Forum - Journée de deuil pour le cinéma - Avis
AccueilJournée de deuil pour le cinéma
Forum : Journée de deuil pour le cinéma

Sujet : Avis


De droudrou, le 30 juillet 2007 à 15:28

AlHolg écrivait, il y a quelques temps :

Michel Serrault reste, du haut de ses 75 ans et de ses plus de 100 films, très actif, tant au cinéma qu'à la télévision. Souhaitons lui, (ainsi qu'à son alter ego féminin Jeanne Moreau), de rayonner encore longtemps, avec intelligence et chaleur, sur le cinéma français.

Et aujourd'hui, Michel Serrault s'en est allé… nous laissant dès lors sur notre faim. Je ne cache pas que je n'étais pas content en apprenant la nouvelle, presque choqué qu'il nous quittât ainsi sans prévenir.

En ce qui me concerne, hors bien d'autres rôles dont l'énumération serait fastidieuse, je retiens 3 rôles : Le Bonheur est dans le Pré, bien évidemment La Cage aux Folles et Le Miraculé avec, presque, le mot de la fin "I can speak now !…"

A propos d'Ingmar Bergman, on n'est pas du tout confronté au même registre. On est face à une autre facette du cinéma. Il nous a fait de très grands films. Pour ma part, j'aime beaucoup La flûte enchantée.


Répondre

De Impétueux, le 30 juillet 2007 à 17:05

Si la mort d'Ingmar Bergman ne me fait ni chaud ni froid, car je suis résolument fermé à toutes les nébulosités scandinaves, depuis Ibsen et Strindberg, celle de Michel Serrault me peine comme celle d'un ami proche.

Quel registre ! J'ai eu le privilège de voir deux fois, au théâtre, La Cage aux folles (et me suis toujours refusé de regarder le moindre film, malgré mon admiration pour Ugo Tognazzi) où il était époustouflant.

Comme il était époustouflant dans le rôle de l'Oeil, de Mortelle randonnée – encore plus que dans le Martinaud deGarde à vue) ou dans celui de Staniland de On ne meurt que deux fois.

Il arrivait même à rendre des Mocky supportables ; c'est dire !


Répondre

De PM Jarriq, le 30 juillet 2007 à 17:06

De Serrault, je retiendrai personnellement Garde à vue (le rôle de sa vie), Mortelle randonnée et Nelly et Monsieur Arnaud, j'étais moins sensible à ses numéros de clown, et à ses derniers rôles de paysans bourrus.

Curieusement, la disparition de Bergman m'a davantage surpris et peiné, même si le cinéaste avait dix ans de plus que Serrault, et qu'il avait achevé son oeuvre. Le silence, Septième sceau, L'oeuf du serpent, Persona, et tant d'autres ont à jamais marqué l'Histoire du cinéma.

Déjà que l'été s'annonçait mal…


Répondre

De PM Jarriq, le 30 juillet 2007 à 18:01

Ah ? Vous êtes hermétique à Bergman, Impétueux ? Je reconnais que c'est difficile d'accès, pas toujours limpide, mais quand on tombe sur un de ses grands films (et sur le nombre, il y en a quelques uns !), c'est un vrai voyage dans l'inconscient. Cela dit, si je me souviens bien, vous n'êtes pas non plus attiré par Woody Allen, ce qui est la preuve d'une cohérence certaine.

Mais quand même… En commençant par Le silence et Hannah et ses soeurs… Un jour… Pluvieux…


Répondre

De droudrou, le 30 juillet 2007 à 18:53

Oui, effectivement, PM Jarriq, pour Impétueux ce n'est pas évident de comprendre Bergman… Pour d'autres aussi, d'ailleurs !… Mais, histoire de titiller un peu plus notre ami et de relancer la m… pardon, la conversation, tu noteras qu'il nous parle avoir vu Serrault sur scène et deux fois, en plus !…

Et puisqu'il est question du Le silence, pour le moins, en son temps, il avait pas trop mal alimenté les conversations et qu'on pouvait aussi se poser la question de connaître les motivations du public qui venait le voir.

Il me semble, si je ne dis pas de conneries, parce que ça m'arrive quand même assez souvent et plus encore sur DVDToile, que Le silence était programmé en Allemagne et que sa sortie en France avait été assez… retardée ! Ach so ! Ah ! Les Franzais…


Répondre

De Impétueux, le 30 juillet 2007 à 18:56

Pluvieux et glacial ; comme Le silence que j'ai vu jadis et qui m'a accablé…


Répondre

De vincentp, le 30 juillet 2007 à 19:00

Pour apprécier l'oeuvre de Bergman, sans-doute faut-il commencer par regarder ses oeuves les plus accessibles : Monika, Sourires d'une nuit d'été,


Répondre

De Gaulhenrix, le 30 juillet 2007 à 22:41

Immense Bergman pour l'ensemble de son oeuvre.

Le cinéaste de l'essentiel.


Répondre

De Impétueux, le 30 juillet 2007 à 22:44

Il est un peu compliqué de s'exprimer sur ce fil, dédié à deux personnalités si dissemblables…

Je lis dans Le Monde que Michel Audiard trouvait une forte ressemblance entre Michel Serrault et Robert Le Vigan ; quelle clairvoyance ! la même folie, la même outrance, la même immensité contenue ! L'un et l'autre étaient capables de tout jouer, de terrifier, d'apitoyer, de faire frémir, d'inquiéter, de ravir…

Je cite un de ses magnifiques propos : J'aime laisser supposer par mon jeu que nous sommes tous de pauvres êtres capables de choses pas très belles. Devenir héros ou salaud, c'est parfois juste une affaire de courant d'air. Je suis une espèce de terrain vague d'où jaillit je ne sais quel mystère. Dans les pires personnages, je cherche à montrer ce moment de détresse absolue qui efface l'horreur, et où, l'espace d'une seconde, peut naître la grâce, qui change tout. J'ai besoin de semer le doute et de racheter même les âmes perdues .

Le chrétien exigeant qu'était Serrault ne pouvait pas mieux exprimer la fragilité de la condition humaine, ce que Marcel Proust disait de la même façon : Dans l'homme le plus méchant, il y a un pauvre cheval innocent qui peine.


Répondre

De sun29, le 2 août 2007 à 14:27

Comme beaucoup d'entre nous, j'eprouve beaucoup de peine pour la disparition de michel serrault. Qui va le remplacer ? En ce moment, nous beaucoup de grands monstres du cinema.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0067 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter