Forum - Sur la route de Madison - Très émouvant
Accueil
Forum : Sur la route de Madison

Sujet : Très émouvant


De azur555, le 18 août 2006 à 21:56

Je viens de visionner le film, quoi dire a part que j'en ai encore les larmes aux yeux…

L'histoire est simple, mais merveilleusement filmée. Nous nous accrochons très vite aux personnages, nous vivons avec chacun d'eux ce qu'ils ressentent c'est surement la la magie de ce film.

Alors ayez le coeur bien accroche et savourez ce petit moment de vie partagé entre un homme et une femme si simple mais si beau car c'est tout simplement la vie…

Un film a ne pas rater!!!


Répondre

De droudrou, le 19 août 2006 à 21:05
Note du film : 6/6

si mes souvenirs sont exacts, il me semble avoir lu qu'il était fortement question de lui donner une suite…


Répondre

De Sonja, le 19 août 2006 à 23:28

Bientôt Darc et Delon, au théâtre. Je ne suis pas sûre qu'ils fassent oublier Clint et Meryl


Répondre

De xena241, le 17 février 2007 à 18:16

tu as raison, alain delon et mireille darc ont été tres emouvant dans cette piece, qu ils ont représenté avec beaucoup de tacte et de romance.J'ai été les voir personellement le 26 janvier un mot grandiose.


Répondre

De Impétueux, le 17 février 2007 à 19:02

Sonja dit exactement le contraire de ce que vous écrivez….

Curieux, ça, qu'on ne lise pas vraiment un message (aussi court, d'ailleurs…)


Répondre

De Freddie D., le 18 février 2007 à 13:00

Et curieux aussi, qu'on ose comparer Eastwood et Streep à Delon & Darc !


Répondre

De droudrou, le 11 août 2007 à 20:00
Note du film : 6/6

Curieux que les notes soient excellentes quand elles n'apparaissent pas dans le cadre du forum…

En attendant, j'ai donc pu prendre tout mon temps pour revoir le film et avoue que c'est véritablement excellent. Le passage d'une génération à des évènements qu'ils n'ont pas vécus mais qui leur étaient très proches est très intéressant d'autant, qu'en plus, il y a tout ce climat d'un pays où le qu'en dira-t'on pèse sur le quotidien de chacun. Eastwood et Streep sont au top. C'est un film que j'avoue avoir quelque peu oublié et qui est loin d'être mineur.

Une de ces belles oeuvres dont on oublie souvent qu'elles existent…


Répondre

De PM Jarriq, le 11 août 2007 à 20:07
Note du film : 5/6

Je me souviens surtout du dernier plan de Eastwood, disparaissant sous la pluie, comme un fantôme. Il a d'ailleurs repris le principe (sans la pluie), dans Million dollar baby, son dernier film en tant que comédien. En espérant que ce soit seulement le dernier en date…


Répondre

De Gaulhenrix, le 11 août 2007 à 22:24

Ainsi que dans le final d' Impitoyable, sous une pluie diluvienne et dans le grondement du tonnerre. Son personnage finit même par s'effacer de l'écran.


Répondre

De droudrou, le 12 août 2007 à 08:03
Note du film : 6/6

L'image de la pluie sert quand même assez fréquemment les films pour ce qu'elle permet du point de vue pictographique… ajoutée à l'ambiance du moment.

On s'éloigne, certes, de "La route de Madison" mais au moment de la sortie de Little big man j'avais récolté une documentation importante au niveau du travail de l'image et des différentes ambiances…


Répondre

De Thornbirds, le 23 décembre 2008 à 13:03

Sur la route de Madison, grand film et grands acteurs ! Clint Eastwood et Meryl Streep sont très crédibles et le film fait montre d'une grande sincérité. On a comme l'impression que les acteurs vivent vraiment l'histoire. Je ne savais pas, comme me l'a appris Droudrou, qu'une suite était prévue ! Il semblerait que ce projet soit tombé à l'eau, non ? C'est aussi bien, car je ne vois pas bien ce que l'on aurait pû ajouter.

Tant qu'à la version Alain Delon-Mireille Darc, encore une fois, c'est un sacrilège, un massacre ! Rien à voir avec l'original.


Répondre

De PM Jarriq, le 23 décembre 2008 à 13:37
Note du film : 5/6

L'image de la pluie sert quand même assez fréquemment les films pour ce qu'elle permet du point de vue pictographique

Jusqu'à devenir un protagoniste du film, comme l'averse ininterrompue de Seven, ou celle qui amène le violeur en ville dans Le passager de la pluie, ou celle qui révèle le visage de Jennifer Garner dans le seul beau plan de Daredevil. Il y en a certainement beaucoup d'autres…


Répondre

De Tamatoa, le 17 octobre 2014 à 16:29
Note du film : 5/6

il y en a certainement beaucoup d'autres… (PM Jarriq)

Oh oui ! La pluie est souvent indispensable à la beauté de quelques scènes. Et souvent je me suis posé la question : Cette pluie qui envahit l'écran, est-elle voulue ? Le metteur n'a t-il pas eu d'autre choix que de tourner par mauvais temps ou bien est-ce une pluie "artificielle" qui nous est donnée à voir ? Pour avoir la réponse, une question essentielle se pose : cette pluie apporte t-elle quelque chose à la scène ? Et puis bien sûr, à y regarder de plus près, est ce que cette pluie ne sent pas "la lance de pompiers" ? Car il faut bien l'admettre, certaines séquences de pluie battante ne sont pas toujours bien réglées et l'on devine aisément l'emplacement du technicien ou du pompier chargé d'arroser la scène. Mais il y a , dans l'histoire du cinéma, beaucoup de moments intenses fort célèbres que la pluie a rendu meilleurs encore. Une pluie nécessaire à l'esthétique de l'action. Je pense, entre autres, à :

Remorques : Le très long travelling sur Gabin repartant dans la nuit vers son remorqueur sous une pluie battante. On peut y entendre le texte intégral de la célèbre prière aux agonisants, sur laquelle se clôt inoubliablement le film. Le Doulos, avec également cette fin pluvieuse à souhait et la longue marche de Belmondo, filmé de dos, dans le parc de sa propriété. Quelques instants avant, c'est Reggiani qui fonçait à vive allure, sous des trombes d'eau, vers cette même maison pour essayer d'empêcher le drame final. Un singe en hiver , en tout début de film, et l'arrivée de Belmondo, en pleine nuit, à Tigreville. La Normandie hivernale confirmait sa réputaion. La vache et le prisonnier ou quand Fernandel est contraint de rester caché au fond d'un trou noyé sous une pluie battante pendant que les soldats Allemands cantonnaient tout autour. Quand Il avait une vraie faim : Une faim de pauvre …. La belle équipe qui passa une nuit entière sur le toit, sous la tempête, trempés comme des soupes, pour retenir les dernières tuiles qui voulaient s'envoler. Gabin avouera à sa maitresse que c'était la plus belle nuit de sa vie …Le début du film Un flic, les instants précédants le hold-up sur le front de mer de Saint-Jean-de-Monts, balayé par la tempête. Forrest Gump et sa guerre au Vietnam où un déluge de pluie ne l'empêcha pas de sauver son ami Bouba.. Le même Tom Hanks, dans seul au monde qui repart de chez son ex-femme, avec ses adieux déchirants sous une pluie battante qui en rajoute à l'émotion.

Mais on peut aussi évoquer des pluies plus douces mais combien nécessaires à la bonne marche d'un scénario. Vous souvient-il de Maigret tend un piège ? Après une enquête menée par un très orageux mois de Juillet, le dernier plan du film nous montre un Gabin qui part dans la rue, goûtant les premières grosses gouttes d'un orage bienvenu… Fernandel protégeant de son mieux Ulysse du vent et de la pluie de la Camargue sauvage.. Citons encore Le président qui en pleine nuit, surpris par une panne d'électricité, descend sous la pluie jusqu'à sa voiture, au grand dam de sa secrétaire, pour entendre les informations. Et la pluie qui tombe doucement sur les tuiles de l'hôtel de police dans lequel Michel Serrault est en garde à vue. Elle semble chanter, cette pluie là, sous la musique du générique. Et pour ce qui est de chanter, oserais- oublier Chantons sous la pluie ?…

Et la liste est loin d'être exhaustive. Et j'invite tous ceux qui le voudront à la compléter..


Répondre

De Impétueux, le 17 octobre 2014 à 17:30

Il faudrait un espace spécial où nous pourrions compiler des listes (de pluie, de soleil, de vent, de cyclones, de neige, etc.), à ce moment-là… Mais pourquoi pas ?

Sans y réfléchir davantage, j'ajoute la pluie chaude battante de Dien Bien Phû où nos pauvres soldats envoyés à la mort par des fantoches et des incapables attendent la fin, la pluie froide de Pot-Bouille qui surprend Mme Josserand et ses filles au retour d'une soirée ratée, un paquet de films coréens évidemment constamment humides (Memories of murder, Mother, The chaser), Mado de Claude Sautet, Les parapluies de Cherbourg

… et sûrement quelques milliers d'autres !!!


Répondre

De Arca1943, le 17 octobre 2014 à 17:58

Ah, les scènes d'action menées sous une pluie diluvienne dans Les sept samouraïs !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter