Forum - Le Pacha - On se régale !
Accueil
Forum : Le Pacha

Sujet : On se régale !


De Arca1943, le 6 mai 2007 à 07:26
Note du film : 5/6

Je ne connaissais pas du tout ce Lautner avec Gabin et je dois dire que je me suis régalé. Les comédies policières que fit Lautner par la suite sont divertissantes mais pas à la hauteur de ce polar mené … j'allais dire tambour battant, mais c'est un pléonasme !


Répondre

De Impétueux, le 6 mai 2007 à 09:21
Note du film : 4/6

Je ne qualifierais pas la ravissante Dany Carrel d'aristocratique ; son frais minois, son nez mutin, ses seins pointus me paraissent l'avoir confinée dans des rôles de soubrettes piquantes, de petite peste (Des gens sans importance), de fille légère (Les grandes manœuvres), de gamine déjà rouée et prête à se vendre (Pot-Bouille) et, naturellement de jolie pute (La petite vertu) comme dans ce Pacha, où elle a, avec André Pousse un des échanges les plus gigantesques dans le culot et la superbe outrance qu'Audiard ait jamais écrit :

J'ai des envies de voyage. L'Océanie, Bora-Bora, les vahinés… Tu connais ?
Pourquoi ? Tu veux m'emmener ?
On n'emmène pas des saucisses quand on va à Francfort !.

Grandiose, non ?


Répondre

De Impétueux, le 17 mai 2008 à 14:27
Note du film : 4/6

Revu un de ces soirs de flemme (de plus en plus nombreux, j'admets !), où l'on n'a guère envie que de jubiler devant un film, des personnages, des situations archiconnus, Le Pacha m'a un peu déçu, sans doute parce que ce soir-là, précisément, je n'avais pas envie pour autant de caricatures.

La caricature, c'est un art mineur, mais un grand art tout de même, quand il se conjugue à l'esprit de Daumier, de Forain, de Sennep ou de Plantu, mais il y a un moment où l'outrance nécessaire du genre agace un peu.

Et Le Pacha, c'est vraiment archétypique, collectionneur de poncifs, stupéfiant d'excès… D'un autre côté, c'est ça qui en fait le prix, me dira-t-on, et on n'aura pas tort…

Gabin tourne un de ces délicieux films réactionnaires et poujadistes où il excellait, un film où les truands ne méritent que de recevoir une balle en plein buffet, sans sommation, ni vergogne et moins encore d'états d'âme (La horse n'est pas mal non plus dans le genre), un de ces films anti-68, où le malfrat n'est pas justifié dans sa malfaisance par on ne sait quel apitoiement, où il y a, d'un côté les braves gens – et leurs défenseurs naturels, les flics – de l'autre les voyous, à qui ne viendrait pas une minute l'idée d'invoquer les Droits de l'Homme quand la Société s'en débarrasse. C'est une société de mecs, chacun dans son rôle…

Un peu sommaire, ceci ? J'en conviens si volontiers que je baisse ma note…

Demeurent le frais minois de Dany Carrel, la bande originale de Serge Gainsbourg (sublissime !), Jean Gabin, massif comme rarement et le Paris clinquant d'années enfuies…


Répondre

De ALAKAZAM, le 17 mai 2008 à 16:16

Alors là , Impétueux , vous me faîtes plaisir ! Déjà j'aime beaucoup Le pacha , bien que n'ayant pas votre âge et je peux vous dire que j'apprécie votre commentaire sur la musique de Serge Gainsbourg dont je suis fan et qui a écrit Requiem pour un con . Très bonne chanson pour un film assez bien réalisé .Pas le meilleur Jean Gabin , mais enfin .Tant qu'à ce que beaucoup disent plus loin de vous , ne vous occupez pas de leurs grossieretés , faîtes comme moi ! La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe !


Répondre

De Xaintrailles, le 23 mai 2008 à 18:19
Note du film : 3/6

Vous allez peut être trouver ma remarque bizarre, mais il me semble que ce film serait bien meilleur s'il s'intitulait "Requiem pour un con" !


Répondre

De Impétueux, le 23 mai 2008 à 18:35
Note du film : 4/6

Xaintrailles a une excellente idée, mais je pense que c'est moins encore la censure que l'opinion publique qui n'aurait pas admis cette intrusion de langue verte…

Jusqu'à très tard, on n'a présenté qu'avec des points de suspension le dernier mot de Dommage qu'elle soit une putain, la pièce de John Ford (non pas le cinéaste, mais le dramaturge élizabéthain) ; et de la même façon, la pièce de Sartre, toujours appelée La P… respectueuse


Répondre

De Arca1943, le 23 mai 2008 à 19:00
Note du film : 5/6

« Jusqu'à très tard, on n'a présenté qu'avec des points de suspension le dernier mot de Dommage qu'elle soit une putain. »

Oui, et il me semble que c'était encore le cas dans le titre de l'adaptation à l'écran de Giuseppe Patroni Griffi, que j'ai vue tout jeune (trop?) durant les années 70. Mais de quand date-t-elle ?*

  • De 1971, si j'en crois Imdb !

  • Répondre

    De Freddie D., le 23 mai 2008 à 19:00

    Souvenons-nous du tollé et des interdictions d'afficher, soulevés par la campagne publicitaire de Le père Noël est une ordure, pourtant pas bien offensif !


    Répondre

    De Arca1943, le 23 mai 2008 à 19:37
    Note du film : 5/6

    Et avec Charlotte Rampling. Ah, 1971 amore mio !


    Répondre

    De fretyl, le 23 mai 2008 à 20:57
    Note du film : 3/6

    C'est dingue parce que dans son livre assez récent: On aura tout vu Georges Lautner a dit que la chanson de Gainsbourg au générique était quelque chose de révolutionnaire pour la Gaumont en 1967, comme la scène du hold-up .

    Et pour l'anecdote, la scène ou Gabin tabasse un arabe dans un restaurant à couscous a été coupé de moitié par la censure, la suite de la scène que nous ne verrons jamais était jugé trop violente et de nature à éveillé une incitation à la haine raciale.


    Répondre

    De Frydman Charles, le 20 juillet 2017 à 15:40
    Note du film : 4/6

    Curieuse erreur de film vers 13 mn 30 s , la mallette contient des billets de 500 francs à l'effigie de Molière, probablement des nouveaux francs, qui ne sont pas surchargés ou annotés . Ces billets pour la couche du dessus , vue, sont pliés en liasses reliés par un élastique bleu :

    Vers 19 mn la même mallette contient des billets de 500 francs à l'effigie de Molière surchargés et annotés. Ces billets ne sont pas pliés. Au verso, dans le rond jaune faisant apparaître le filigrane, un texte illisible. Et au recto, en diagonale probablement le même texte. J'ai cherché sur internet quel pouvait être ce texte, je n'ai rien trouvé ! Les rares inscriptions pouvaient être nouveaux francs, mais le texte est plus long dans les billets vus dans le film…

    En fait je n'ai trouvé aucun cas de surcharges dans le rond jaune pour les billets de 500 NF (nouveaux francs).

    Par contre les billets de 50000 anciens francs étaient surchargés 500 nouveaux francs !

    Dans le film on peut imaginer un texte du genre : specimen reproduction…


    Répondre

    De Nadine Mouk, le 20 juillet 2017 à 19:51

    Dans le film on peut imaginer un texte du genre : specimen reproduction…

    Pas du tout ! Si vous regardez bien, à la loupe, il est textuellement écrit : A l'intention de l'homme au regard d'acier, à qui rien n'échappe, qui sévit sur DvdToile.. . Lautner avait entendu parler de vous …


    Répondre

    De Frydman Charles, le 21 juillet 2017 à 06:26
    Note du film : 4/6

    Lol ! Mais en 1967 on voyait surtout les films dans les salles de cinéma…Et ce genre d'erreurs passait inaperçu…A moins de photographier l'écran ou de rester à la séance permanente pour voir le film plusieurs fois  ! Les magnétoscopes grand public n'étaient pas encore commercialisés…

    Bizarre, bizarre dans le premier plan on ne voit que le verso des billets qui sont pliés de façon à cacher le rond jaune…Quel accessoiriste malicieux a déplié les billets pour le second plan, sans que l'équipe de tournage s'en aperçoive ?

    Gainsbourg qui chante "requiem pour un con" dans le film , brûlera en direct à la télévision un billet de 500 francs à l'effigie de Pascal le 11 mars 1984.


    Répondre

    Installez Firefox
    Accueil - Version bas débit

    Page générée en 0.023 s. - 5 requêtes effectuées

    Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter