Forum - Phone Game - Critique
Accueil
Forum : Phone Game

Sujet : Critique


De Christopher Brandon, le 18 septembre 2003 à 11:35
Note du film : 4/6
\
__« Le téléphone pleure… » __On ne s’étonnera pas de voir \Joël Schumacher donné de son énergie dans un film qui dénonce la dérive du mensonge des médias et la pression que peut mettre un homme qui tient une arme à feu braquée sur un quidam. Il nous avait offert la dérive explosive d’un homme campé par \Michael Douglas dans \Chute libre, qui nous laissait présager un film au moins aussi percutant qu’un bon \Oliver Stone quand il ne rêvait pas d’Alexandre le Grand. Reconnaissons à \Phone Game le mérite de nous tirer de la torpeur d’un Jerry Maguire (film auquel Schumacher ne pouvait pas ne pas faire allusion…) et nous invite à apprécier plusieurs comédiens d’excellence qui s’en donnent à cœur joie, en tout premier lieu \Colin Farrell qui réussit à tenir tout le film sur ses épaules. Saluons aussi la présence de l’immense \Forest Whitaker, qui mérite d’être inscrit au panthéon des plus grands comédiens au monde, pour à peu près tous ses films à l’exception de \Battlefield Earth (faut bien payer ses factures, enfin quoi !).

Attention, risques de Spoiler à partir de ce paragraphe. Phone Game pourtant s’étire sur une heure vingt cinq pour une morale très douteuse et très politiquement incorrecte (mais après tout, pourquoi pas ?) qui avait pris cinq minutes terribles à Fight Club (la scène où Tyler pointe un flingue sur un épicier et l’encourage à reprendre ses études). Dans l’absolu, on se dit qu’il faut bien ça pour essayer de faire comprendre les choses à un public américain qui persiste à voter républicain. On constatera quand même que Schumacher, qui a un talent, c’est de savoir surprendre dans un sens ou dans un autre, n’y va pas avec le dos de la cuiller pour faire passer ses quelques messages un rien dénonciateur. On sacrifie la fin à du déjà-vu et revu et re-revu, qui sans doute gâche un peu le plaisir du bon en quête de justice qui trépigne au fond de nous. En même temps, on peut prendre ça comme une ultime dérision de Schumacher en direction de l’appareil politique de son pays : ce sont toujours les méchants qui s’en sortent le mieux, l’allure fière, l’arme à la main et l’horizon dégagé… Ca ne vous dit rien ? Regardez les infos, puis passez moi un coup de fil, qu’on en parle !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0062 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter