Forum - Les Espions s'amusent - Aviation d'époque
Accueil
Forum : Les Espions s'amusent

Sujet : Aviation d'époque


De droudrou, le 18 décembre 2007 à 08:28
Note du film : 3/6

J'ai vu le film, j'avais 13 ans ! A 13 ans, les idéologies qui opposaient les Américains et l'ex-URSS ne sont pas très nettes et s'agissant d'un film d'aviation, comme dirait notre ami Vincentp : "quand on a régulièrement le major Buck Danny à sa table" (il n'était pas encore colonel), c'est plus la vision (relativement courte car les séquences d'aviation ne sont pas nombreuses) des "Sabre F-86" évoluant acrobatiquement dans le ciel que l'on retient (repeint en noir avec l'étoile rouge pour symboliser les Migs 15 non disponibles à la même époque). Ensuite, on tombe dans la comédie américaine où, bien évidemment, la dissidente soviétique adoptera l'American Way of Life. C'est une comédie sympa avec John Wayne et Janet Leigh qui n'est pas encore tombée dans les griffes d'Alfred Hitchcock…

En films d'aviation de l'époque, film qui ne servait pas à grand chose mais qui a obtenu pourtant un grand succès avec aux commandes le général James Stewart : "Strategic Air Command" – il ne racontait pas grand chose mais on savait que les B-36 pouvaient aisément faire le tour du globe pour aller larguer le petit matériel transporté dans leurs soutes…


Répondre

De adminforumjohnwayne, le 18 décembre 2007 à 14:28

Je viens de voir pour la premère fois "Jet Pilot" (les espions s'amusent).

Trés bonne comédie charmante et légère avec le Duke, qui excelle toujours dans les comédies de moeurs (signe de son grand talent plus large qu'on ne le dis), et une actrice qui est dans ce film la BOMBE SEXUELLE , digne des plus grand sex symbole du cinéma.

Trés beau couple.

J. Wayne

J. Leigh


Répondre

De vincentp, le 3 septembre 2016 à 20:04
Note du film : 5/6

L'affrontement politique entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique n'est pas le point le plus intéressant de Jet Pilot (1957), en raison du manichéisme lié à la représentation de l'URSS. Mais les relations entre les deux personnages principaux sont très bien traitées par Sternberg, grand maître pour évoquer la sensualité et la grâce féminine. Nombre de séquences sont très réussies. La photographie, les prises de vue aériennes, sont un autre point fort. John Wayne est égal à lui-même. Ce film plaira sans doute aux cinéphiles qui apprécient le cinéma américain des années 1950.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0089 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter