Forum - La Décade prodigieuse - Décade
Accueil
Forum : La Décade prodigieuse

Sujet : Décade


De Fufu, Jr., le 21 février 2003 à 10:05

Je ne me souviens plus vraiment du film qui doit être assez kitsch, mais Gotlib en avait fait une satire à mourir de rire dans une "Rubrique à brac". ça doit valoir le coup de revoir le film et relire la BD dans la foulée.


Répondre

De verdun, le 4 décembre 2005 à 16:08
Note du film : 2/6

Je m'apprêtais à défendre LE Chabrol que personne n'aime. Perkins, Welles, Piccoli et M.Jobert, Chabrol et un roman paraît-il très bon de Ellery Queen.

Mais voilà, le film mérite sa réputation: je ne peux que le confirmer car je n'ai pas été jusqu'au bout de mon visionnement. Il y a les acteurs mais déjà Perkins et Welles sont (médiocrement) doublés et leurr rôle ridicule, surtout le pauvre Perkins qui est condamné à refaire le rôle du névrosé.Seul Piccoli s'en sOrt.C'est mou, linéaire. Chose plus rare chez Chabrol, il y a plein d'effets douteux: cadres penchés, filtres et symbolisme maladroit (Perkins et Jobert nus dans un jardin, une statue de Zeus avec le visage de Welles).

En somme, même si ses derniers films sont tiédasses et moins ambitieux que celui-ci,même si il a fait pire mais dans des projets amusants et que personne n'aurait réussi (LA ROUTE DE CORINTHE), LA DECADE PRODIGIEUSE est un des pires Chabrol car il avait alors tous les atouts pour réussir.Il était en outre au sommet de son art à l'époque en tournant: LE BOUCHER, JUSTE AVANT LA NUIT,etc..


Répondre

De Arca1943, le 4 décembre 2005 à 16:55

D'une prétention insupportable ! (Le film, pas votre message). Les symboles issus de théories freudiennes sont d'une lourdeur… ! Quand tu arrives à la statue avec le visage de Welles, quel autre choix y a-t-il que d'éclater de rire ? La version Gotlib est de loin la meilleure des deux(*). Ellery Queen n'est vraiment pas mon auteur de romans policiers préféré (j'en ai commencé plusieurs que je n'ai pas terminés) mais de là à lui faire subir pareille torture, il y a un pas que même moi j'hésite à franchir !

Même les Chabrol récents comme Au coeur du mensonge ou La Fleur du mal sont de meilleurs films, qui montrent les avantages du non-dit sur le trop-dire.

(* tandis que quand Gotlib ose rigoler du magnifique Enfant sauvage, je me dis : ah, l'épouvantable hystrion !)


Répondre

De PM Jarriq, le 4 décembre 2005 à 18:17

A cause de Gotlib, je suis incapable depuis des années, de revoir L'enfant sauvage sans avoir envie de rire. La satire est tellement pointue, tellement cruelle et hilarante, qu'elle a supplanté le film original dans ma mémoire. Rien que de repenser à Victor accroché aux rideaux, exorbité, balançant des objets sur son bienfaiteur et hop ! Je rigole…


Répondre

De Arca1943, le 4 décembre 2005 à 18:38

Mais je crois me rappeler que la parodie par Gotlib de L'Enfant sauvage, contrairement à celle de La Décade prodigieuse, se terminait sur une invitation pressante au lecteur d'aller voir « ce film magnifique de François Truffaut »… Enfin, comme vous le savez déjà, j'ai disons un peu de difficulté avec les réalisateurs identifiés à la "Nouvelle vague", alors pour une fois que je réussis à aimer un de ces films, je le garde, Gotlib ou pas Gotlib ! Dans la catégorie "cinéma d'auteur", L'Enfant sauvage est, avec Au hasard Balthazar, un des plus beaux et prenants films français des années soixante.


Répondre

De PM Jarriq, le 4 décembre 2005 à 19:16

C'est certainement un beau film, mais Gotlib m'a traumatisé, comme Jaws m'a empêché pendant des années d'aller où je n'ai pas pied ! Disons que je préfère l'effet Gotlib !


Répondre

De Arca1943, le 15 janvier 2006 à 00:09

Bienbienbienbien. Donc acte. Mais que diriez-vous si moi, je vous avouais qu'au moment de revoir Le Cercle rouge, je pouffe immanquablement de rire en repensant au "Triangle vert", où Gotlib se paie la tronche de Melville de superbe façon ? Hein, que diriez-vous ?

Gneh, eh, eh, la revanche est douce au coeur de l'Indien ! :-)


Répondre

De verdun, le 15 janvier 2006 à 00:54
Note du film : 2/6

C'est plutot le "rectangle vert" ou Jean-sigismond de funès (sic), qui a repris son vrai prénom pour l'occasion joue le rôle du flic… Dans cette parodie, Melville présente son film avec ses lunettes noires habituelles et…. tous les chapeaux possibles et imaginaires.Et l'important pour lui, c'est d'avoir des rectangles verts, autrement dit des dollars !! Exceptionnel, Gotlib avait 20 ans d'avence sur les nuls ou les inconnus !!! Indispensable..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter