Forum - L'Homme aux cent visages - Comédie 6* avec Gassman & Peppino
Accueil
Forum : L'Homme aux cent visages

Sujet : Comédie 6* avec Gassman & Peppino


De paul_mtl, le 17 avril 2006 à 17:41
Note du film : 6/6

Une suite d'escroquerie plus ingénueuse les unes que les autres. Quelle imagination ces scenaristes italiens !!

A voir en VO pour apprecier l'excelente prestation d'acteur de Vittorio Gassman et aussi celle de Peppino De Filippo. Un vrai régal a partager.


Répondre

De Impétueux, le 17 avril 2006 à 19:59
Note du film : 4/6

J'approuve, sans mettre pour autant la note maximale ! Mais on ne se lasse pas de Gassman et Dino Risi est un des maîtres les plus exceptionnels qui se puissent !


Répondre

De Arca1943, le 17 avril 2006 à 23:06
Note du film : 4/6

Devinez quoi : je suis preneur ! En revanche je trouve que 6, c'est peut-être un peu fort pour ce Risi / Gassman très divertissant, très agréable, mais qui n'a pas la respiration tragicomique et satirique des opus ultérieurs comme Le Fanfaron et La Marche sur Rome ou Les Monstres (et aussi Il Gaucho, dont il faudrait bien créer la fiche un de ces quatre). À noter que Il Mattatore, avant d'être un film, fut une légendaire émission de télévision hebdomadaire où Gassman portraiturait à sa manière corrosive différents personnages en vue de l'Italie d'alors, y compris les curés en charge de la censure…


Répondre

De paul_mtl, le 18 avril 2006 à 00:03
Note du film : 6/6

4/6 pour cette comédie ça me fait sourire les amis. :D

Évidement quand ça repose davantage sur le jeu d'acteur, la bonne compréhension de la langue originale de l'acteur est un prérequis pour apprécier a sa juste valeur sa performance. Imaginez un De Funes ou un Bourvil doublé en anglais. Le débit est parfois rapide et j'imagine que lire les ST doit couper l'effet, mais le voir en français serait un sacrilège comme de mettre un aspro effervescent dans un excellent verre de vin (Coluche dans l'aile ou la cuisse)

Apprenez a comprendre l'italien, et vous prendrez autant de plaisir que moi avec une excellente et 'pure comédie' italienne.


Répondre

De Arca1943, le 18 avril 2006 à 13:25
Note du film : 4/6

Je ne crois pas que ce soit l'explication. Je crois que tu préfères la comédie qui n'est pas satirique, comme les films amusants mais inoffensifs de De Funès. Un film comme Il mattatore n'a pas du tout la même portée dévastatrice que Le Fanfaron, en dit beaucoup long sur l'époque, se fonde beaucoup moins sur l'observation sarcastique des moeurs et des mentalités. Bref Risi avec ce film est en train de passer de la comédie italienne des années 50 à la «comédie à l'italienne», mais ce n'est pas encore tout à fait ça : il n'y exploite pas le "revers" de la médaille comique comme il le fera dans ses films subséquents. Il y exploite déjà le "personnage" comique créé par Gassman, mais dans un contexte de comédie à base d'escroqueries, certes très plaisante mais pas encre très mordante. Par contre, Il Vedovo, réalisé la même année avec Sordi, est amer et grinçant à souhait…


Répondre

De paul_mtl, le 18 avril 2006 à 14:41
Note du film : 6/6

La réalité est que j'apprécie les deux et que je mets pas nécessairement l'une au-dessus de l'autre.

Je suis parti du constat comme toi que les critiques 'pro' méprisaient trop les comédies / aux drames et j'essaye de prolonger cette logique complètement sans recréer de genre mineur a l'intérieur des comédies.

Le Fanfaron est également excellent avec un aspect plus mordant et plus de détails psychologiques. Mais le Mattatore apporte autre chose et essentiellement dans le comique et l'humour.

Je préfère la complicité entre Peppino et Gassman que jamais on retrouve aussi fort avec Trintignant. C'est dans le scenario ok ils sont opposés mais un moment Trintignant adhère a la virée mais on y croit pas autant qu'avec un Peppino. Ce sont des grimaces.

Au fait sais tu comment reconnait on un vrai sourire d'une grimace ? il faut que les yeux 'plissent' pour le vrai sourire.

Ce que j'aime dans les comédies italiennes qu'on retrouve guère ailleurs c'est cette complicité, cette camaraderie masculine.

Les meilleures comédies françaises ne savent pas faire, c'est souvent l'un sur l'autre, comme De Funes sur le dos de Bourvil.

C'est d'ailleurs pas un humour si inoffensif que ça justement.

Un humour drôle sans être mordant c'est Toto et Peppino, ou le duo joue réellement ensemble. On a l'impression qu'après le tournage, ce sont les meilleurs amis du monde dans la vie.


Répondre

De Impétueux, le 18 avril 2006 à 14:42
Note du film : 4/6

Mettre 6 à tout revient à ne jamais donner la note maximale ! (d'ailleurs DVDToile est en train de mettre au point une cotation "hors catégorie" pour les chefs-d'œuvre) ; une re-vision (et donc une vraisemblable révision) des notes que nous avons pu donner ici et là, au cours des mois et des années va s'imposer ! J'ai, j'en suis certain, été personnellement trop sévère ou ou contraire trop enthousiaste et une mise en perspective ouvrira de singuliers paradoxes.

L'exemple pris par Arca est particulièrement bien choisi : on ne peut pas donner la même note à cet admirable chef-d'œuvre, bouleversant, tendre et cruel qu'est Le fanfaron et à cet Homme aux cent visages comédie amusante, bien enlevée mais sans grande profondeur…


Répondre

De verdun, le 18 avril 2006 à 15:17
Note du film : 4/6

Je suis un peu partagé… Personnellement, je pense comme Arca et Impétueux que L'homme aux cent visages vaut plus 4/6 que 6/6. C'est amusant mais ce n'est pas inoubliable -ce débat me donne d'ailleurs envie de le revoir- mais il est évident que le meilleur Risi est celui du Fanfaron qui mêle avec virtuosité la comédie et le drame. Et aussi génial soit-il, Gassman me semble moins convaincant en transformiste que le Alec Guinness de Noblesse oblige.

Mais d'un autre côté, je trouve que l'oeuvre de Risi est de nos jours imparfaitement connue car nous savons tous que les cinéphiles et les éditeurs boycottent l'âge d'or du cinéma italien.Les Risi connus ne sont peut-être pas les meilleurs.Et je suis peut-être sacrilège, mais je préfère Valse d'amour à Parfum de femme.Donc je comprend qu'on trouve de l'intérêt à des Risi méconnus.

Et il vaut mieux célébrer cet Homme aux cent visages que Le bon roi Dagobert de sinistre mémoire….


Répondre

De paul_mtl, le 18 avril 2006 à 16:49
Note du film : 6/6

En general, les comedies italiennes exportés sont parmi les 'meilleures'. Meilleures entre guillemets car finalement c'est relatif/subjectif, une histoire de goût.

Mais le catalogue dvd traduit/doublé est encore assez limité et Arca ne me contredira pas sur ce point. Cependant l'espoir est permis vu que bcp doivent être sortis a l'époque en salle a l'étranger d'apres les titres presents sur akas.IMDB.com

Pour revenir au sujet, j'apporte autant d'importance au scenario et son réalisateur qu'au jeu des acteurs et leur complicité. Ici ca fonctionne tres bien : complicité de partenaires escrocs et complicité d'acteur.

J'ai eu un réel plaisir a découvrir cette comedie comme pour les autres excelentes comedies italiennes que vous appreciez et il est injustement méconnu chez les Francophones comme d'autres Crimen, il Vigile, il Coraggio etc …

D'ailleurs je suis pas le seul a penser de la sorte, d'autres amateurs sur les forums italiens. Ce qui me laisse penser que la langue et le culturel influe aussi sur ses differentes opinions d'une même comedie en plus des habituels differences de goût et centre d'interets.


Répondre

De paul_mtl, le 2 octobre 2006 à 19:56
Note du film : 6/6

A force de lire et de participer a des forum d'opinions sur le cinéma, j'en suis venu a penser que notre interprétation (et notre note) dépend de notre vécu, notre culture, notre caractère, nos centres d'intérêt, etc.

En soi un film ne vaut pas une note particulière, verdun : c'est le rapport qu'on a avec un film qui fait qu'on aime ou pas et qu'on attribue tel ou tel note.

Parfois on apprécie un film également mais pour des raisons différentes ou une interprétation parfois opposée.

Tout ça ne m'est pas venu d'une lecture d'un philosophe sur l'art mais de ma lecture presque quotidienne des opinions et argumentations. Parfois les gens se trompent avec +/- d'éloquence mais parfois c'est une interprétation possible et une appréciation également compréhensible compte tenu de son vécu. Par ex. enfant on adore un dessin animé qu'on adorera moins adulte.

J'indique une note pour guider ceux qui ont un profil, un sens de l'humour et des goûts semblables/compatibles aux miens. Comme amateur de comédie italienne et comprenant l'italien, j'ai apprécié l'ingéniosité de ces voleurs et la synergie entre ces 2 grands acteurs italiens que sont Gassman et Peppino.

Alors ce ne sont pas des monstres ou des grandes gueules, juste des voleurs. Il n'y a pas de tragicomique, pas de choc émotionnel, ni de perversité, ni de violence, ni de tragédie et ni d'horreur.

Je l'ai vu en italien VO.


Répondre

De vincentp, le 3 août 2012 à 00:00
Note du film : 5/6

5,1/6. Une excellente comédie très bien écrite et mise en images. Manque de profondeur ? Il mattatore décrit par le rire des psychologies complexes et un contexte social, ou se croisent toutes les strates de la société italienne de l'époque. Petites et grandes combines sont le lot de chacune d'entre elles. Les escroqueries, développées par Gassman et ses complices, souvent très élaborées, sont de petites merveilles d'écriture (témoignant d'une imagination débordante des scénaristes) et de réalisation cinématographique (et d'interprétation).

Il mattatore préfigure bien évidemment les premiers chefs d'œuvre de Dino Risi : Une vie difficile, Le fanfaron, deux et trois ans plus tard. Dans ces deux derniers films, Risi introduit des personnages faisant le contrepoids à l'acteur comique (Trintignant pour Le fanfaron, Sordi dans Une vie difficile jouant en même temps sur le registre dramatique et comique), augmente l'intensité dramatique, creuse le contexte social, ralentit le rythme par moments, et utilise aussi me semble-t-il (de mémoire) plus de plans rapprochés, pour rapprocher les intrigues des préoccupations des spectateurs.


Répondre

De Impétueux, le 20 novembre 2012 à 18:42
Note du film : 4/6

L'ingéniosité, l'inventivité, la canaillerie souriante des escroqueries est vraiment délicieuse. Et même si le film n'est pas du niveau d'Une vie difficile, du Fanfaron, des Monstres, de Parfum de femme, de Fantôme d'amour, de Valse d'amour, on se demande pourquoi Dino Risi paraît ne pas figurer au panthéon des grands, des très grands réalisateurs du cinéma de tous les temps et de tous les pays, la renommée, idiote et aveugle le confinant souvent au second rang.

Cela dit, qui est une goutte de bile versée sur tous les Visconti, Antonioni, Bertolucci et Ferreri qui encombrent les anthologies, je me faisais hier, en revoyant L'homme aux cent visages, la réflexion assez sotte que cette glorieuse outrance du Mattatore ne devait pouvoir être regardée qu'en italien… Ce qui tombait bien, puisque l'édition que je possède ne propose que la VO sous-titrée.

Mais donc, me disais-je, que serait le film sans cette langue déliée, sonore, harmonieuse, fluide comme une huile d'olive parfumée ? Je gage qu'on aurait de curieux effets si l'on regardait Vittorio Gassman s'exprimer par la grâce du doublage, en allemand ou, pire, en hollandais. L'expérience vaut peut-être la peine d'être vécue… Il est vrai qu'on pourrait s'amuser à regarder Raimu dans La femme du boulanger jaspiner le moldo-valaque…

L'homme aux cent visages est un film délicieux.


Répondre

De Tamatoa, le 10 juin 2013 à 02:25
Note du film : 5/6

Moi qui ne suis pas un thuriféraire (ca y est, je sais l'écrire !) du cinéma Italien, j'avoue ne pas avoir boudé mon plaisir devant cette comédie très enlevée et fort drôle jusqu'à la dernière seconde, présentée ce soir au Cinéma de minuit. Dernière seconde qui n'est pas sans nous rappeller la dernière scène de Un Eléphant ça trompe énormément . Comme certaines autres scènes nous font penser au très délicieux Assassins et voleurs de Guitry. J'ai beaucoup aimé cette succèssion d'arnaques, véritable mode d'emploi pour insomniaques mal-intentionnés. Le bijoutier et la boulangère m'ont enchanté ! Hélas, si j'approuve Impétueux qui affirme avec raison que, pour être fort apprécié, ce film ne peut être vu que dans sa langue d'origine, il n'en demeure pas moins que la langue Italiènne qui déboule et dégringole plus vivace et fraiche que les cascades de Faarumai, très paradoxalement, me sâoule comme mauvais Beaujolais ! Et, deuxième handicap, les sous-titres ont grand-peine à suivre à tel point qu'on les sent bien raccourcis par rapport à ce qui se dit. Pour pallier à ce désavantage Paul_mtl préconise d'apprendre l'Italien. Sage conseil mais qui se révèle un peu tardif en ce qui me concerne. Et puis il faudrait réapprendre à écrire "thuriféraire" en Italien, quel calvaire ! Deux solutions : Ou bien les Italiens se mettent à parler comme les Suisses ou bien les sous-titres sont plus conformes à la réalité des dialogues. Ou bien alors, que les post-synchroniseurs (sateurs ?) Français soient pourvus d'un phrasé mitraillette très compréhensible.

Mais, malgré la barrière de la langue, c'est quand même un très bon moment de comédie. C'est fou ce que l'immoral et le cynique peut nous plaire quand il est de cette qualité !

La semaine prochaine : Lucia et les Gouapes.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.038 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter