Forum - Titanic - Le film est aussi grand que le bateau
Accueil
Forum : Titanic

Sujet : Le film est aussi grand que le bateau


De Jarriq, le 16 mai 2003 à 19:12

Je ne sais pas pourquoi, mais je pense que ce film ne va pas bien vieillir et que ses naïvetés, ses facilités, ses longueurs, vont le laisser loin derrière les autres oeuvres de Cameron, que ce soit "Aliens" ou "Terminator 2".


Répondre

De vl92, le 19 mai 2003 à 19:47

Un excellent film qui mérite une réédition pour découvrir les coulisses du tournage.


Répondre

De Patrice Dargenton, le 20 juillet 2003 à 15:32
Note du film : 5/6

Par le réalisateur de Terminator 2 (un des meilleurs film de SF existant et une très très rare suite de film qui est supérieure au premier). Autre record à ajouter à ce film de tous les records, l'intérêt du film relativement à celui de l'histoire : à partir d'un simple bateau qui coule, Cameron en fait une sorte de symbole du naufrage d'une société, avec son luxe et ses misères, sa vanité et sa lâcheté. On se demande ce qu'il va bien pouvoir réaliser après !Patrice Dargenton (Mon site)


Répondre

De fretyl, le 2 octobre 2007 à 22:34
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Chef d'œuvre !

On s'en souvient de la sortie de ce film c'était un événement presque aussi important qu'un coupe du monde de Football ou de Rugby, le public s'est ruée dans les salles, mêmes ceux qui ne vont généralement pas au cinéma ont pris de leur temps pour aller assister à ce grand spectacle sur grand écran.

Cameron ne s'est pas borné a exhiber des effets spéciaux a répétition mais a tenu a réalisé la un vrai film de cinéma,un de ces films romanesque dans la lignée d'autant en emporte le vent qui marque le public, la critique et qui ne se démode jamais.
Cameron s'attache a cet événement et prend le temps de raconter des petites histoires. Mais le personnage principal reste le paquebot lui même extraordinaire décor de cinéma. Cameron tente a travers lui de faire revivre une époque, de recréer une atmosphère celle du 19ème.

La machine nous est décrite sous toutes ses formes, à tous les niveaux.
Les détails semblent si réels qu'on participe à cette traversée tragique. Bien sûr le montage très nerveux de Cameron rythme avec habileté un scénario riche en péripéties. L'œuvre apparaît donc dramatique et cruelle. Le temps ne s'arrête pas.

Mais la grande réussite de Titanic reste les effets spéciaux. A la fois invisibles, car on ne les perçoit pas, et omniprésents, ils sont carrément bluffant. A part quelques mouvements lourd la présentation du paquebot, Cameron a détaillé au maximum ses images. Et son cadrage numérique est tout à fait remarquable. On regrettera qu'il n'ait pas imaginé certaines idées plus visuelles.

De même il est étonnant que Cameron ait chercher à écrire une histoire narrative où une centenaire raconte ses douloureux souvenirs. Et lorsque le choc se produit c'est dans un chrono terrifiant que se déchaîne la violence du crash, la pression monte, les scènes de panique sont filmées avec une ingéniosité presque machiavélique, les regards, la peur de la mort tout est là, et rappelle aussi la même panique senti chez Spielberg lors de la prise du ghetto dans la liste de Schindler, jusqu'à l'apocalyptique morceau de bravoure, le paquebot sombrant dans les eaux glacés de la nuit.

Terrifiant, grand, beau et majestueux , il n'y a rien d'autre a dire !!!


Répondre

De s é p i a, le 2 octobre 2007 à 23:25
Note du film : 2/6

Je n'ai pas vraiment aimé ce film , Simon…Celui-là même. Bien sur l'Histoire , la Légende. Mais j'ai préféré, presque largement, certaines versions en noir et blanc qu'il m'a été donné de voir. Ce film, que je ne condamne pas, sent trop L'Ordinateur ! Il faut entendre, comme peut-être tu l'as entendu, James Cameron raconter que pour une heure de film , c'était six cents heures (600 heures !!!!) d'informatique, de palette graphique ! Que la buée qui sort de la bouche des acteurs plongés dans l'eau tiède, était peinte sur ordi. Trente personnes sur le quai pour le départ du Titanic… Trois mille à l'écran ! Et j'en passe…

Alors oui, le résultat bien sûr. Le résultat époustouflant ! Magique, oui. Mais je repense à certains écrits de Duvivier racontant que les caméras de l'époque étaient si bruyantes par moment, qu'il fallait les enfermer dans des cabines de bains. Quand il faisait tourner des acteurs qui devaient avoir froid, buée comprise , ça se passait un matin à cinq heures, dans un hangar glacé….

J'aime le coté artisanal d'un film. Je reproche à ce genre de production, dont je le répète, je salue le résultat, d'être plus prés du jeu vidéo que du long métrage…Tu comprends ce que je veux dire ? Tarzan… Les arbres qui sentent le synthétique, les lianes, le caoutchouc, on ne va peut-être pas aller jusque là, mais…

Mais merci pour ta photo : ça, c'est vraiment le Titanic !


Répondre

De fretyl, le 3 octobre 2007 à 00:03
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Qu'est ce que cela fait-il donc que Titanic ait été réalisé grâce a un informatique de pointe, du moment comme vous le dites que le résultat est bon, tant mieux.

Lorsqu'un plombier vient chez vous réparer un tuyaux cassé, qu'il le répare en utilisant du matériel moderne ou en travaillant a la main ça ne vous regarde pas, ce qui compte c'est le résultat, que le travail soit bien fait. Qu'une connerie comme Matrix ou La momie soit plus prés du jeu vidéo je vous l'accorde mais Titanic je ne pense pas, le réalisme y'est. Dans le naufrage final il n y'a rien d'inventer de la part des scénaristes, les ordinateurs ont juste permis de faciliter et de perfectionner un travail qui a été aussi manuel, une reproduction du bateau a je crois servit au film ainsi qu'un bassin de plusieurs kilomètres .
Et au cinéma c'est pareil le public prend son pied ou ne prend pas son pied et là tout le monde l'a pris, et sans oublier bien sur que c'est l'un des films les plus récompensée au monde avec ces onze oscars.


Répondre

De Impétueux, le 3 octobre 2007 à 10:48
Note du film : 2/6

Il fallait s'y attendre : Frétyl a rechuté.

En tout cas la fin du film (avec l'angelot DiCaprio accroché à je ne sais plus quoi) est un des plus grands moments de rigolade dont je garde le souvenir… (à quand un remake avec Jean-Baptiste Maunier, qui concourt lui aussi dans la catégorie mièvrerie triomphante ?)

Sépia a raison : il y a eu plusieurs films, graves et sobres, qui ont mis en scène la tragédie du Titanic sans se croire obligés d'inventer une histoire sentimentale improbable, dégoulinante et melliflue…

Ces morts méritaient mieux que ce gros machin rondouillard et mélodramatique…


Répondre

De droudrou, le 3 octobre 2007 à 11:56
Note du film : 5/6

Simon : le bassin ne mesurait pas plusieurs kilomètres de long ! Imagine un peu ! Représente toi ce que sont 1000 mètres et tu reverras ta copie.

En ce qui me concerne, rien à foutre que certaines images soient dues à un travail d'ordinataire tout comme rien à foutre que la jungle de Tarzan était composée à l'aide de lianes en caoutchouc ! Le cinéma était une usine de rêve ! Que la ou les techniques aient évolué depuis, c'est comme quand on évoque les teuf-teufs et qu'on les compare avec nos concept cars…

Le résultat : nous assistons à la disparition du Titanic et elle est honnête, ou relativement puisque l'on sait que certains passagers hommes se sont travestis pour pouvoir emprunter les cannots de sauvetage. Mais, et c'est vrai, jusqu'au bout la part de l'orchestre du bord a été importante jusqu'à l'interprétation du "Plus près de toi mon Dieu !"… Que DiCaprio s'accroche à je ne sais plus trop quoi tandis que sa copine est étendue sur un radeau improvisé, ça ne me choque pas ! Au hasard des catastrophes maritimes, c'est un fait établi. Et si plutôt qu'évoquer le Titanic on remontait à tous ces multiples naufrages qui ont émaillé l'histoire de la marine, rien n'empêcherait que l'on inventât une histoire se déroulant sur un de ces bâteaux qui remontaient le Nîl et qui ont pu couler tandis que les gavials et autres bêtes à grandes dents pointues se repaissaient des cadavres des passagers !

Là, je suis vraiment tenté de dire "carton jaune" pour mes amis Sépia et Impétueux (ce dernier qui va me dire que je protège Frétyl, mais un Frétyl qui ne perd rien pour attendre !…)

Simon ! Tu as vu tes fautes d'orthographe et de grammaire ? Tu veux une fessée cul-nu ?


Répondre

De s é p i a, le 3 octobre 2007 à 12:44
Note du film : 2/6

Mon cher censurénard ( arrêtez , vous vous faites du mal…!), mon gentil droudrou qui me collait un carton jaune avec brutalité (oh la brute!), le cinéma est une machine à rêves , oui. Mais au meme titre que le parchemin ou l'ordinateur , si le résultat est le même , le coté "humain" en prend un coup ! Il y a La Joconde au Louvre et celle que l'on peut acheter dans un magasin Gi-FI pour mettre dans ses Latrines , comme dirait "Le père" Impétueux….A première vue , c'est la même . Mais je vais certainement plus rêver devant le savoir faire de Léonard qu'en écoutant le ronronnement de la photocopieuse…


Répondre

De droudrou, le 3 octobre 2007 à 12:45
Note du film : 5/6

Simon Frétyl, c'est "My fair lady" de DVD Toile. Il est "The cold blooded murderer of the French Tongue"… Par contre, je me vois mal en Henry Higgins et me pose la question sérieuse si je ne vais confier le rôle à mon ami Impétueux, Mistress Pierce voyant sa digne figuration en notre amie Sépia… Yes, Governor !


Répondre

De fretyl, le 3 octobre 2007 à 23:00
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Voila, il suffit que je ne sois pas d'accord avec Impétueux pour que tout le monde disent que je rechute et m'insulte presque. Il se prend pour qui celui là de me dire "caca" et la connerie de Droudrou de dire vouloir me mettre une fessée cul nu, merde quoi j'ai pas quinze ans , alors qu'il pourrait très bien défendre mon opinion vu qu'il est d'accord avec moi, mais non, on ne défend pas Fretyl on lui cherche la petite bête, il sent le gaz lui, c'est un reflex on ne peut pas être à 100 % d'accord avec lui.

On a pas besoin avec moi d'utiliser les cher amis et on me tutoie en plus, ben merde alors !!!

Si cela continue comme ça je croit que bientôt je vais prendre mes clics et mes clacs et me barré comme le ferait la critique qui a été unanime pour Titanic, et les plusieurs millions de fans et je crois que si c'est le film le plus récompensé dans le monde ce n'est pas par hasard et s'il a été réalisé de façon moderne (pas comme ces vieilles merdes de Titanic en carton qui date des années trente) eh ben TANT MIEUX !

Alors la critique de Impétueux qui a chaque fois que je ne suis pas d'accord avec lui dira que je rechute (encore faudrait-il que j'ai changé)je m'en tamponne les amygdales .


Répondre

De s é p i a, le 3 octobre 2007 à 23:33
Note du film : 2/6

Simon , Simon….Chuuuuuut ! Allons mon p'tit copain , ne le prend pas comme ça. Personne ne t'insulte , personne. Ne te mets pas en colère . Impétueux et droudrou ne t'insultent pas: Ils te disent à leur façon à eux , peut-etre un peu "rentre dedans" , qu'ils t'aiment bien….Mais si , Simon ! Non , tu ne sens pas le gaz ! Tu es des notres et si tu faisais tes clics et tes clacs , comme tu dis , tu nous manquerais beaucoup…Il faut me croire , Simon.

Et puis les "chers amis" qui ont l'air de te manquer , mais c'est pour les vieux brigands comme nous ! Toi tu es jeune et sympa . Il n'y a que les vieilles croutes que l'on vouvoie. Même moi , ils me vouvoient ! C'est dire que je ne suis plus trés fraiche…Tu veux que je te dise un secret qui restera entre nous ? Tu es un jouvanceau égaré dans une assemblée de vieilles barbes.. Le boulevard des Maréchaux en est plein ! Il y a même l'empreinte de leurs pieds sur le trottoir , d'après Vincentp ! C'est te dire que c'est pas des perdreaux de l'année ! Mais ce ne sont pas des mauvais garçons , je te le jure…je ne serais pas içi , autrement.

Allez mon p'tit copain….un sourire ? En tous cas , moi je t'embrasse fort..

Et puis , tu sais quoi? Sur le fil "d'Un Flic" de Melville , j'ai posé une question à Gaulhenrix. Et si tu me donnais ton avis ?


Répondre

De droudrou, le 4 octobre 2007 à 08:55
Note du film : 5/6

Simon, il me semble que c'est sur le fil du "flic", tu nous as fait une critique sans faute d'orthographe et de français ! Titanic, pour moi, c'est bien ! Mais tu es lassant de tes irrégularités ! Quand Sépia te dit qu'on t'aime bien, ce n'est pas un bobard ! Au contraire ! Mais de grâce, fais des efforts et arrête de nous abreuver en croyant qu'on ne t'aime pas ! On naît ce que l'on est, mais on est aussi ce que l'on veut être ! Puisque tu n'es pas content quand je veux te ficher une fessée cul-nu (il n'y a pas de "e"), c'est que tu as une certaine fierté ! Eh bien, fais que cette fierté soit là et modifie ton comportement ! Et pour notre amie Sépia, il y a un accent circonflèxe à croûte !


Répondre

De urspoller, le 4 octobre 2007 à 08:55
Note du film : 4/6

Même si nos goûts cinématographiques divergent, je signe volontiers la pétition en faveur de l'irascible Frétyl afin d'éviter les débats par trop édulcorés. Pour me mettre au diapason des vos coreligionnaires, je vous ferai quand même une petite remarque amicale quant à l'orthographe et la syntaxe. Personnellement, je ne vous embrasse pas car une étreinte d'un ursidé pourrait vous poussez à nous quitter illico presto !

Bon mon âge, je dois éviter le surmenage. Allez, les dents dans le verre et au lit, l'ours!


Répondre

De droudrou, le 4 octobre 2007 à 09:02
Note du film : 5/6

Tiens, Simon ! Reprends la note de notre ami Urspoller et fais nous le décompte des fautes d'orthographe ! Il n'est pas blanc… mais ses interventions respectent des règles ! Et puis, tiens, fais nous une bonne critique d'un Hitchcock qui amène notre ami Impétueux à vouloir le voir – ou – d'un bon film Asiatique comme "Ran" !


Répondre

De PM Jarriq, le 4 octobre 2007 à 09:31

Bon… Si DVDToile cessait à présent, de devenir le divan de psychothérapie des désarrois de l'élève Frétyl, pour se consacrer à ce qui nous réunit tous ici : l'amour du cinéma. Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie, mais tout ceci devient un peu bêta.


Répondre

De urspoller, le 4 octobre 2007 à 12:34
Note du film : 4/6

J'abonde évidemment dans le sens de droudrou, dont le sobriquet m'interpelle au plus haut point. Brosse une critique intéressante et constructive de n'importe quel métrage d'Hitchcock ou encense les vertus cinématographiques ou esthétiques de la nymphe Ingrid Bergman et là, Frétyl, vous êtes sûr d'être dans mes petits papiers. Pour les fautes d'orthographe, j'avoue, comme une immense majorité, des lacunes et je dois confesser ne point relire mes messages, mais comme disait Billy Wilder : personne n'est parfait ! Mais, une application minimale empêche les carabistouilles ou les défauts –trop fréquents- de maîtrise de notre belle langue française


Répondre

De love de Jack, le 13 août 2008 à 20:33

Leonardo Dicaprio est un acteur formidable, j'ai déjà visionné quelques films (Titanic, Blood Diamond, Roméo + Juliette et arrête moi si tu peux. Ils étaient tous magnifiques. Leonardo Dicaprio n'est pas un acteur friqué et qui s'en fout de tout excepté de son argent. après la mort de sa grand-mère, il est revenu d'Espagne pour assister à l'enterrement de l'une des personnes qui comptaient le plus pour lui. Je dis çà car plusieurs artistes n'auraient pas fait çà.


Répondre

De Amoureux Transi, le 10 septembre 2008 à 21:03

Bien qu'étant souvent en désaccord avec Fretyl, je dirai qu'après avoir regardé pour la "première" fois Titanic durant les vacances, je partage son opinion vis-à-vis de ce film .Par contre Impétueux me choque en trouvant la scène final drôle !Comment peut-on rire devant ce couple qui s'aimait et qui se retrouve séparé alors que les deux jeunes gens étaient à deux doigts de s'en sortir ?C'est presque sadique que de dire ça .

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce film bien que lui reconnaissant quelques longueurs au début .C'est ma foi le cas de beaucoup de longs-métrges comme par exemple King Kong .Ceci étant dit, le film de James Cameron nous fait découvrir à la fois deux histoires .Celle du paquebot et celle d'un amour naissant qui se mélangent très bien .Tant qu'à l'idée de la personne âgée, je la trouve très bonne .Très sincèrement, pour une fois, je partage entièrement l'avis de Simon.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 17 avril 2010 à 16:11
Note du film : 3/6

Leo Winslet et Kate di caprio (lui fan de metal, hésite entre l'intégrale de "Pantera" et celle de "Megadeth"; finalement il préfère le best-of de Clayderman; elle rondelette et aristo ne mâche pas ses mots ni le reste…)

Ils se rencontrent à la piscine, papotent au grand salon, et flirtent dans leurs cabines. Ils copulent sur le piano à queue (même si Katie préfère celle de Leo…pardon), s'etreignent à la proue du navire(" take care, your zigounette is out your braguette!!!") et s'unissent dans la salle des machine, le postérieur sur un gros piston (pas celui de léo, hein! re-pardon…)' Extrait du dialogue: "-ma mie, puis-je insérer mon trombonne à coulisses dans votre four à pain?

  • speak in english,you stupid french bastard anti-Bush ! take your braquemart in your pocket and get out, frogg-eater!!!
  • excuse-moi…euh, sorry…can I put my zigounette in your little cat ?
  • yes.
  • is it allright ?
  • yes.
  • really ?
  • yes.
  • really reall…?
  • ta gueule.
  • you speak french, honey?
  • shut-up.

C'est alors qu'un iceberg intensément phallique se dresse dans la culotte de Léo…pardon, au beau milieu de l'océan, bien sûr! Kate, encore émoustillée par les prousses amoureuses de l'étalon américain, s'exclame alors :" Damned! this fieffé glaçon makes me crazy !… "

C'est alors que rien ne va plus: James-je-fais-tout-péter-Cameron renverse son paquebot en plastique dans sa baignoire, le bain-moussant envahit les coursives et ces damnés musiciens en plastique s'évertuent contre vents et marées (hi hi !) à jouer le "Beau Danube bleu"…

Dans les lueurs tremblotantes de l'aube naissante, le Géant d'Acier et de Tôles sombre irrémédiablement, sa proue se dressant dans l'obscurité glaçée…"-what a beautiful son-et-lumières! It's better than "The Choristes strike back" directed by John Baptiste Maunier et John Luke Godarde…- je préfère "Voyage au bout des choristes" de Martine, non, Céline…- you speak french, sweetie?!?!-ta gueule."

Réfugiés sur un radeau en plastique, pardon, sur une chaloupe, Kate s'exclame :"shiit!scheeeize! meeerde! I've lost my belt of chasteté in the water!!! go in the water, little frogg-eater, and bring it me back !!!" Leo s'éxécute mais se fait croquer la fesses droite par un squale géant."where is the partie charnue of your personality ? get out, stupid frogg-eater !!!" Leo rejeté par sa dulcinée, coule à pic se fait croquer l'autre fesse par le squale qui demande son dû, et meurt déculotté…

De retour dans sa chambre de bonne au quartier st Michel et pour se changer les idées, Kate visionne dans la foulée : "L'aventure du Poséidon", "Sauvez le neptune" et "Requiem pour un choriste abandonné aux squales"…Délaissant son MP3 qui diffuse en boucle "L'atlantique" du duo Bachelet/Jeannot, Kate s'interroge : "where is my bloody frogg-eater now? Fiéffé squale!!!oh my Leo …what a powerfull zigounette ! what a pretty little fesse !what a gorgeous trombonne à coulisses…!"

                               THE END…

Répondre

De Impétueux, le 17 avril 2010 à 19:51
Note du film : 2/6

Ah que je regrette de ne pas maîtriser la langue de Shakespeare et de David Beckham pour pouvoir applaudir à plus de deux mains le récit délicieux (et délicat, allons-y !) de Steeve McQueen !!!

Continuez, ami, vous nous avez manqué !


Répondre

De Steve Mcqueen, le 17 avril 2010 à 20:12
Note du film : 3/6

Merci cher Impétueux ! je suis ravi qu'un grand connaisseur de Becker, Renoir et Carné tel que vous, un thuriféraire de Gabin et Ventura, s'intéresse à mes écrits remplis de mauvaise foi- évidente et délibérée- d'ironie -acerbe, du moins je l'espère- et de délires éstudiantins, voire parfois même potaches !!!


Répondre

De Tamatoa, le 13 mars 2012 à 16:52

Stupeur !


Je viens d'entendre Pierre Bellemare raconter que seul le Titanic (1943) qui (sera diffusé le 8 Avril prochain dans le cadre du cinéma de minuit !) de Werner Klingler et Herbert Selpin raconte la stricte vérité sur le naufrage du transatlantique. Que le Commandant Smith se comporta de façon encore plus immonde que le Commandant du Concordia ! Qu'il quitta le bâteau parmi les premiers, laissant les sous officiers de débrouiller seuls avec les passagers. Ce qui va à l'encontre de tout ce que l'on nous a enseigné à ce jour ! Drôle de révélation pour célébrer le centenaire de la plus grande tragédie maritime de tous les temps ! J'aimerais bien savoir oû Bellemare à puisé cette information que je considère comme capitale ! Peut importe la version cinématographique, celle de Caméron étant la plus suintante de sucre indigeste, je parle juste de la vérité sur le comportement du commandant Smith. Vous me direz que l' "Histoire", à plusieurs reprises, nous a dévoilé le négatif de tant des rêves bien encrés. Mais c'est chaque fois un embarras nauséeux qui s'empare de nous .

Etrange, ces légendes balayées d'un revers de manche ! Après le lait, boisson indispensable pendant des siècles et aujourd'hui (et très récemment) présenté par les plus grands scientifiques comme un poison quasi violent pour l'organisme, voilà que le capitaine Smith, exemple de courage et d'abnégation, n'était qu'un lâche.. Violent malaise ! Oû allons nous ? Qui faut' il croire ? Vers qui se tourner ? Doit' on alors détruire la statue du commandant, érigé à sa gloire à Lichfield, comté du Staffordshire en Angleterre :


Laissant à ses compatriotes l'exemple et le souvenir d'un coeur magnanime, d'une vie courageuse et d'une mort héroique.

Malaise ! malaise !..


Répondre

De Impétueux, le 5 septembre 2015 à 11:03
Note du film : 2/6

Il y a des films qui ont un succès plus lacrymal qu'artistique. Ce fut par exemple le cas, en 1970 de la bluette Love story qui a fait couler le rimmel de quelques millions de péronnelles sentimentales. La fin du siècle n'a pas changé cette tendance à l'émotion grand format et, en 1997, Titanic a fait pleurer les filles (et peut-être même les garçons) de celles qui avaient frémi d'émotion (et d'aise, aussi, donc) devant la pauvre Ali MacGraw mourant de leucémie dans les bras de Ryan O'Neal sous la musique en caramel de Francis Lai.

Dans le film d'Arthur Hiller, un jeune homme riche s'amourachait d'une jeune fille modeste. Dans Titanic c'est le contraire mais c'est pareil : prince et bergère, princesse et berger, c'est interchangeable. Il y a en plus, bien entendu, la certitude d'une catastrophe collective, une histoire effroyable connue de tous, des effets spéciaux et des moyens à la mesure d'un budget considérable et toutes les ficelles dramaturgiques que l'on peut tirer de la juxtaposition sur le gros paquebot, de personnalités dissemblables, caractéristiques, odieuses ou généreuses, courageuses ou lâches, des marins, des enfants, des officiers, des soutiers, des salauds et des héros.

Sur ce dernier point, déjà, je dis ma déception : les bons films-catastrophe (La tour infernale par exemple) sont ceux qui présentent et approfondissent des tas de personnages qu'on suivra ensuite avec sympathie ou antipathie, dont on partagera les craintes et les espérances, qui donneront en quelque sorte, un peu de chair et de substance au véritable sujet qui est, en soi, la catastrophe. Ceci n'exclut évidemment pas que certains protagonistes se détachent et deviennent le ou les héros du film, mais il y a des arrière-plans qui permettent donc de mettre en valeur les premiers sujets.

L'histoire d'amour qui réunit Jack (Leonardo DiCaprio) et Rose (Kate Winslet), dans sa niaiserie prétendument audacieuse (et donc d'une infinie vertueuse conformité aux codes des romans roses et du politiquement correct) prend malheureusement tellement de place qu'elle estompe complètement le comportement de tous les autres voyageurs, à la toute mince exception du fiancé de Rose, Caledon Hockley (Billy Zane) et de son âme damnée Lovejoy (David Warner) ; d'autant que le film est absolument pollué par les séquences qui se situent en 1996 et les retrouvailles avec Rose, alors centenaire (Gloria Stuart) absolument dénuées de tout intérêt, sans doute conçues pour qu'on y puisse voir le retour à la mer du diamant bleu pieusement conservé par la vieillarde : une des images les plus grotesques de l'histoire du cinéma (qui n'en manque pas, il est vrai).

La caractérisation des deux héros ne fait évidemment pas dans la dentelle. La jeune femme, en avance sur son temps, apprécie Monet, Degas, les impressionnistes et, avant tout le monde a perçu le génie (??) de Picasso ; elle est évidemment en révolte contre son milieu (il est vrai que la veulerie arrogante de son fiancé est vraiment gratinée) ; elle est désintéressée, passionnée, courageuse. Le jeune homme, qui a du talent artistique, est charmeur, chanceux, séduisant, hardi, inventif. C'est un conte de fées héroïque (les héros sont seuls contre tous) et tragique. Cucul-la-praline, en tout cas.

C'est dommage parce que les seules images du naufrage sont extrêmement spectaculaires et que James Cameron a pu bénéficier de gros moyens pour le reconstituer. Mais sur les 3 heures et quart que dure le film, que de place perdue ! Le choc avec l'iceberg ne survient qu'au bout d'1h40 et la dernière demi-heure, après l'engloutissement du paquebot, tire à la ligne. Reste, si je compte bien (ce dont je ne suis pas sûr) 1h et quart d'effets dramatiques. Mes souvenirs très vagues de Atlantique, latitude 41° sont ceux d'une plus juste proportion entre les préliminaires et l'action…

Il y a eu presque 21 millions de spectateurs en France pour voir ça ; et 20 millions et demi pour Bienvenue chez les ch'tis. Tout cela est glaçant.


Répondre

De droudrou, le 5 septembre 2015 à 15:36
Note du film : 5/6

Comme aujourd'hui c'est la Braderie de Lille, Impétueux les ch'tis et Louis la Brocante seraient heureux de vous accueillir devant une grande assiettée de moules et des frites, sans omettre une bonne bière !… Et souvenez-vous : mieux vaut la bière dans le corps que le corps dans la bière… Amen !

Par ailleurs, je parcourais le fil des échanges et constate que la verve de notre ami Steve McQueen nous fait bien défaut même s'il nous gratifie toujours de sa présence et de la pertinence de ses avis il y aurait comme qui dirait un grand manque…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.061 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter