Forum - - Jean-Claude Brialy est mort...
Forum :

Sujet : Jean-Claude Brialy est mort...


De PM Jarriq, le 31 mai 2007 à 07:46

Tout comme Jean-Pierre Cassel, récemment disparu, il est difficile de rattacher Brialy à des films bien précis, ou des rôles particulièrement marquants. Acteur "light", à l'aise dans la comédie, il a probablement trouvé son emploi idéal dans les premiers Chabrol, et surtout dans le rôle de l'arriviste joyeux et sans scrupule de Carambolages de Marcel Bluwal.


Répondre

De starlight, le 31 mai 2007 à 09:09

Pour tous les personnages hors du commun, nous avons du mal à admettre leur disparition. Je me souviens très bien de ses débuts au cinéma où son physique, son élégance et sa désinvolture, révolutionnaient l'image que l'on se faisait du "jeune acteur"…

Claude Chabrol a su lui confier des rôles où le cynisme et le parisianisme n'étaient pas très loin… On associait volontiers ce jeune acteur à la "Nouvelle Vague"…

"le théâtre et la vie peuvent parfois ne faire qu'un"… Cette citation de Brialy montre à quel point il a aimé et oeuvré en faveur du "spectacle" sous toutes ses formes… Créateur du Festival de Ramatuelle, Directeur de plusieurs théâtres parisiens, il était présent dans de nombreuses manifestations… Cet homme cultivé et discret a su mettre à profit l'âge venant, le sens d'une certaine dérision toujours gentille, en portant un sourire amusé sur lui-même et les Autres…

En relisant sa nombreuse filmographie, je repense à un film de Julien Duvivier de 1962 "La chambre ardente", qui est rarement évoqué… et pourtant !… j'ai souvenance d'un véritable film d'angoisse et d'horreur où JC. Brialy se partageait la distribution avec Claude Rich, Edith Scob, Perrette Pradier et Nadja Tiller… Un film "noir" où l'ambiance pesante était sublimée par le jeu de ces acteurs atypiques… Je n'en vois pas trace sur le Forum…

Au-delà du temps et des mesquineries terrestres, gageons que Jean-Claude va retrouver là haut tous ses amis comédiens qui l'ont précédé…


Répondre

De Impétueux, le 31 mai 2007 à 09:22

J'ai eu, un temps de ma vie, le grand privilège d'être honoré de la sympathie de Jean-Claude Brialy : c'était un homme d'une courtoisie, d'une élégance, d'un raffinement extraordinaires. C'était un conteur exceptionnel, sachant mille anecdotes sur le milieu du spectacle et le milieu des Lettres depuis un siècle et contant ces anecdotes avec verve, rosserie quelquefois, mais sans méchanceté aucune.

Un des très beaux souvenirs de ma vie est d'avoir participé à un dîner où Alain Decaux et lui rivalisaient d'esprit et de brio, émerveillant la tablée entière.

Il était, en plus d'une très grande gentillesse et d'une très grande fidélité en amitié et savait, mieux que quiconque créer un lien entre personnes ne se connaissant pas et n'étant pas du même monde, en mettant en valeur chacun aux yeux de tous.

Il disait lui-même que sa carrière cinématographique avait commencé avec des films de qualité (les Chabrol, notamment), puis qu'elle s'était enlisée dans certaines facilités. J'aimerais beaucoup revoir, toutefois, les films qu'il a réalisés, qui étaient sensibles et intelligents, Les volets clos, Un amour de pluie ou Les malheurs de Sophie

Il a campé des silhouettes très ciselées (le Paul Cisterne de La Banquière de Francis Girod, le Procureur Villedieu, décadent suicidaire du Juge et l'assassin de Tavernier notamment) mais, à mes yeux, son rôle majeur, son chef d'œuvre, c'est le Jérôme du Genou de Claire d'Eric Rohmer.


Répondre

De verdun, le 31 mai 2007 à 13:11

Difficile de voir disparaître un personnage aussi sympathique et familier- lui qu'on avait d'ailleurs méchamment surnommé "La mère Lachaise" tant il était présent aux enterrements de ses nombreux amis. Au point qu'on en oubliait parfois l'acteur au profit du personnage mondain.

Comme Impétueux, le film qui me vient en tête, c'est Le genou de Claire de Eric Rohmer. Mais difficile d'oublier Le beau Serge, Le fantôme de la liberté, Mortelle randonnée, Le juge et l'assassin ou Une femme est une femme. Il convient sans nul doute de redécouvrir une aussi riche carrière…


Répondre

De vincentp, le 31 mai 2007 à 14:08

Comme Impétueux, il me semble que son rôle de Jérome dans Le genou de Claire restera avec le temps comme son rôle le plus marquant. Tout simplement parce qu'il y était lui-même et que ce rôle mettait en évidence ses qualités humaines, avant celles de l'acteur : sociable, cultivé, fin et intelligent, et ayant aussi -ce qui n'est pas rien- une excellente compréhension de la psychologie féminine. Il est difficile aujourd'hui d'imaginer que ce comédien nous a quitté, tant Le genou de Claire, qui parlait il y a plus de trente ans de l'instant présent, semble figé dans le temps. La magie du cinéma !


Répondre

De droudrou, le 31 mai 2007 à 15:45

Que peut-on ajouter à tout ce que chacun a pu dire ? Rien sinon qu'avoir du regret !


Répondre

De RdT, le 2 juin 2007 à 11:31

Un immense acteur, chacun des personnages qu'il a incarné à l'écran l'a été avec un talent infini. C'est très cetainement son personnage dansLe Beau Serge que la postérité retiendra.

Une figure que je regretterai.


Répondre

De Gaulhenrix, le 3 juin 2007 à 11:22

Comme vous, je célèbre le comédien.

Mais je suis plus réservé en ce qui concerne le personnage mondain qu'il incarnait si volontiers : il lui est même arrivé de tenir une chronique… mondaine régulière dans Jours de France !!!


Répondre

De Arca1943, le 6 juin 2007 à 02:40

Je fais l'inventaire de la filmographie riche et variée de Brialy et voilà que je tombe sur un film que je connaissais absolument pas alors que je devrais le connaître…

Arsène Lupin joue et perd d'Alexandre Astruc, d'après 813 de Maurice Leblanc, avec Jean-Claude Brialy dans le rôle d'Arsène Lupin. En fait, c'est une mini-série télé en six épisodes de 52 minutes. Comme disait le petit garçon dans Le Jouet, je veux ça !

Parmi mes souvenirs, il y a aussi – curieusement, diront certains – Le Démon dans l'île, un film de peur français (sic!) fort efficace du sous-estimé Francis Leroi. Le curieux personnage inarné par Jean-Claude Brialy y fait une sortie des plus mémorables…


Répondre

De dicknroll, le 12 août 2007 à 13:55

Un très grand monsieur, des plus sympathique.

Une carrière énorme, riche, des rôles en demi-teinte, son dernier Président Ferrare est un régal.

j'ai eu le bonheur de le cottoyer par trois fois, de le voir travailler (jouer), quel concentration, quel proffessionnel.

http://dicknroll.skyrock.com/ notre rencontre, sans prétention aucune, mais juste partager un moment exceptionnel.

Très cordialement, Michaël


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.025 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter