Forum - Les Godelureaux - Chabrol se fout de nous
Accueil
Forum : Les Godelureaux

Sujet : Chabrol se fout de nous


De Impétueux, le 15 juin 2007 à 19:21
Note du film : 1/6

Je ne peux pas concevoir que Chabrol, qui avait fait une entrée si tonitruante et remarquable dans le cinéma avec Le beau Serge, Les cousins, voire Les bonnes femmes, je ne peux pas concevoir qu'il ait tourné ce fourre-tout superficiel et ennuyeux autrement que pour profiter de la vague du succès ou, plus probablement encore, pour réunir une bande de copains et leur faire jouer n'importe quoi.

Eric Ollivier, le romancier dont est tiré ce récit des Godelureaux est un écrivain mineur et plaisant, désinvolte et léger, un peu de l'école des Hussards, mais avec un talent qui ne peut se comparer à celui de Roger Nimier ou de Jacques Laurent ; mais enfin, c'est un peu de la même veine, ça se laisse agréablement lire pour qui aime des histoires d'intermittences du cœur et de stratégies de conquêtes sentimentales. Il y avait de la matière en tout cas pour réaliser un film plaisant, rieur, sans grande importance, mais précisément, aussi, assez léger pour faire passer un bon moment.

Mais au cinéma, il faut tout de même un peu de structure, et ce qui passe, par la grâce d'une jolie phrase et d'une rêverie suggérée en littérature, ne pardonne pas lorsque les acteurs sont mal dirigés (en fait non dirigés du tout), lorsque le découpage est fait à la va-vite, lorsque le réalisateur se préoccupe uniquement de boucler son tournage selon le financement que lui alloue le producteur.

Ce qui aurait dû, donc, être léger et vaporeux devient alors insignifiant et inutile, et l'on s'ennuie sérieusement, en guettant la fin là où l'on aurait pu prendre un plaisir de bonne compagnie.

Les godelureaux n'ajouteront rien à la renommée du cher Jean-Claude Brialy et Bernadette Lafont y trouvera le moyen d'y être crispante sans agrément, ce qui, pour elle, et de mon point de vue d'admirateur, est une performance. Une mention spéciale dans l'irritation que je ressens pour Sacha Briquet, dont la face lunaire et exaspérante est quelquefois bien utilisée, en ce début des années Soixante, mais qui, là, sombre dans le grotesque.

Heureusement le DVD m'a coûté deux balles ; j'aurais regretté d'en dépenser plus…


Répondre

De PM Jarriq, le 15 juin 2007 à 22:13

C'est un peu l'effet pervers des sites proposant des DVD à un euro (et parfois moins) : on se retrouve à commander des films qu'on n'a pas vraiment envie de voir, encore moins envie de posséder, et dont on sait à l'avance qu'on ne va pas les aimer ! Qui ne s'est pas laissé tenter ?


Répondre

De Impétueux, le 15 juin 2007 à 22:26
Note du film : 1/6

Observation fort juste et terriblement cruelle ! Elle est de la même nature que ce tropisme qui pousse des femmes intelligentes à se ruer, au moment des soldes, sur des articles dont elles n'auront pas l'usage.

Il y a un moment où la folie de l'achat, irraisonnée et compulsive, vous place dans un état d'absurde dépendance. Et, naturellement, c'est moins ses trois sous que l'on regrette que l'heure et demie passée, au détriment de vraies découvertes, ou de re-visions de films admirables !


Répondre

De Gaulhenrix, le 16 juin 2007 à 09:49

Mais vous n'avez pas perdu une heure et demie, Impétueux, puisque vous avez partagé un nouveau moment de votre vie avec Brialy et, surtout, que vous lui avez redonné vie le temps d'un film…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter