Forum - L'Alpagueur - Je reviens juste un instant
Accueil
Forum : L'Alpagueur

Sujet : Je reviens juste un instant


De fretyl, le 9 février 2008 à 17:41
Note du film : 4/6

Me revoilà après quelque moi d'absence, en espérant que vous vous êtes tous calmés je reviens pour parler de ce formidable film que j'ai eu l'occasion de voir hier, L'alpagueur avec Belmondo et un hallucinant Bruno Cremer dans un rôle de serial killer froid et impénétrable . Il y a un vrai suspens, une musique inoubliable de Michel Colombier et Belmondo est extraordinaire, loin de ses prestations décevantes du Professionnel ou autre il joue là un chasseur de primes glaçant, payé par la police pour exécuter des contrats.

L'idée est originale et le film réserve une fin inattendue qui ne laissera personne froid.

Que dois je faire rester ou repartir dans l'obscurité ? C'est à vous de juger!


Répondre

De Arca1943, le 9 février 2008 à 18:00
Note du film : 3/6

Mais non, restez, restez, citoyen Fretyl ! D'ailleurs pour ce retour, vous deviez forcément vous attendre à être accueilli par Impétueux, qui a bien raison de vous rappeler à sa manière que l'usage approprié de la langue française fait partie des règles du forum. Je vous suggère l'usage d'un traitement de texte avec correcteur intégré, même si ces systèmes ont de curieuses limites. Ou alors, appliquez-vous…

Cela dit L'Alpagueur, en effet, n'est pas ce que Belmondo a fait de pire dans le genre à cette époque, sans doute parce que le réalisateur Philippe Labro se faisait une conception bien à lui du polar, bien qu'il ne m'ait pas convaincu souvent (Sans mobile apparent n'est pas mal, par exemple).

Et puisque vous êtes un fan de Belmondo, j'ai un service à vous demander : si vous voyez La Novice de Lattuada en vente quelque part, auriez-vous la gentillesse de me le signaler sur ce forum ? Je désespère de mettre la main sur ce film, sorti sur DVD en France voilà quelques années. (Et comme je suis de l'autre côté de l'Atlantique, ce n'est pas évident).


Répondre

De Arca1943, le 10 février 2008 à 13:42
Note du film : 3/6

Oui, bien sûr : L'Héritier, c'est plus intéressant et Belmondo trouve là un bon rôle avant de sombrer peu de temps après dans la routine du cabotinage à gros flingue. Mais dans ce dernier genre, L'Alpagueur était moins pire (moins navrant ?) que, disons, L'As des as ou Le Marginal


Répondre

De PM Jarriq, le 16 juillet 2008 à 20:47
Note du film : 1/6

"Avec le temps, va tout s'en va…" chantait Ferré. Oui, tout fout le camp, même les souvenirs vaguement positifs qu'on pouvait garder de cet Alpagueur. Conçu "à l'Américaine" (grand leitmotiv de Labro), ce polar en totale apesanteur, frise l'abstraction, et étire un maigre scénario, qui se perd en digressions inutiles (toute la très longue séquence de prison, qui pourrait être complètement coupée), et se complait dans des cascades désuètes. Belmondo, s'il n'est pas trop cabotin, a par contre l'air de s'ennuyer ferme, et son duo avec le "jeunot" (nettement inspiré du Flingueur de Michael Winner), se finit bêtement en queue de poisson. Quant à Cremer, s'il apparaît relativement peu, il est à peu près la seule raison de revoir L'alpagueur. Il donne à ce rôle cliché, une froideur malsaine, très personnelle.

Labro signe un film lugubre, anecdotique, extrêmement mal construit (que vient faire la scène avec le flic ripou et les gaz euphorisants ?), autosatisfait (la banque que braque Cremer s'appelle "Cordell" comme Belmondo dans L'héritier), et qui – parce qu'il se prend très au sérieux – finit par être aussi dur à supporter que les nanars plus clinquants, mais moins prétentieux de Belmondo, comme Le professionnel ou Le marginal.


Répondre

De Arca1943, le 16 juillet 2008 à 21:15
Note du film : 3/6

Tout est dans la manière de présenter les choses. J'affirme, moi, que L'Alpagueur représente un évident progrès comparé au film précédent du réalisateur, Le Hasard et la violence !


Répondre

De PM Jarriq, le 16 juillet 2008 à 21:18
Note du film : 1/6

Hum… A bien y réfléchir, je me demande s'il est vraiment raisonnable de voter pour une réédition de Sans mobile apparent. Il vaut sans doute mieux rester sur nos bons souvenirs.


Répondre

De fretyl, le 16 juillet 2008 à 21:35
Note du film : 4/6

N'exagérons rien L'alpagueur n'est pas un grand classique mais reste un polar extrêmement distrayant et très bien fait.
Cremer en méchant n'a jamais été aussi bien, Belmondo a ici l'étoffe d'un Steve Mcqueen et Labro ne cherche à faire rien d'autres que réaliser un polar ouvert au grand public avec cascade à l'appuie dans une ambiance par moment assez Melvillienne, réalisé dans des lieux souvent tristes et gris le film n'ennuie jamais et possède un moteur "peu" (voir pas du tout) psychologique, mais diablement efficace.


Répondre

De lagardère, le 16 juillet 2008 à 22:23

Je rejoins tout à fait Frétyl dans sa critique de L'alpagueur. Bien vu !


Répondre

De PM Jarriq, le 17 juillet 2008 à 10:02
Note du film : 1/6

Content de voir que "Bébel" et Labro ont des défenseurs acharnés. N'est-ce d'ailleurs pas tout l'intérêt d'un site comme DVDToile, d'être contredit, et pourquoi pas, convaincu ? Je reverrai L'alpagueur dans 30 ans, pour vérifier si mon opinion a changé.


Répondre

De Lagardère, le 17 juillet 2008 à 13:49

"Acharnés" ?.. Comme vous y allez Pm Jarriq ! Acharnés…Ca n'est quand même pas notre pitance ! Je pense (ça m'arrive !) que le cinéphile se doit de manger un peu de tout….Le caviar de Duvivier reste le menu de référence , mais en tant que vrp, je peux vous affirmer que certains petits restos routiers , genre Labro peuvent être trés sympas…

Mais je note que , cette nuit , je trinquais avec l'ami frétyl, dans le petit routier , et que l'on nous a encore éffacé ….Et ça , ça n'est pas gentil …


Répondre

De fretyl, le 17 juillet 2008 à 13:57
Note du film : 4/6

N'empêche que L'alpagueur se fait littéralement voler la vedette Par "L'épervier", Cremer y trouve peut-être son plus grand rôle dans les années 70.
La technique de l'épervier ; approcher des adolescents à problèmes, leur offrir ce dont ils rêvent pour les entraînés ensuite dans braquages sanglant avant de les abbatres à leur tour. La façon dont il aborde ses victimes peuvent faire penser à celle d'un pédophile, il est d'ailleurs presque un assassin d'enfants puisqu'il les sélectionnes selon leurs degrés de naïveté. Je me suis toujours demandé si le plan ou Cremer pose son regard sur un manège d'enfant il les regardes peut-être en se disant que ceux-ci pourraient être un jour ses prochaines victimes, l'approche se fait avec un cadeau à la clé (une moto, de l'argent de poche) comme s'il leur offrait un jouet ; n'hésitant pourtant pas avant de les tuer à leur offrir une glaçante tranche de tendresse.
Ensuite il semble laisser tombé sa double personnalité pour revenir à son métier de steward, apparemment pour tout le monde très sympathique mais dont les zones d'ombres reste totale. Et c'est là qu'est le problème, on aurait aimés en savoir plus sur le mode de fonctionnement de cet épervier, pourquoi ce bourgeois tranquille commet-il tous ces meurtres, est-ce par nécessité ou par goût ? En tout cas en quelques scènes Cremer interprète ce qui aurait pu être l'un de Sérial-Killer les plus inquiétant du cinéma français. Ce qui aurait été bien c'est qu'après L'alpagueur, Labro réalise "L'épervier".


Répondre

De PM Jarriq, le 17 juillet 2008 à 14:31
Note du film : 1/6

Là, on est d'accord. N'empêche qu'avec la pâtine du temps, la nostalgie, l'indulgence, il ne faudrait pas non plus prendre un p'tit routier sympa sentant le graillon, pour la Maison du Caviar. Comme disait l'autre, il faut savoir raison garder.


Répondre

De Impétueux, le 18 août 2008 à 22:17
Note du film : 0/6

Ce film, que je n'avais jamais encore vu, est passé sur une des chaînes de la TNT et il m'a semblé que c'était un des plus laids du siècle ! Photographie dans des tons de vomi, direction d'acteurs insignifiante, propos cauteleux et satisfait d'un Labro qui, au cinéma, n'a jamais eu rien à dire, archaïsme de l'anecdote et mise en scène en dessous du médiocre !

Tout est faux, agaçant, exaspérant même dans ce machin idiot. Une de mes plus pénibles expériences cinématographiques depuis cinquante ans.


Répondre

De fretyl, le 18 août 2008 à 22:43
Note du film : 4/6

Tiens donc !
Et quel est donc le film que vous avez détester en 1958 ?


Répondre

De Lagardère, le 18 août 2008 à 23:03

Dites, ami Impétueux, je lisais hier au soir votre amour de la Provence sur le fil de Manon des sources.Et j'étais bien de votre avis . Mais vous n'avez pas adopté que le "pays" : Vous semblez avoir aussi pris goût à l'exagératiooooooooon qui fait le charme des gens de là-bas ! Allons ! Allons !!

L'Alpagueur c'est pas un chef-d'oeuvre, d'accord, mais quand même….


Répondre

De littlecat, le 19 août 2008 à 09:18
Note du film : 5/6

Il est drôle, Impétueux. On se demande pourquoi tant d'exaspération pour un film qui, somme toute, se regarde avec plaisir. Certes, le choix des acteurs y est pour beaucoup : Belmondo toujours, Bruno Crémer très chic ; voir le film pour Jean-Luc Boutté, encore une fois, rien que pour lui. Et la maison de l'Epervier, à côté du château d'eau, ça existe vraiment (ou ça a existé) ! Une pensée pour Claude Brosset, indispensable dans son genre. Les rebondissements et les coups de théâtre, dont la scène dans l'avion, sont remarquables.


Répondre

De Impétueux, le 19 août 2008 à 09:31
Note du film : 0/6

Ami Lagardère, je n'ai pas adopté la Provence : je suis Provençal, de la Haute-Provence sèche et fermée de Jean Giono ; je ne pense pas avoir exagéré, dans ce mouvement de repli vraiment dégoûté que j'ai eu en tombant sur cet Alpagueur minable… disons que mes aversions (au nombre desquelles Bergman, Visconti, Antonioni) sont à la mesure de mes admirations (Guitry, Duvivier, Kusturica)

Frétyl, les films que j'ai détestés en 1958 ? J'en vois au moins deux, vus à l'époque (ceux découverts depuis lors ne comptent pas) : L'auberge du Sixième bonheur, monument de caramel douceâtre (et en plus, je ne kiffe pas beaucoup Ingrid Bergman, malgré Casablanca et Voyage en Italie) et Le Gendarme de Champignol, monument grasseyant de la France du Pernod et des ceintures en flanelle, avec l'épouvantable, hideux, monstrueux Jean Richard


Répondre

De droudrou, le 19 août 2008 à 10:14

Ce film, que je n'avais jamais encore vu, est passé sur une des chaînes de la TNT nous disait Impétueux ! Ca ne m'étonne pas : si c'est sur TNT, déjà, à l'origine, c'est explosif !…

Par contre, après 5 jours d'absence, il convient de noter que Lagardère est toujours à table ! Ce qui me fait penser au mauvais film Un pigeon qui pige (1957) de Norman MacLeod où on demande à Red Skelton, si ma mémoire ne me joue pas un vilain tour,de se mettre à table…

Pour ce qui est de notre ami Frétyl, pas de souci, c'est le vrai ! c'est le réel ! c'est l'authentique Frétyl dont il est impossible de réaliser une contrefaçon dès l'instant où l'on découvre ses premiers mots ! Ce qui me fait penser à notre ami Stendhal qui avait dit : "Dieu a donné la parole à l'Homme pour cacher sa pensée… avec notre ami Simon "Dieu a donné la parole à l'Homme pour cacher ses fôtes d'ortograffe…" – Bienvenue Simon, ça fait plaisir de te revoir…


Répondre

De lagardère, le 19 août 2008 à 14:00

Cher Impétueux, Vous êtes Provençal de souche , de naissance et de cuir ?? Alors là , attention : Digression !

Et vous avez quitté ce paradis pour habiter la capitale ?? Je ne comprends peut être pas "le Bossuet" , mais là , encore moins !! Les allées du pouvoir , je n'ai rien contre, mais sa terre , ami , sa terre …Et surtout cette terre là ! Ou vous avez une trés belle femme qui vous a alpagué ( ! ) la-bas ou un amour de la politique qui me dépasse ! Mais le grand Giono doit se retourner dans sa tombe ! Vous me direz que cela le remettra en place, puisqu'il s'était déjà retourné pour le croco de Cuba . Allez ! Ressaisissez vous, que diable ! C'est un homme enrrrraciné jusqu'à la glotte dans sa terre Périgourdine qui vous le dit amicalement : Ne faites pas rougir la lavande…Votre nez lui manque.

Oui, nous disions que L'alpagueur……


Répondre

De jipi, le 19 août 2008 à 14:42

Entièrement d'accord avec vous impétueux. Je l'ai regardé hier soir sur TMC je crois et jusqu'au bout encore il faut vraiment être maso. Je lui délivre la médaille d'or du navet soporifique.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter