Forum - Fuite en France - Un film néoréaliste pour le versatile Soldati
Accueil
Forum : Fuite en France

Sujet : Un film néoréaliste pour le versatile Soldati

VOTE
De Arca1943, le 16 mai 2006 à 12:57

Disons-le, l'oeuvre cinématographique de Mario Soldati a été, au total, surtout alimentaire. Lui se définissait d'abord comme un écrivain qui faisait des films pour gagner sa croûte. Des films comme La Fille du corsaire noir, Le Chevalier sans loi ou O.K. Néron : films de pirates, de cape et d'épée, farces. Un cinéma populaire de qualité qui marche un peu dans le même sillon qu'un Riccardo Freda, avec (parfois) l'humour en plus. Il dirige aussi deux fois Fernandel, dans Je suis de la revue et Sous le ciel de Provence.

À travers tout ça, Soldati réalise aussi des films plus ambitieux, plus personnels. Il trouve ainsi le moyen d'être crédité d'une école, le «calligraphisme», à cause de son chef-d'oeuvre Piccolo mondo antico, avec la regrettée Alida Valli, qui réussit a faire passer une bonne dose d'intelligence et de sensibilité au nez et à la barbe de la censure fasciste. Il réalise aussi deux comédies de moeurs qui lui tenaient à coeur et ne furent aucunement de commande, centrées l'une et l'autre sur un petit fonctionnaire : Le Miserie del signor Travet et Policarpo, ufficiale di scrittura, son dernier film.

Il manquait encore au versatile Soldati de contribuer à l'aventure néoréaliste : voilà qui est fait avec Fuite en France, où l'acteur Folco Lulli, un comédien qui a fait la Résistance, incarne un fasciste en fuite à la fin de la guerre. Et celui-là, voyez-vous, j'ai très envie de le voir !

D'où mon vote.


Répondre
VOTE
De Sandokan, le 4 juin 2006 à 21:54

J'ai entendu dire que c'était très bon et que Folco Lulli est très inquiétant en fasciste aux abois !


Répondre

De Arca1943, le 5 juillet 2006 à 12:28

Merci pour ton vote, Sandokan. La biographie de Folco Lulli sur dvdtoile dit que son premier film important fut Luci di varieta (Les Feux du music-hall) de Fellini. Notons tout de même que Fuite en France est un des rares où Lulli joue le personnage central. Mes sources disent aussi que le néoréalisme version Soldati comporte une touche d'expressionnisme qui fait penser au Troisième homme. Ah bon?

Peut-être pourrait-on, certes sans cracher sur ses bons films de cape et d'épée et ses farces, faire un petit coffret DVD "Les films les plus personnels de Mario Soldati", où il y aurait Piccolo mondo antico, Malombra, Le miserie del signor Travet, Fuite en France, peut-être aussi La Provinciale et bien sûr Policarpo, ufficiale di scrittura.


Répondre

De Arca1943, le 8 janvier 2016 à 15:13

Et bravo aux autorités tutélaires de DvdToile, qui ont réussi à dénicher l'affiche de ce vieux Soldati des temps héroïques du néoréalisme (1948) !

Cela dit, en voici une autre, histoire de contribuer moi aussi. Il fut bien rare de retrouver l'excellent Folco Lulli en tête d'affiche d'un film. À noter aussi que l'acteur, qui incarne ici un criminel de guerre fasciste en fuite, était à la ville – ou plutôt, à la montagne ! – un membre de la Résistance, évadé pendant la guerre d'un camp de prisonniers allemands.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter