Forum - La Jeune fille assassinée - Elisabeth Wiener a aussi tourné avec Vadim
Accueil
Forum : La Jeune fille assassinée

Sujet : Elisabeth Wiener a aussi tourné avec Vadim

VOTE
De RdT, le 15 mars 2006 à 23:10

Un Vadim, dont j'ai entendu parler sans le voir. Il y a Elisabeth Wiener dans la distribution, et quand on a des principes… On s'y tient… Alors je vote.

J'aimerais beaucoup le découvrir ce Vadim là. Il était sulfureux à l'époque, est ce qu'il le paraitrait encore aujourd'hui? Le nom du scénariste manifestement «pseudonymique» Stash de Rola est de ce point de vue un augure qui ne trompe pas.

La jeune fille assassinée mérite incontestablement de faire partie des films d'Elisabeth Wiener édités en DVD.


Répondre

De Impétueux, le 16 mars 2006 à 00:20

Vadim dès la fin des années Cinquante était déjà un cinéaste minable, séduisant, séducteur, mais incapable de se sortir des étiquettes qui lui avaient été collées.

Les liaisons dangereuses, c'est une fin pitoyable ; alors un film de 1974 de cette loque, je ne peux pas vous suivre !


Répondre

De PM Jarriq, le 16 mars 2006 à 10:08

Il faut dire que défendre Vadim, là franchement RdT lui cherche les poux ! Godard, d'accord… Ruiz, encore… Mais Vadim ???


Répondre

De RdT, le 16 mars 2006 à 12:16

«Godard, d'accord… Ruiz, encore… Mais Vadim???» Donc nous sommes bien d'accord PMJarriq, il existe tout de même une hiérarchie entre réalisateurs. Pour ma part, en tout cas cela ne fait pas l'ombre d'un doute : Godard et Ruiz sont bien supérieurs à Vadim. Et je trouve que ce serait dommage de censurer Impétueux pour n'avoir fait que le suggérer. Louis-Ferdinand Céline n'avait pas été censuré quand il évoquait «L'agité du bocal» et ça avait abouti à un texte fort amusant contre Jean-Paul Sartre. Donc j'implore la clémence des hautes autorités contre Impétueux, surtout pas de censure contre lui. J'attends la fort jolie chronique qu'il pourrait nous faire sur «Georges Vadim», comme Céline nous en avait fait une sur «Jean-Baptiste Sartre» (Cf Cahier de l'Herne sur Céline : «L'agité du bocal»). Tout le monde sera, j'espère, d'accord avec moi : Impétueux contre Vadim, c'est tout de même plus acceptable que Céline contre J-B. S.

«Tout n'est quand même pas à jeter chez Vadim, Et Dieu créa la femme et Les Liaisons dangereuses se regardent sans inconfort !!»

Oui, AHolg, Vadim se regarde «sans inconfort», vous avez trouvé la bonne formule. Et quand il fait tourner Elisabeth Wiener dans La jeune fille assassinée, il suscite fortement ma curiosité cinéphilique. Et j'aimerais beaucoup voir comme cette actrice, qui s'en était très bien sortie sous les griffes de Clouzot dans La prisonnière, se dépatouille sous le regard de Vadim. J'assume tout à fait le risque pris d'être déçu. J'en profite pour attirer à nouveau votre attention sur L'Araignée d'eauElisabeth Wiener joue un Nadie qui mérite d'être vue.


Répondre

De Arca1943, le 16 mars 2006 à 13:15

« Il existe tout de même une hiérarchie entre réalisateurs. »

Il existe surtout une "hiérarchie" (du goût) entre films. Classer les films par réalisateurs, ce n'est pas toujours une bonne idée. N'oublions pas que la "politique des auteurs" fut appliquée au cinéma par des gens qui vénéraient d'abord et avant tout la littérature (préférablement celle découlant d'un manifeste) et voulaient transposer au cinéma le "modèle" du Grand Auteur génial : le réalisateur. Cette théorie peut fonctionner avec un cerain nombre de films, mais dans d'autres cas ç'a donné des résultats parfois loufoques : ainsi dans les années 60, les mêmes intellos qui méprisaient souverainement la comédie à l'italienne – cinéma d'équipe (et d'industrie!) par excellence, en infraction flagrante avec le dogme – étaient les mêmes qui se battaient les flancs pour trouver du génie à Jerry Lewis sous prétexte qu'étant parfois crédité au scénario et même au montage, il était donc "l'auteur complet" tant recherché. D'autres, persuadés que le Grand Auteur reste toujours le Grand Auteur, réussissaient à trouver du génie à The Heretic sous prétexte qu'il était réalisé par Boorman

Mais pour en revenir à Vadim, franchement sa production des années 70 je ne l'ai pas toute vue, mais pour ce que j'en connais il peut se la garder ! Quant à Et Dieu créa la femme, c'est ce qu'on appelle un classique : pour ceux qui n'aiment pas ce film, il est trop tard ! J'avoue que je ne suis pas RdT du tout quand il veut retrouver son égérie Elisabeth Wiener dans la moindre production. Ainsi, pour prendre une jeune star de la même époque, je suis un fan invétéré de Catherine Spaak. Eh bien, ça ne veut pas dire que je tienne absolument à la voir dans Diciottenni al sole (1962), qui semble au mieux so-so… ni dans le Vadim qu'elle tourne en 1964 !


Répondre

De PM Jarriq, le 16 mars 2006 à 13:37

Evidemment qu'il existe une hiérarchie : je n'aime pas du tout l'oeuvre de Godard ou Ruiz, mais je ne m'aviserais jamais de dire qu'ils sont nuls. Ils ne me "parlent" pas, c'est tout. Par contre, dire la même chose de Vadim, c'est faire tout bonnement preuve d'objectivité. Est-ce que les défenseurs de Et Dieu créa la femme l'ont revu, récemment ? J'y ai jeté un oeil curieux à la télé, il y a quelques mois… Le qualifier de "classique" tient du gag pur et simple !


Répondre

De RdT, le 16 mars 2006 à 18:44

«la "politique des auteurs" fut appliquée au cinéma par des gens qui vénéraient d'abord et avant tout la littératureet quivoulaient transposer au cinéma le "modèle" du Grand Auteur génial»

C'est peut être ce qui nous différencie, Arca1943, je crois qu'aux fondements du cinéma il y a des auteurs. Ces auteurs sont selon moi d'abord littéraires et c'est de ceux là que je pars. Si je me suis intéressé à Civeyrac c'est parce que j'avais lu «Penses tu réussir» de Jean de Tinan. Quand j'ai vu Pierrot le fou de Godard, j'avais déjà entendu dire qu'il y citait le poète anglais Browing, (je n'ai lu qu'ensuite, le Lionel White dont est tiré le film). Si je défends L'araignée d'eau, c'est parce qu'il a été écrit à partir d'un récit de Marcel Bealu Si j'aimerais voir le Salammbo où joue Jeanne de Balzac c'est parce que j'aime Flaubert et Balzac. Trains étroitement surveillés m'intéresse d'abord parce que c'est une adaptation de Hrabal. Le cinéma doit être conscient qu'il doit tout à la littérature. Que serait Théorème sans Sade et Marcel Blanchot? Que serait O.K. Néron sans Tacite ou Sénèque? Que serait Knock sans Jules Romain?

La plupart des réalisateurs sont tributaires des auteurs littéraires.

Certes il existe quelques réalisateurs (mais ils sont peu nombreux) qui font directement oeuvre d'Auteur. Il y en a très peu : je citerais : Robert Bresson, Vera Chytilova, Jacques Tati, Dreyer les quelques très grands noms qui font oeuvre d'écriture cinématographique pure.

Vous écrivez : «J'avoue que je ne suis pas RdT du tout quand il veut retrouver son égérie Elisabeth Wiener dans la moindre production.»

Certes, il est difficile de masquer le fait que je milite un peu beaucoup ces derniers temps pour Elisabeth Wiener. Mais c'est parce que je me suis aperçu qu'elle était un peu trop injustement méconnue. On ne la connaît que pour La prisonnière de Clouzot, (un film certes remarquable). Je voulais rappeler qu'elle avait compté pour de nombreux spectateurs comme la petite gitane de Rocambole, qu'elle avait été une excellente Nadie dans L'araignée d'eau, qu'elle a tourné avec Pierre Prévert, Baratier, Coline Serreau, Jean-Louis Richard, Jean-Daniel Verhaeghe, Michel Boisrond, Jacques Rivette et même… Balducci, et j'en oublie certainement, qu'ils me pardonnent.


Répondre

De vaesoli, le 14 mai 2006 à 20:48

Pour repondre à la personne qui a entendu parler de ce film mais ne l'a pas vu :

J'ai vu ce film à sa sortie et ne l'a i pas oublié . Peut être est ce cette association entre la mort et l'érotisme qui n'était pas encore si frequent à cette époque , où la présence de Mathieu Carrière que je ne m'attendais pas à voir dans ce genre de rôle .Je n'apprecie pas toujopurs ce que fait Vadim mais je pense qu'il a marqué son époque et s'est parfois montré en précrurseur . Sa version des liaisons dangereuses m'a beaucoup intéressée , et elle était de toute façon bien plus réussie que la dernière version avec Deneuve


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter