Forum - Jacquou le croquant - Quelque écho ?
Accueil
Forum : Jacquou le croquant

Sujet : Quelque écho ?


De Arca1943, le 28 mai 2007 à 23:59
Note du film : 3/6

Porter au grand écran Jacquou le croquant, ce n'est pas rien. Mais vu le silence assourdissant, je crois comprendre que c'est rapé ? Même avec (trémolo dans la voix) Marie-Josée Croze ?


Répondre

De PM Jarriq, le 29 mai 2007 à 08:07

Oui, ce doit être rapé… Je ne me souviens même pas que le film est sorti !


Répondre

De droudrou, le 29 mai 2007 à 08:34

Eh bien Oui ! En ce qui me concerne, rien que la bande annonce n'était pas une incitation à y aller ! Et cette réaction était partagée puisque nous étions 3 à être allés voir Les infiltrés. Ca faisait quelque peu tapageur… Il y a de ces poncifs qui passent parfois mal selon la façon dont ils sont traités.


Répondre

De Arca1943, le 15 mars 2008 à 21:21
Note du film : 3/6

J'ai vérifié par moi-même, puisqu'on m'en donne enfin l'occasion. Eh bien vérification faite, ce film n'a pas du tout mérité son insuccès, bien qu'il ne mérite pas non plus un très grand succès. Ce n'est pas un film "pour cinéphiles", mais pour spectateurs, construit et mis en scène de façon très classique. Le jeune héros plaira sûrement aux demoiselles et les deux demoiselles qui s'arrachent son coeur plairont sûrement aux messieurs. Au départ, il y a un côté champêtre très agréable, même si on abuse un peu de la lumière mordorée. L'histoire d'origine est bien exploitée et ses aspects spectaculaires habilement mis en valeur; plusieurs scènes d'actions bien troussées. C'est une adaptation assez libre, mais on a gardé tel quel le côté manichéen de l'original, avec ses nobles si détestables et ses paysans si sympathiques. Mais quoi ! Qui aime la Restauration, franchement ?

Jacquou le croquant, c'est en somme l'histoire d'une jacquerie, avec tous ses tenants et aboutissants. Le récit commence deux mois après Waterloo pour se clore avec l'abdication de Charles X, qui survient au beau milieu du procès de Jacquou. Le film n'est pas du tout didactique, cependant les repères historiques sont bien indiqués. La réaction "ultra", la bisbille entre le bas clergé et jésuites, les conditions misérables de la paysannerie française et en filigrane, les raisons pour lesquelles cette fameuse restauration ne pouvait pas durer.

Le jeune Gaspard Ulliel joue avec entrain et parfois même avec fougue, Albert Dupontel et Marie-Josée Croze ont beaucoup de présence dans le rôle de ses parents (qu'il perd en bas âge). Tchéky Karyo en chevalier et Olivier Gourmet en curé Bonal sont fort truculents (et quelles perruques !). Et bien sûr c'est avec plaisir que l'on retrouve l'indestructible Dora Doll. Judith Davis en paysanne amoureuse du beau Jacquou et Bojana Panic en fille "tomboy" du comte de Lansac, quoiqu'inconnues à mon bataillon, sont aussi ravissantes qu'expressives. L'interprète du comte de Lansac, pour sa part, en fait peut-être un peu trop, mais après tout, c'est le méchant…

Au total, sans déborder d'enthousiasme, je suis plutôt surpris que ce genre de film n'ait pas trouvé son public.


Répondre

De Pianiste, le 12 octobre 2014 à 17:03

Bien qu'assez loin de la version télévisée, Jacquou le croquant est un excellent film de Laurent Boutonnat qui retranscrit très bien cette atmosphère paysanne au temps où se passe le scénario. La haine qui va naître chez ce jeune paysan pour le comte responsable de la mort de ses parents va le pousser à une terrible vengeance. Il saura cependant rester loyal et garder dans son coeur tout cet amour qui lui a été donné dans son enfance. Pour lui, le pardon est la chose la plus importante. Sans oublier les paysages qui sont très beaux et la musique vraiment superbe. A noter que Mylène Farmer a interprété la chanson de la BO.

Une réussite….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter