Forum - Hiver 54, l'abbé Pierre - Une silhouette forte et menue
Accueil
Forum : Hiver 54, l'abbé Pierre

Sujet : Une silhouette forte et menue


De droudrou, le 23 janvier 2007 à 17:27

Occasion d'évoquer le souvenir de l'Abbé Pierre qui nous a quittés ce 22 janvier 2007.

Il est bien clair que Lambert Wilson n'est pas l'Abbé Pierre, mais, pour le moins, les voir réunis sur un plateau de télé lors de la sortie du film avait été une chose sympa. Et d'autre part, c'était très sympathique de voir Claudia Cardinale figurer au générique de ce film.

Occasion aussi de dire que, hasard d'un déplacement en Bretagne, j'avais voyagé "en compagnie" si on peut dire de l'Abbé Pierre qui occupait le fauteuil devant le mien.

Anecdote qui m'avait plu et qui me paraissait très spécifique de ce grand personnage petit par la taille, il s'était installé dans le fauteuil et s'était immédiatement plongé dans la lecture des journaux, consacrant un temps certain aux évènements nationaux et internationaux, donc à la politique.

Non loin, un autre écclésiastique était installé, le nez plongé dans la lecture des écritures, me faisant penser au personnage de Stephen Fermoyle Tom Tryon Le Cardinal avant qu'il ne soit confronté à monseigneur Quarenghy Raf Vallone et son évêque, Glennon John Huston, deux visions du catholicisme, l'un, perdu dans la beauté des écritures et la pensée philosophique, et l'autre, plus matérialiste, confronté à la gestion de nombreuses paroisses et un patrimoine assez conséquent.

Or, soudain, je vois le prêtre qui aperçoit la présence de l'Abbé Pierre, qui referme son bouquin (bréviaire ou tout ce que l'on veut), se lève et vient présenter ses salutations à l'homme d'Emmaüs, se courbant très bas et se présentant comme étant le supérieur de tel établissement qui, si mes souvenirs sont exacts, devait accueillir des séminaristes.

Coup d'oeil de l'Abbé Pierre, semblant évident que l'autre le dérangeait et qu'il avait, "effectivement", d'autres chats à fouetter… si je me peux me permettre cette expression.

Je n'ai pas regretté ce voyage pour cette anecdote sachant qu'entre autre, j'avais aidé l'Abbé Pierre à descendre son bagage…

Je l'avais suivi sur les quais et c'était quand même impressionnant cette silhouette forte et menue se perdre dans la foule pour rejoindre ceux qui l'attendaient…

On retrouve Tom Tryon au générique de Première Victoire mais sa carrière s'est plus orientée vers la littérature.


Répondre

De Gaulhenrix, le 23 janvier 2007 à 18:14

Eh bien ! sachez, droudou, qu'il y a au moins quelqu'un (frère Gaulhenrix, si j'ai bien compris) pour apprécier cette anecdote. Et merci de l'avoir relatée…


Répondre

De Impétueux, le 23 janvier 2007 à 19:28

Et un deuxième lecteur reconnaissant, (l'Archimandrite Impétueux), qui a trouvé votre relation très vivante et très fine !


Répondre
VOTE
De RdT, le 27 janvier 2007 à 20:11

J'ajouterai un troisième lecteur, tout aussi intéressé que les deux premiers par ce récit qui montre que la grandeur d'un aussi immense personnage transparait aussi par ses petits gestes. Merci Droudrou pour ce témoignage. J'en profite pour voter pour l'édition en DVD pour un film où Lambert Wilson a su, par son métier, faire passer une belle grandeur d'âme.


Répondre

De producteur, le 9 juin 2007 à 15:34

je voulais simplement vous remerciez pour vos "notes" ce film je l ai produit seul envers et contre tous j ai du meme payer jusqu aux copies et la pub de la sortie du film pour le monter 4années et des promesses de ministre jammais tenuesmais quelles importance .IL est la j en suis fier. merci


Répondre

De droudrou, le 9 juin 2007 à 17:06

Eh bien : ne soyez pas modeste – votre film auquel on peut ajouter "les chiffonniers d'Emmaüs" nous donne une image d'un personnage qui aura marqué par sa forte présence tout à la fois la seconde moitié du 20ème siècle et le début du 21ème siècle par l'accomplissement de ce qu'on appellerait "la charité chrétienne" – en ce qui me concerne, je serais injuste en omettant le message de ses premières années de sacerdoce, sa part dans la résistance et ses premières interventions politiques avant la "très grande", l'oeuvre de sa vie ! –


Répondre
VOTE
De frontine, le 24 janvier 2008 à 14:09
Note du film : 6/6

Je souhaite me joindre au nombreux desiderata qui demandent une édition DVD consacrée au Grand Homme qui vient de nous quitter. J'en profite pour demander qu'on sauve de l'oubli les oeuvres remarquables ci-après :

  • MORT OU EST TA VICTOIRE ? d'après Daniel-Rops
  • LE PAIN VIVANT (Le sacrifice) de Jean Mousselle 1954 d'après Fr.Mauriac.
  • LES MAINS LIEES de Vachet et Quignon 1955
  • L ANGE GARDIEN de deCasembroot 1942.

Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter