Forum - Buffalo Bill - Avis
Accueil
Forum : Buffalo Bill

Sujet : Avis


De cormega, le 24 septembre 2005 à 11:05
Note du film : 4/6

Bonjour! Je me demande ce que vaut ce film, et je ne sais pourquoi mais j'ai un apriori négatif

qui m'enpêche d'acheter ce dvd.

Quelqu'un aurait-il un avis à formuler SVP?


Répondre

De cormega, le 8 octobre 2005 à 11:32
Note du film : 4/6

up!up!up!

Personne alors?


Répondre

De PM Jarriq, le 8 octobre 2005 à 11:39

Ben, non… Il faut croire qu'il manque quelque chose à ce classique pour attirer l'amateur (que je suis) vers l'achat d'un DVD. Un grand acteur du genre, peu-être ? Joel McCrea est bien gentil, mais il est oublié depuis bien longtemps… Et Maureen O'Hara fonctionnait surtout en tandem avec Wayne. Reste à attendre un fan exhaustif de westerns. Good luck !


Répondre

De cormega, le 21 janvier 2006 à 09:04
Note du film : 4/6

Et bien ça y est je l'ai vu, il est très bien. Il retrace la vie de Buffalo Bill, s'articulant en deux parties distinctes. Une première dans les grands espaces du far west, où la guerre fait rage entre yankees et indiens. La seconde partie est plus originale, Buffalo Bill gagne New-York pour recevoir une décorartion de guerre du président. Il s'enlise ensuite dans les remords envers les Indiens et fini par plaider leur cause publiquement pour se réhabiliter. Certes, McRea n'est pas inoubliable, par contre Anthonny Quinn l'est en chef Indien redoutable "Yellow-Hand" (ses tenues sont tordantes et sa signature sur le traité de paix ridicule), Thomas Mitchell déjà dans un rôle de reporter journaliste comme dans "Liberty Valance" et enfin Linda Darnell en belle indienne. Bref, j'aime bien.


Répondre

De vincentp, le 5 mai 2009 à 22:19
Note du film : 5/6


4,8/6. Western formaté selon les canons de l'époque, semble-t-il œuvre de commande du producteur de la Fox Zanuck à William A. Wellman. Des clichés certes, mais Buffalo Bill constitue toutefois une triple ébauche cinématographique intéressante.

Il est tout d'abord un des premiers films du genre (il sort en salles en 1944) à développer un parti-pris pro indien. Ceux-ci sont montrés comme des adultes responsables, avec des coutumes, un sens moral. Wellman développera cet aspect avec Au-delà du Missouri, sept ans plus tard.

De plus, on peut détecter dans ce Buffalo Bill des bribes de schéma narratif moderne. Des images muettes renvoient à des idées, évoquent des sentiments, expriment des troubles psychologiques. Elles sont parfois elliptiques, et doublées d'une perte de repère spatial pour le spectateur… lequel découvre par exemple certains éléments de la personnalité de la jeune indienne par la façon dont elle se vêtit de la robe empruntée à sa rivale, et dont elle tient tête ensuite à celle-ci. Mais il y a d'autres moments tout aussi remarquablement bien mis en images et très modernes comme la bataille qui oppose la cavalerie et les indiens : bataille collective, et aussi individuelle, avec un superbe champ-contre champ (au premier plan un arbre desséché marque la ligne de combat) pour représenter le duel entre les deux personnages principaux masculins, blanc et indien, écho du duel féminin précédemment cité. Mais le seul tempo de cette longue séquence de bataille, très élaboré (s'appuyant sur le bruit des pas cadencés des chevaux dans l'eau), agit à lui seul sur les perceptions mentales du spectateur, imprimant à cette partie du récit une dimension à la fois tragique et lyrique.

Et puis, troisième source d'intérêt, une vision iconoclaste de l'épopée du western traverse ce Buffalo Bill et opère une rupture de ton avec les conventions de fond et de forme du genre. Les cow-boys tel William Cody sont paumés, dépassés par leur image publique, déphasés au sein de leur époque, et même largués par leurs compagnes. Les guerres indiennes sont quant à elles évoquées sans manichéisme, avec dureté, pointant du doigt la responsabilité et l'inconscience de l'homme blanc dans cette affaire ; ceci préfigure les idées exprimées notamment par John Ford dans The searchers.

Ce western original et de qualité, à la fois respectueux des conventions du genre, et novateur par le fond et la forme, mérite donc le détour, et l'on peut regretter au final la relative piètre qualité de l'image -granuleuse- du support dvd. Une remasterisation (comme par exemple pour Les implacables) s'imposait !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter