Forum - Les Visiteurs - Le film le plus obscur de Kazan
Accueil
Forum : Les Visiteurs

Sujet : Le film le plus obscur de Kazan


De Freddie D., le 13 avril 2006 à 09:46
Note du film : 4/6

Le film le plus obscur de la carrière de Kazan, tourné en 16mm, avec des moyens dérisoires, et des comédiens de théâtre ou des débutants comme Woods. Le sujet est passionnant (Outrages de De Palma en est en quelque sorte la "prequel"), et traite de façon crue et directe d'un thème qui tenait à coeur au réalisateur : la dénonciation. Entre le réalisme novateur de Sur les quais, et le clacissisme empesé du Dernier nabab, il serait bien de pouvoir apprécier cette autre facette plus "underground", de l'oeuvre de Kazan.


Répondre

De PM Jarriq, le 2 décembre 2006 à 10:15
Note du film : 5/6

Il est certain que le film de Kazan n'a rien, mais alors RIEN à voir avec celui homonyme de J.M. Poiré ! C'est une oeuvre forte, obligeant à la réflexion, pas vraiment un film "aimable", mais il faut absolument qu'il sorte. D'autant que – sauf erreur – c'est le dernier Kazan à rester inédit en DVD.


Répondre

De droudrou, le 2 décembre 2006 à 11:43

Okay : je vote : le dernier Kazan… que je ne connaissais pas et dont le sujet me paraît intéressant. Par contre, ne me parlez pas de De Palma !


Répondre

De PM Jarriq, le 2 décembre 2006 à 12:41
Note du film : 5/6

Par rapport à Outrages ? Je comprends parfaitement un rejet sur Mission to Mars ou Femme fatale (et paraît-il Le dahlia noir), mais à mon sens, Outrages est une des réussites incontestables de ce réalisateur inégal et, avouons-le, un peu surestimé.


Répondre

De Arca1943, le 2 décembre 2006 à 15:08

« …et traite de façon crue et directe d'un thème qui tenait à coeur au réalisateur : la dénonciation. » Un petit malin, ce Freddie D.

Je suis en tout cas fort curieux de voir ce Kazan méconnu…


Répondre

De droudrou, le 2 décembre 2006 à 15:27

De Palma : en règle générale. Quand je me suis essayé aux "Incorruptibles", le moment dans la gare où il voulait parodier Eisenstein m'a fichu hors de moi. Ensuite, si mes souvenirs sont exacts, il s'est essayé à Stephen King. Or, déjà, Stephen King me fait disjoncter… Bref… Si, en plus, De Palma se fait "imitateur" de Hitchcock…

Je serai de tout coeur avec vous si, par rapport à ce que je viens de "dire", l'un d'entre vous écrit : "Pauvre Droudrou !".


Répondre

De vincentp, le 28 décembre 2011 à 19:58
Note du film : 5/6

4,8/6. Sorti en salles en 1972, The visitors aborde le sujet de la guerre du Vietnam sous un angle politique et psychologique. Cette guerre est présentée, à un niveau macroscopique, comme un affrontement entre deux blocs politiques. L'écrivain du récit -il s'appelle Wayne- soutient visiblement des idées républicaines (du moins, telles que Kazan se les imagine) et une méthode musclée vis à vis du communisme. Ce décor idéologique et historique planté, The visitors s'intéresse aux conséquences psychologiques du conflit. De petites failles psychologiques au sein d'individus ordinaires, par le fait de la guerre, deviennent des troubles psychiatriques majeurs. Des éléments désinhibant tel que l'alcool réactivent ou amplifient ces troubles, avec de graves conséquences pour la société américaine, et ses valeurs démocratiques. Au sein de cette société, des individus errent sans projet constructif, socialement marginalisés à vie, usant et abusant pour leur propre compte de la violence qu'ils ont mis en œuvre au Vietnam.

Kazan prend ici soit-dit en passant l'exact contrepoint de celui présenté par John Huston dans son documentaire Let There Be Light, lequel délivre une vision foncièrement optimiste quant aux possibilités de réinsertion sociale de soldats démobilisés. Le propos de Kazan est très démonstratif, et prend le spectateur à rebrousse-poil. La lumière blafarde de l'hiver, et une panoplie de plans judicieusement choisis créent un climat oppressant pour le spectateur. Le film est très bien réalisé, photographié et joué. Toutefois, le temps est passé par-là (quarante ans nous séparent désormais de la date de réalisation de The visitors), et ce type d'œuvre assez dure du début des années 1970 (on pourrait mettre Soldat bleu dans le même panier), pourra rebuter le spectateur contemporain. D'autre part, on peut estimer que The visitors, malgré ses qualités évidentes, n'est pas l'œuvre la plus marquante (sur un plan cinématographique) de son auteur. Sa thématique pointue et sa forme particulière -représentation de troubles psychologiques et psychiatriques- le destineraient aujourd'hui plutôt à un public averti ou cinéphile, désireux de connaitre l'œuvre de Kazan dans son intégralité.


Répondre

De verdun, le 16 février 2014 à 01:47
Note du film : 5/6

Un tel film constitue une aventure cinématographique hors du commun : un cinéaste immensément réputé, dont les films précédents, America America et l'arrangement ont été des bides, réalise un film quasiment amateur. Lui le directeur de monstres sacrés comme Brando ou James Dean dirige des comédiens amateurs, même si James Woods deviendra une star. Lui qui a toujours fait preuve d'un grand souci formel filme en 16 mm granuleux.

Sa thématique, elle, reste personnelle : le plus gros du film consiste une fois de plus en une réflexion sur la dénonciation qui ne manque pas de nuances ni d'ambiguïtés : est-ce vraiment une justification de la dénonciation, comme on a pu le penser ? Les deux parties, les visiteurs et visités ont toutes les deux des torts. Les deux visiteurs ne partagent pas non plus la même vision des choses.

Tout le côté amateur du film renforce l'imprévisibilité du film et son caractère menaçant. Le spectateur n'a guère de repères. Comme le dit vincentp dans son message précédent, le film n'est peut-être pas à conseiller à tous mais son suspense est réel malgré quelques longueurs.

Il est fascinant de voir l'aisance de Kazan dans une petite production après avoir fait de grands films dans de grands studios et de livrer en 1971 un film en adéquation avec le cinéma de la violence qui régnait alors: on pense souvent ici à la douleur de Délivrance et des chiens de paille.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0077 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter