravo Starlight. Il n'y a rien à rajouter sur l'état de ce site en pleine déconfiture.


Répondre

De Freddie D., le 11 juin 2008 à 10:08

Sans vouloir jeter de l'huile sur le feu, j'avoue ne pas bien saisir l'ampleur du "drame" qui se joue ici. Hormis les messages orduriers signés sous pseudos, de quelques sociopathes frustrés récurrents, qui ne valent pas qu'on les mentionne, qu'attendent les forumeurs malheureux de ce site ? De se faire des amis ? De trouver sur DVDToile la douce chaleur d'un foyer virtuel ? Cet espace est fait pour parler films et cinéma, pour confronter goûts et dégoûts, il me semble. Que tel participant vous semble odieux ou insupportable, ignorez-le, et vivez votre vie. DVDToile est régulièrement secoué par des réglements de comptes, des crises aiguës de rancoeur, des haines démesurées et incompréhensibles. C'est, rappelons-le, un site consacré au cinéma, pas une colo ou une cour de maternelle. Certains devraient plutôt aller voir du côté de SOS amitié ou des thés dansants. Et arrêter une bonne fois pour toutes ces crises de nerfs à répétition, qui effectivement ébranlent l'intégrité du site, et l'envie d'y collaborer.


Répondre

De vincentp, le 11 juin 2008 à 10:11

Je félicite pour ma part Impétueux pour la fougue de sa chronique, son style littéraire, et sa passion pour le cinéma qui se manifeste si bien vis à vis de Sagan


Répondre

De Ralph, le 11 juin 2008 à 11:19

Il me semble que j'arrive en pleine foire d'empoigne! Je suis étonné de certains commentaires faits à propos de ce film sur Françoise Sagan. Cette femme était un grand écrivain contemporain et j'aime beaucoup Bonjour tristesse. Je suis étonné de la remarque d'un internaute qui dit qu'elle aurait eu une liaison avec Ava Gardner, est-ce sûr ? J'irai certainement voir ce film et je me ferai ma propre opinion.

Remarquez que je n'aime pas trop les films retraçant la carrière de personnalités disparues depuis peu de temps(surtout depuis peu de temps), car je pense qu'on a encore trop en mémoire leur vrai visage et leur vrai caractère et qu'on est automatiquement déçu par le résultat.


Répondre

De DelaNuit, le 11 juin 2008 à 12:15
Note du film : 5/6

Je vous rejoins complètement sur la difficulté d'adapter à l'écran la vie de personnes célèbres encore très présentes dans les mémoires. L'interprétation de Callas par Fanny Ardant pour Zeffirelli en 2002 par exemple me semble complètement décalée, simplement parce que le vrai visage de Callas est toujours dans les mémoires. J'irai toutefois voir le film en raison de l'intérêt du personnage.

En ce qui concerne sa relation avec Ava Gardner, je ne fais que reprendre le contenu d'un chapitre du livre "Sagan à toute allure" par Marie-Dominique Lelièvre, paru chez Denoël début 2008.

Il est sûr qu'elles se sont côtoyées et étaient bonnes copines, quant à une relation plus intime, comment savoir ? On sait que ni l'une ni l'autre n'a mené une vie de chasteté, qu'elles aimaient le et même les plaisirs, et dévoraient la vie avec bel appétit ! On imagine qu'elles étaient avant tout attirées par les personnes, et peu enclines à se laisser enfermer dans des compartimentations, y compris sexuelles.

Ava Gardner fit déjà scandale dans les années 50 au sujet d'une hypothétique liaison avec sa grande copine Lana Turner, qui aurait rendu furieux Frank Sinatra, lequel avait été le mari de la première après avoir été l'amant de la seconde.

Réalité ou légende ? Est-il d'ailleurs nécessaire de trancher ? Même question pour les relations d'Edith Piaf et Marlène Dietrich… On prête tellement d'aventures aux "stars" et autres "monstres sacrés", qui ne cessent, même après leur mort, d'alimenter les fantasmes à tort ou à raison… Une chose est sûre : on ne prête qu'aux riches !


Répondre

De Impétueux, le 11 juin 2008 à 14:25
Note du film : 2/6

A Urspoller : Dans le film, la scène – très bien venue au demeurant – qui se passe à l'hôtel Raphaël, le beau palace de l'avenue Kléber, réunit Sagan, donc, et Peggy Roche (Jeanne Balibar), amante durable de l'écrivain… (en tout cas, c'est ce que je me rappelle, mais j'ai vu le film il y a près d'un mois et il ne m'a pas fait si grande impression que ça).

Au fait, j'ai omis de signaler l'apparition remarquable du toujours excellent Guillaume Gallienne dans le rôle de Jacques Quoirez, frère de Sagan.

A Starlight : Faut pas grogner comme ça, mon conscrit ! Si vous ne m'aviez pas appelé à la descence d'attendre cette sortie avant d'en tirer des conclusions hâtives !, n'imaginant même pas que des avant-premières existent et faisant mine de me soupçonner de parler de films que je n'ai pas vus, je n'aurais pas pris la peine de vous mettre le nez dans votre fiente à propos des Zazous.

Depuis la cour de récréation, personne ne m'a jamais dit Chiche ! sans que je réponde Présent ! Mon pseudo le dit assez. Et si ça ne vous plaît pas, c'est le même tabac…

Ou, comme disait ma grand'mère, vous allez chez le contentier, et vous achetez pour deux sous de contentement.


Répondre

De Impétueux, le 19 juin 2008 à 14:07
Note du film : 2/6

C'est bien là-dessus que j'avais engagé le premier commentaire de ce fil. Mais ce film est néanmoins intéressant pour qui apprécie l'excellente Sylvie Testud


Répondre

De DelaNuit, le 27 juin 2008 à 13:46
Note du film : 5/6

Il est vari que le film est davantage une suite de vignettes et de scènes concernant Sagan et son entourage plutôt que le développement d'une dynamique précise, mais cela convient bien au sujet, puisqu'il s'agit d'évoquer la vie d'une personnage ayant existé depuis sa révélation jusqu'à sa mort.

J'ai vu le film et j'y ai pris plaisir, d'autant que l'intérprétation y est excellente. La réalisation n'a rien d'extraordinaire, mais elle s'efface derrière ces fragments de vie de son personnage, sans chercher à porter un jugement ou à prétendre le cerner ; je trouve que cela convient mieux, finalement, à ce type de sujet, plutôt que chercher à créer artificiellement un ensemble cohérent comme on peut le faire pour un personnage inventé.

Ainsi, le réalisateur reste à sa place.

En tout cas, pour se faire une véritable idée, il faudra attendre la version télé nettement plus longue et plus complète.


Répondre

De PM Jarriq, le 2 octobre 2008 à 09:35
Note du film : 2/6

Sans m'étendre sur les qualités, ou le manque de, de la version télé de Sagan dont je n'ai vu que des morceaux, j'ai ressenti devant le numéro de Sylvie Testud, la même gêne que devant Cotillard en Piaf dans La môme : cette sensation désagréable de voir une imitation, certes réussie et pointue, mais sans grand rapport avec un réel travail d'incarnation ou d'interprétation. Tous les tics de l'écrivain sont bien là, la frange est impeccable, la démarche parfaite, mais à force de se dire "Oui, c'est tout à fait ça", on passe à côté de l'essentiel. Je n'ai pas eu cette impression du tout, en voyant Jamie Foxx dans Ray, ou Val Kilmer dans The Doors.


Répondre

De PM Jarriq, le 2 octobre 2008 à 10:17
Note du film : 2/6

Ce n'est pas un jugement, juste un sentiment. Et une fois encore, je n'ai pas vu le film dans son entier. De toute façon, Testud est une bonne comédienne, mais j'ai plus de doutes sur les talents de la réalisatrice, ou de certains de ses partenaires comme Palmade ou Dombasle. Or un film est un ensemble. Il y a dans l'exercice du biopic quelque chose qui gêne : exemple dans Sagan, quand un adroit montage reconstitue une émission télé, dans laquelle Sylvie Testud se retrouve face au regretté Bernard Rapp. Comment ne pas sortir du film ?


Répondre

De Gilou40, le 27 juillet 2010 à 16:11
Note du film : 3/6

Moi qui ai connu Jacques Chazot..

Quel chance vous avez eu, Starlight ! J'aurais tant donné pour rencontrer cet homme délicieux, raffiné et apparemment très cultivé. Je me rappelle de ces joutes oratoires avec Bouvard. Je ne les ai pas vu "en direct" (je devais avoir 4 ou 5 ans) mais j'ai vu bien plus tard dans différentes émissions genre "hommage", des extraits de ces moments là : Un régal ! Et entendre Brialy raconter les dernières heures de cet homme qui fut adulé du "tout Paris" m'a toujours semblé impensable !

Bref ! Cela pour vous dire que j'avais également trouvé que le choix de Palmade pour incarner ce brillant Monsieur était ridicule. J'aurais choisi stéphane Freiss.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter