Forum - Capitaine Achab - Bravo à Ramos et Valérie Crunchant
Accueil
Forum : Capitaine Achab

Sujet : Bravo à Ramos et Valérie Crunchant

VOTE
De Montecristo, le 5 mai 2005 à 20:32
Note du film : 6/6

Bravo pour la sensibilité Nervalienne de Valérie Crunchant!!!!

Philippe Ramos en réalisant"Capitaine Achab" adapté du Moby Dick d'Herman Melville a réalisé un coup de maître. Bravo à l'actrice Valérie Crunchant (dans le rôle de Louise) à l'acteur Frédéric Bonpart (dans celui d'Achab). Dans ce film Achab sombre dans un profond amour pour Louise, son objet de désir. Celle-ci finit même par évoquer la baleine dans ses rêves… Philppe Ramos se caractérise par une formidable maîtrise dans ses cadrages qui évoquent les paysages du western. Mais sous sa caméra, c'est aussi le corps de Louise qui devient un paysage grandiose avec ses collines et ses vallées. En regardant "Capitaine Achab" de Ramos on songe au poème des Fleurs du mal de Charles Baudelaire : La Géante : "J'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante/ Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux". Ramos a su en outre dans ce film profiter du jeu tout en retenue de Valérie Crunchant. Elle apporte à cette aventure virile un supplément de fragilité féminine et Nervalienne.Valérie CrunchantCapitaine Achab


Répondre
VOTE
De abadona, le 4 septembre 2005 à 10:30
Note du film : 6/6

C'est vrai qu'elle est bien Valérie Crunchant dans ce Capitaine Achab de Philippe Ramos. Il faut vraiment qu'il soit réédité en DVD ce Court métrage. C'est le meilleur de la série "Portrait" qu'Arte avait diffusé en 2004. Je me souviens que le chroniqueur de Libé avait comparé Philippe Ramos à Fritz Lang à propos de ce magnifique mélange d'érotisme et de rêverie qu'est ce film.


Répondre
VOTE
De Charmanic, le 4 septembre 2005 à 13:39
Note du film : 6/6

Je vote pour la réédition de ce film. Je l'avais vu au festival du film de Paris. S'il est réédité en DVD c'est vraiment une bonne nouvelle.


Répondre
VOTE
De Graesler, le 4 septembre 2005 à 16:08
Note du film : 6/6

D'accord pour que Capitaine Achab soit édité en DVD. Et puis Valérie Crunchant y est très belle.


Répondre
VOTE
De Karczewska, le 4 septembre 2005 à 16:29
Note du film : 6/6

Je soutiens votre motion pour la beauté de Valérie Crunchant et pour l'imagination de Philippe Ramos. J'avais vu ce court métrage très tard la nuit. Et j'ai passé un agréable moment. J'ai beaucoup ri.


Répondre
VOTE
De Luikatorz, le 4 septembre 2005 à 16:57
Note du film : 6/6

Nervalien est un terme bien choisi pour la façon dont Valérie Crunchant incarne la compagne d'Achab dans ce film. J'avais bien aimé ce film lors de sa diffusion en mai 2005 à Charleville-Mézières. Je vote donc pour qu'il soit édité en DVD.


Répondre
VOTE
De Jacquier, le 4 septembre 2005 à 17:16
Note du film : 6/6

J'ai vu Capitaine Achab au festival Paris Court et je l'ai beaucoup aimé. Frédéric Bonpart joue un beau Capitaine Achab. La voix off donne un climat amusant au film. Valérie Crunchant y a beaucoup de charme (je n'aurais pas choisi Nervalien). Je vote pour la réédition de ce film en DVD.


Répondre
VOTE
De Benoît78, le 4 septembre 2005 à 17:51
Note du film : 6/6

Moi aussi j'ai me suis bien amusé à voir ce film. Valérie Crunchant y est charmante. Je vote pour l'édition de Capitaine Achab en DVD.


Répondre
VOTE
De Saxyphrage, le 4 septembre 2005 à 18:07
Note du film : 6/6

Pour le charme de Valérie Crunchant je vote pour l'édition en DVD de Capitaine Achab en DVD.


Répondre
VOTE
De Agapenov, le 4 septembre 2005 à 18:18
Note du film : 6/6

Philippe Ramos s'est taillé un petit succès avec son Capitaine Achab. L'originalité du scénario y est pour beaucoup. La qualité des images aussi (westernienne en diable). La qualité des acteurs n'y est pas pour rien. Frédéric Bonpart campe un bel Achab, et Valérie Crunchant y est joliment Nervalienne. Je trouve le terme bien choisi. Je vote pour l'édition en DVD.


Répondre
VOTE
De Geoffrey, le 7 septembre 2005 à 00:32
Note du film : 5/6

J'ai vu Capitaine Achab au festival de Pantin. J'ai trouvé l'idée de Ramos amusante. Valérie Crunchant y est charmante. J'ai le souvenir d'avoir été un peu énervé par le ton de la voix off du narrateur. Mais ce film est un morceau d'anthologie. Alors je vote pour sa réédition en DVD, j'aimerais bien l'avoir dans ma vidéothèque.


Répondre
VOTE
De Khayam, le 27 septembre 2005 à 15:11
Note du film : 3/6

Capitaine Achab est un joli exercice de style de Philippe Ramos. Valérie Crunchant (qui jouait Ghislaine jeune dans Toutes ces belles promesses de Civeyrac) y compose un personnage intéressant mais qui est insuffisament développé, raison due au format du film probablement. Les cadrages sont très soignés. La surprise du premier plan est amusante. Peut on espérer qu'Arte édite ces court métrages de la série "portraits", une série qui comprenait aussi le très réussi Tristesse beau visage (2004), de Civeyrac.

Khayam.


Répondre
VOTE
De Dewde, le 14 octobre 2005 à 16:55
Note du film : 5/6

Ce Capitaine Achab fait partie d'une série intitulée "Portrait" et diffusée par Arte. Est ce que cette chaine l'éditera un jour en DVD? J'ai un excellent souvenir de cette adaptation par Ramos de Moby Dick. Difficile d'en parler, il faut le voir, l'effet de surprise joue une grand part dans le scénario. Je suis d'accord avec les inernautes qui trouvent que Valérie Crunchant y fait une belle apparition. Mais je ne suis pas de l'avis de ceux qui trouvent que son rôle est tronqué.


Répondre
VOTE
De Artzpik, le 17 octobre 2005 à 20:37
Note du film : 6/6

Ah! oui bravo à Philippe Ramos et Valérie Crunchant. Ce Ramos là mérite toutes les louanges. Il a d'ailleurs bénéficié d'un bon accueil de la part de la critique et a reçu les prix de la presse au festival du film court de Paris ainsi qu'au festival de Pantin. Le sujet est fort bien traité, astucieusement. Le scènario est bien construit, la direction d'acteur solide. Valérie Crunchant et Frédéric Bonpart y sont très convaincants. Ce film est d'ailleurs considéré par Ramos comme un coup d'essai pour un long métrage qu'il va tourner en 2006 avec Valérie Crunchant, Bernard Blancan, et Frédéric Bonpart.


Répondre
VOTE
De Bellone, le 18 octobre 2005 à 16:55
Note du film : 5/6

Un film attachant, qui mérite sa réédition en DVD.


Répondre
VOTE
De Aufraisbeaugars, le 19 octobre 2005 à 17:29
Note du film : 5/6

On retrouve dans Capitaine Achab l'admiration de Ramos pour John Ford : caméra balayant de grands espaces, héros masculin rural et taciturne. La jeunesse du Capitaine Achab est ici contée sur le mode léger (non sans humour), avec une esthétique balayant de grands espaces. Le personnage de Louise incarnée avec une jolie ingénuité par Valérie Crunchant ajoute au côté western : derrière la quête du Cow-Boy il y a toujours une danseuse quelque part. Un beau moyen métrage qui mérite son édition en DVD. Il constituera un utile document pour les cinéphiles : A partir de ce moyen métrage Ramos prépare un nouveau long métrage. Affaire à suivre…


Répondre
VOTE
De G.Berl, le 22 octobre 2005 à 12:36
Note du film : 6/6

Ce Capitaine Achab est un moyen métrage qui m'avait tout à fait enthousiasmé, par son humour, par la solide charpente de son scènario, par le magnifique sens du cadrage de Ramos, par la distribution (Crunchant et Bonpart dans un jeu sobre et émouvant. J'ai regretté que ce film qui avait été sélectionné pour les Césars du court métrage n'ait finalement pas été retenu. Mais un long métrage s'annonce dans lequel j'espère que Ramos se surpassera!


Répondre
VOTE
De Arphy, le 25 octobre 2005 à 23:10
Note du film : 5/6

Je suis impatient de connaître le long métrage que Philippe Ramos fera à partir de ce moyen métrage. J'avais énormément aimé ce Capitaine Achab : le scénario, l'humour, les grands espaces, les comédiens, dans tous ses choix, Ramos s'était surpassé. Dommage que ce film n'ait pas été retenu pour les César. Il l'aurait franchement mérité pour son audace. Valérie Crunchant était tout à fait délicieuse dans le rôle de Louise.


Répondre
VOTE
De Hilarion, le 26 octobre 2005 à 14:49
Note du film : 5/6

Pour la beauté de Valérie Crunchant, pour l'humour de Philippe Ramos, pour l'immense qualité de ses panoramiques. Il faut absolument, c'est indispensable, éditer ce Capitaine Achab en DVD.


Répondre
VOTE
De Charles62, le 29 octobre 2005 à 17:55
Note du film : 6/6

Capitaine Achab est à mon avis, la plus belle réussite de Philippe Ramos, un scénario admirable, une image splendide. J'y ai apprécié le charme de Valérie Crunchant, la belle sensualité du film lui doit énormément. Ce film a évité de peu un César l'an dernier et c'est bien dommage.


Répondre
VOTE
De Laurent72, le 30 octobre 2005 à 16:15
Note du film : 5/6

Ah! ouiiii!!! Ce Capitaine Achab de Philippe Ramos m'avait énormément plu. Pour moi c'était le meilleur film du festival de Pantin. Valérie Crunchant y était charmante, Frédéric Bonpart parfait en costaud taciturne. L'idée du scénario de Philippe Ramos est parfaitement géniale. Belle et amusante à la fois! S'il peut être édité en DVD, ça serait une bonne nouvelle.


Répondre

De Impétueux, le 31 octobre 2005 à 20:56

Le festival de Pantin va, bientôt, par son immense notoriété sur DVDToile, écraser Cannes, Berlin, la Mostra de Venise et tutti quanti…

Il y a vraiment des gens qui vont au cinéma à Pantin ?

Merveilles !


Répondre

De Laurent72, le 2 novembre 2005 à 23:18
Note du film : 5/6

S'il y a autant de gens qui vont au cinéma à Pantin, c'est parce que le festival "Côté-court" a lieu dans cette ville. C'est un festival qui se déroule tous les ans. Capitaine Achab y avait été sélectionné pour l'édition 2004, et il y avait reçu le prix de la presse, La même année La peur, petit chasseur de Laurent Achard, avait "raflé" toute une série de récompenses : la mention du jury pour la jeunesse, la mention du jury de la presse, et le Grand prix du festival. Mais j'avais largement préféré Capitaine Achab à La peur, petit chasseur. En 2004 ce festival avait eu lieu en juin, et en 2005 en avril.

En 2005 le festival a primé Les princesses de la piste de Marie Hélia, et ses deux actrices Sandrine Bodenes et Muriel Riou avaient reçu le prix d'interprétation féminine.

Ce festival est réellement passionnant car on découvre souvent des jeunes cinéastes qui deviennent ensuite de grands réalisateurs de long métrage. L'intérêt est aussi que ces films sont souvent assez originaux car ils sont moins soumis que les longs métrages à des impératifs d'"audimat". Au festival 2004, Capitaine Achab de Philippe Ramos avait été pour moi une belle découverte. C'est un festival passionnant, et je vous le conseille si vous aimez le cinéma et le court métrage.


Répondre

De Agrippine, le 2 novembre 2005 à 23:34
Note du film : 5/6

"Capitaine Achab" est un magnifique beau "long" court métrage. Valérie Crunchant et Frédéric Bonpart y sont très bien. Ce film est à mon sens le bon souvenir du festival de Pantin 2004. Il mérite son édition en DVD.


Répondre
VOTE
De Juliay, le 10 novembre 2005 à 15:39
Note du film : 4/6

Il ne faut pas s'attendre à trouver ici une redite du fabuleux Moby Dick de Huston en 1956 ou du pâle remake Moby Dick de 1998 ou encore du Secret de Moby Dick. Philippe Ramos a réalisé avec Frédéric Bonpart et Valérie Crunchant une oeuvre intimiste, drôle sur l'enfance et la jeunesse du Capitaine Achab, le héros de Melville. Ce court métrage avait été salué par la presse à sa sortie, il a eu le prix de la presse au festival du film court de Paris, et au festival du court métrage de Pantin. C'est une adaptation sans prétention mais un bel exercice de cinéma qui mériterait fort d'être édité en DVD. Je vote pour.


Répondre
VOTE
De Billnohr, le 12 novembre 2005 à 14:55
Note du film : 5/6

J'ai beaucoup aimé l'érotisme souriant de ce Capitaine Achab. Le choc de la première image est trop génial. J'adore la façon dont Valérie Crunchant étrille son cheval. Ce court métrage là, il faut l'éditer en DVD.


Répondre
VOTE
De Désert, le 14 novembre 2005 à 01:36
Note du film : 6/6

Ce Capitaine Achab est un splendide Moby Dick français. Je suis d'accord avec vous sur les talents qu'y déploie Valérie Crunchant. J'ai aussi été sensible à la scène du cheval… Mais pas seulement à celle là. Il y a aussi les apparitions de la baleine (lol). Philippe Ramos a réussi un beau court métrage. Il parait qu'il va faire un long à partir de celui là. Est ce que ce sera un nouveau montage à partir du court, ou est ce que ce sont entièrement de nouvelles scènes?


Répondre
VOTE
De Grubach, le 18 novembre 2005 à 22:00
Note du film : 6/6

Philippe Ramos est un réalisateur d'un immense talent, et il l'a montré dans ce Capitaine Achab qui mérite amplement son édition en DVD. Valérie Crunchant y était très belle.

Le futur long métrage qu'il va tourner sur même thème, sera sur un scénario remanié, et fera l'objet d'un nouveau tournage, avec une distribution différente.


Répondre
VOTE
De Oncle Toby, le 19 décembre 2005 à 16:33

D'après tout ce que je lis sur ce forum cette adaptation de Melville a l'air alléchante et intéressante. J'aimerais beaucoup qu'elle soit éditée pour la voir. Et c'est d'ailleurs dommage qui'il faille attendre l'édition en DVD des courts métrages pour qu'ils soient diffusé vers le grand public.


Répondre
VOTE
De Jan-Lou Steph, le 2 janvier 2006 à 18:29
Note du film : 5/6

Je souscris à vos applaudissements pour Philippe Ramos et Valérie Crunchant. Je vote pour l'édition en DVD de ce Capitaine Achab de Philippe Ramos. Ramos est un jeune réalisateur très talentueux. Un sens du cadrage, enthousiasmant. J'ai eu la chance de voir ce film au cinéma, lors d'un festival et j'avais été enthousiasmé. Un bel exemple de l'audace du cinéma d'auteur d'aujourd'hui.


Répondre
VOTE
De Sylvette, le 4 janvier 2006 à 22:54
Note du film : 5/6

J'applaudis aussi Philippe Ramos et Valérie Crunchant, et je vote pour que ce film soit édité en DVD.


Répondre
VOTE
De Berlock Jolmez, le 19 janvier 2006 à 23:34
Note du film : 6/6

Philippe Ramos, est un réalisateur français bien trop méconnu. Etant donné son talent je suis toutefois sûr qu'on parlera beaucoup de lui dans le futur. Heureusement qu'il est soutenu par quelques critiques, dans Libération et les Inrockuptibles. Son Capitaine Achab, avait d'ailleurs été fort apprécié par cet hebdomadaire. Je souscris à votre pétition pour son édition en DVD.


Répondre
VOTE
De Raphy Podzo, le 31 janvier 2006 à 23:59
Note du film : 5/6

J'ai vu ce moyen métrage lors de sa diffusion télévisée. Un film avec lequel Philippe Ramos a frappé un grand coup. J'apprécie beaucoup la surprise de la première image. L'idée un corps de femme nue pour incarner la baleine rend ce film sulfureux, mais je n'en ai que plus envie de le voir éditer en DVD. J'aime bien la façon dont Valérie Crunchant joue le personnage de Louise.


Répondre
VOTE
De RdT, le 10 mars 2006 à 23:09
Note du film : 6/6

Il est piquant que ce moyen métrage de Philippe Ramos figure en sixième position des pétitions de de DVDtoile pour l'édition en DVD, alors que ni Les visiteurs du soir ni Les Petites Marguerites ne figurent en tête de ce palmarès.

Ceci étant dit, ce moyen métrage de Philippe Ramos mérite d'être reconnu. Il m'avait fait forte impression lors de son passage sur Arte. Chers internautes de DVDtoile, vous n'avez donc pas trop mauvais goût. Mais si vous pouviez faire un effort pour Vera Chytilovà ou Marcel Carné, je ne crois pas que les muses cinématographiques en seraient offusquées. Philippe Ramos fait preuve d'une vraie originalité dans son écriture cinématographique. L'idée d'un thème et variation autour du héros de Moby Dick est riche de potentialité. Le choc de la première image est d'un humour qui fonctionne magnifiquement. Les acteurs sont bons. J'ai apprécié le charme de l'actrice qui joue Louise. Et comme il parait que Philippe Ramos veut tourner un long métrage à partir de la thématique de ce court, je lui apporte tout mes chaleureux encouragements.

Mais il n'empêche Vera Chytilova ou Marcel Carné mériteraient de figurer au moins au même niveau de palmarès sur un site de cinéphiles tel que DVDtoile.


Répondre

De RdT, le 25 août 2006 à 18:33
Note du film : 6/6

Vous n'avez pas vu Les Petites Marguerites? Il faut absolument remédier à cette lacune… Je vous conseille vivement d'aller sur le forum de ce film pour lire la critque que j'en ai faite, en espérant qu'elle vous donnera envie de le voir. Selon moi, la filmographie de Vera Chytilova devrait figurer en tête des pétitions de DVDtoile.


Répondre
VOTE
De vincentp, le 25 août 2006 à 23:40

Une fiche visitée plus de 7000 fois. 32 notes pour une moyenne de 5,4. Ce film, qui connaît une forte popularité sur dvdtoile mérite certainement d'être vu. Y-a-t-il un rapport avec le capitaine Achab du roman de H Melville, comme le laisse supposer le générique, ou s'agit-il plus généralement d'une allégorie sur les difficultés de la vie contemporaine et le déracinement des individus ? Pour le moment, le mystère est pour moi entier. Dès que j'en ai l'occasion, je fonce au ciné pour découvrir cette histoire passionnante réalisée par Philippe Ramos qui met en scène Valérie Crunchant, jeune actrice que l'on retrouve dans les films de Jean-Paul Civeyrac, en compagnie de Camille Berthomier.

Remarque : le film dure 22 minutes et je crains de mettre beaucoup plus de temps pour me rendre dans la salle qui le diffuse. Ne serait-il pas possible de le joindre en bonus d'une prochaine édition dvd ?


Répondre

De RdT, le 28 août 2006 à 11:11
Note du film : 6/6

«Pour ce qui est de Valérie Crunchant je peux vous assurez qu'elle est parfaitement bien mise en valeur dans Capitaine Achab». Arthur Fauvert, libre à vous d'être fan de Valérie Crunchant mais attention à votre conjugaison!!! Est ce plus grave ou moins grave que de confondre Bach avec Bach?


Répondre

De Arthur Fauvert, le 28 août 2006 à 12:20

Vous vouliez dire Bach avec Bach… Je corrige mon erreur, merci de me l'avoir signalée.


Répondre

De Arca1943, le 28 août 2006 à 17:48

Ah, bien, si elle nous est recommandée par le grand Francis Huster, voilà en effet une référence impressionnante.


Répondre

De vincentp, le 28 août 2006 à 17:54

Nous sommes heureux d'apprendre qu'elle a été adoubée par le grand Francis. Mais c'est probablement Ramos et Civeyrac qui vont la propulser sur orbite.


Répondre

De dumbledore, le 28 août 2006 à 18:38

Francis Huster? Le même qui joue dans le Maître du Zodiaque???


Répondre

De Arca1943, le 28 août 2006 à 18:59

Celui-là même !


Répondre

De RdT, le 28 août 2006 à 22:54
Note du film : 6/6

Faut-il absolument s'extasier en fanfare parce que Francis Huster a parlé de Valérie Crunchant dans un livre de souvenirs?

Cela n'ajoute rien au talent de Ramos que d'aller rechercher l'Huster du Maitre du zodiaque si encore vous aviez cité l'Amour braque de Zulawski avec Sophie Marceau, Parking de Jacques Demy Equateur de Serge Gainsbourg, ou la rigueur «Colinot trousse-chemise» avec Brigitte Bardot et Muriel Catala.

S'il fallait vous suivre on pourrait aussi se mette en quête des phrases de Jacques Prévert sur Elisabeth Wiener, ou de celle de Pierre Louys sur Jean de Tinan, de Louis de Funès sur Beba Loncar, de Bohumil Hrabal sur Ivana Karbanova, et la liste pourrait ne jamais s'arrêter. Ce qui compte avant tout c'est de voir comment Valérie Crunchant joue chez Ramos, Civeyrac et consorts. N'est ce pas là l'essentiel? Comme Vincentp il me semble que Ramos et Civeyrac ont plus fait pour lancer Valérie Crunchant qu' Huster avec son alignement d'adjectifs. Quant à moi, j'ai simplement été sensible au jeu et au talent de Valérie Crunchant dans ce Capitaine Achab.


Répondre

De RdT, le 29 août 2006 à 16:50
Note du film : 6/6

S'il m'arrive de citer Jean de Tinan c'est à propos. En revanche je ne vois pas en quoi le fait que Francis Huster trouve Valérie Crunchant «drôle» dans un spectacle vieux d'il y a plus de dix ans, apporte quoi que ce soit sur un forum destiné à dire ce qu'on pense de Capitaine Achab de Philippe Ramos.


Répondre

De Impétueux, le 29 août 2006 à 22:46

Dites-moi, jeunes gens, vous ne pourriez pas poursuivre votre colloque singulier en tête-à-tête ?

Après tout, je gage que nous sommes un bon nombre à nous tamponner le coquillart de Crunchant, Ramos, Civeyrac….

Et même (horresco referens !) de Jean de Tinan !


Répondre

De RdT, le 30 août 2006 à 11:34
Note du film : 6/6

« je gage que nous sommes un bon nombre à nous tamponner le coquillard de Crunchant, Ramos, Civeyrac….Et même (horresco referens !) de Jean de tinan !»

Alors là je me dois de réagir. Jean Le Barbier de Tinan suscite au plus haut point mon intérêt. C'est un auteur dont les qualités littéraires méritent d'être reconnues, défendues, illustrées. On ne peut, de ce point de vue qu'être reconnaissant à Civeyrac de l'avoir sorti de l'oubli dans lequel la Mode, cette infâme réincarnation de la «Fortune», l'avait enfoui. Quant à Arthur Fauvert, je me devais de réagir, car est-ce rendre service à Philippe Ramos dont il dit qu'il l'apprécie que de rameuter le soutien du Francis Huster du Maitre du zodiaque? Est ce rendre service à Valérie Crunchant? N'aurait-on pas affaire à une attitude de Corbeau qui mérite d'être soulignée?

Quand je cite Jean de Tinan il me semble que je choisi un exemple autrement plus reluisant, avec des objectifs plus nobles. Mais chacun ses goûts il est vrai.


Répondre
VOTE
De Khayyam, le 31 août 2006 à 17:50
Note du film : 3/6

"Après tout, je gage que nous sommes un bon nombre à nous tamponner le coquillard de Crunchant, Ramos, Civeyrac…"

Tout le monde ne s'en "tamponne pas le coquillard" de Civeyrac, Ramos et Crunchant!!! Et je trouve plutôt amusant d'apprendre que Valérie Crunchant, une actrice de Ramos et Civeyrac, ait comme supporter une vedette "grand public" comme Francis Huster.


Répondre

De Impétueux, le 31 août 2006 à 18:57

Ouh là ! Bien sûr "bon nombre" n'est pas "tout le monde" !

Bon nombre des Français trouvent que le Mandarom ou Raël sont assez tordus.

Bon nombre.

Mais pas tout le monde.


Répondre

De RdT, le 31 août 2006 à 21:57
Note du film : 6/6

Ce qui m'énerve, moi , c'est que tout le monde trouve formidable que Francis Huster ait dit trois mots sur Valérie Crunchant. A mon humble avis il a dû dire trois mots sur beaucoup de monde. Le plus important c'est que les contributeurs du site disent ce qu'ils pensent, eux, de ce qu'ils ont vu et non pas ce que pensent Gacougnol, Folantin ou Pelopidas… Cela ne m'empêche pas de penser le plus grand bien de quelques rôles de ce Francis Huster, comme vous Arthur Fauvert, notamment dans les films de Zulawski. Et Impétueux, je peux vous assurer que si les films de Civeyrac avaient à voir avec sectes pseudo orientales que vous citez, je ne me serais pas acheté le coffret de son intégrale. Et si ça peut vous rassurer Jean de Tinan (un des meilleurs inspirateur de Civeyrac) n'avait lui non plus rien d'un schismatique lui qui citait (dans sa préface à «Penses tu réussir ou les diverses amours de mon ami Raoul de Vallonges») l'Abbé de Saint Réal : «Un roman est un miroir qu'on promène le long d'un chemin.» Une belle métaphore et combien cinématographique.


Répondre

De Impétueux, le 31 août 2006 à 23:53

Et bien, je reprends ma comparaison en excluant les aspects religieux, tout en notant que ni le Mandarom, ni Raël ne sont schismatiques ; sont schismatiques les Orthodoxes, par exemple, ou bien la Petite Église, les Vieux Catholiques ou, plus récemment la Fraternité Saint Pie X (je donne des cours à qui les demandera ; mais le plus simple sera pour ceux qui n'y entendent couic, de consulter leur Google habituel). Feu Gilbert Bourdin (le Mandarom) ou Claude Vorilhon (Raël) sont des cinglés, des paranoïaques et/ou des exploiteurs de gogos (ni hérésiarques comme les Réformés, ni schismatiques, comme les Orthodoxes).

Cela posé, donc, qui n'intéressera personne, je reprends ma comparaison afin de faire comprendre à Khayyam l'inanité de son propos :

"Bien sûr "bon nombre" n'est pas "tout le monde" !

Bon nombre des Français trouvent que la panse de brebis farcie ou le potage de nids d'hirondelle sont des ragougnasses infâmes.

Bon nombre.

Mais pas tout le monde".

Est-ce plus clair ?

Cet échange m'a en tout cas donné l'occasion de relire le fil consacré à ce Capitaine Achab qui réunit désormais une quantité de votes qui le place en tête des rééditions demandées et des déclarations d'adulation si intenses et si grotesques que l'imposture doit en être démasquée. La camarilla Civeyrac/Ramos a acquis pour pratique de venir, telle l'hydre mythologique, sur DVDToile et, variant ses pseudonymes au gré de ses humeurs, de déposer ses messages fervents et passionnés, à la limite très supérieure de la mômerie et du ridicule. Quand on décerne froidement des 6/6 à des œuvrettes de débutants, qu'est ce qu'on va donner à John Ford, Stanley Kubrick, Vittorio De Sica, Jean Renoir ? D'ailleurs les thuriféraires de ces cinéastes inconnus se gardent bien de s'exprimer sur les vrais chefs-d’œuvre…

C'est pitoyable.

Est-ce que ça abuse quiconque ?

Quant à Francis Huster, à part d'avoir une jolie femme, est-ce qu'il compte quelque part ?


Répondre

De RdT, le 1er septembre 2006 à 00:27
Note du film : 6/6

«Quant à Francis Huster, à part d'avoir une jolie femme, est-ce qu'il compte quelque part ?» Je crois Impétueux, qu'à cette question nous apportons la même réponse… Et je ne vois pas la nécessité d'y faire référence pour défendre l'oeuvre d'un jeune réalisateur dont je veux bien admettre qu'il est prometteur à condition qu'on me donne de vrais arguments pour, et non de fallacieux arguments de pseudo autorité. C'est ce que j'essaie de faire comprendre à Arthur Fauvert, mais apparemment en vain.

Précision sur mon utilisation du mot schismatique, je l'utilisais comme un euphémisme pour qualifier le phénomène sectaire. Merci pour vos utiles explications terminologiques, car on n'est jamais trop précis. Mais que certains participants à ce forum s''égarent à exprimer des opinions hâtives n'enlève rien à la qualité réelle des gens dont on parle.


Répondre

De Arca1943, le 1er septembre 2006 à 01:28

Me voilà enoore largué. C'est qui, la femme de Francis Huster ?


Répondre

De Impétueux, le 1er septembre 2006 à 09:03

La femme de Francis Huster s'appelle Cristiana Reali ; c'est un beau brin de fille, d'origine brésilienne, également actrice.

Ce sont d'ailleurs là des acteurs de théâtre ; j'ai eu l'occasion, de façon un peu éparpillée sans doute, de dire ici combien à mon sens le jeu du théâtre – le jeu théâtral, devrais-je dire – donne des résultats mitigés au cinéma : accentuation des effets, ton déclamatoire, roulements de pupille, etc. A preuve Gérard Philipe qui est, au cinéma, généralement épouvantable….


Répondre
VOTE
De droudrou, le 1er septembre 2006 à 09:40

là je suis tout à fait d'accord – il y a un réel problème de la diffusion "grand-public" des courts métrages. Les divers festivals qui leur sont consacrés font apparaître des choses très intéressantes et très variées. Le hic c'est qu'à mon sens il n'y a jamais eu d'éducation réelle au court-métrage. D'autre part, sa disparition des premières parties de spectacle cinéma n'a rien arrangé. On entre dans la salle, on s'assied, une bande annonce quelconque (s'il y a…) et hop ! c'est le film ! On se pose même la question quant à l'existence des chocolats glacés qui ont fait la une de notre enfance et de notre adolescence !

Amen !


Répondre

De vincentp, le 1er septembre 2006 à 13:04

Sans oublier La ronde ou son jeu parfaitement naturel est un modèle du genre.


Répondre

De Impétueux, le 1er septembre 2006 à 13:08

Je vous concède que – pour une fois ! – Gérard Philipe est excellent dans les grandes manoeuvres, superbe film gris et rose, sans doute un des chefs d'oeuvre de René Clair, et très convenable dans Pot-Bouille (mais on eût souhaité un Octave Mouret plus carnassier). Cette mièvrerie des traits convient à peu près aussi au Fabrice de La chartreuse de Parme.

Mais voyez donc Juliette ou la clé des songes, Les orgueilleux ou La Beauté du Diable : il est à mourir de rire, bien involontairement.

Je vous concède aussi, bien sûr, Louis Jouvet et Michel Bouquet, dont l'économie de moyens fait merveille.

Mais Adjani !! A part d'être très bien fichue (revoir L'été meurtrier qui trouve dans sa plastique sa seule justification), a-t-elle vraiment un talent cinématographique ? Que ce soit dans Camille Claudel, Toxic Affair (le pire de tout !), La reine Margot (accablant ! du théâtre filmé !) ou Diabolique (remake atterrant d'un chef d'oeuvre), vous en sortez quoi ?


Répondre

De droudrou, le 1er septembre 2006 à 14:43

cher impétueux je vous trouve très dur – les acteurs sont dirigés par un metteur en scène, si mes souvenirs sont exacts – c'est peut-être lui qui ne sait pas tirer la quintessence des artistes qu'il dirige – mais je suis d'accord avec vous qu'il existe un réel problème quant à certains acteurs où on se demande ce que l'on attend de leur part en termes de gueule, de présence, de jeu… néanmoins, certains acteurs mènent une double carrière (cinéma – théâtre) sans pour autant que l'on puisse leur reprocher leurs prestations dans les deux genres.

au niveau de Léon Tolstoï, je vous ai trouvé très dur. Je vous l'accorde que parfois les aventures de Ivan Labibine Ossouzof ou autres natifs du même accabit comme Maria Ivanovna Grandegamine et leurs états d'âmes ne sont pas très compatibles avec les écrits de nos auteurs, mais, de grâce, soyez un peu plus tolérant.

et puis, puisque vous semblez être en une très grande forme, revoyez donc ce film qui semble avoir retenu tous vos suffrages de l'été et qui a pour titre : "Catwoman"…

amicalement.

Pierre


Répondre

De vincentp, le 1er septembre 2006 à 17:10

On se prend effectivement à rêver d'un grand retour à l'écran du duo Adjani-Huster, sous la direction inspirée de Jean-Paul Civeyrac, avec Impétueux comme producteur exécutif en charge de la diction phonique, et avec Arca1943 comme responsable du casting féminin pour choisir entre Miss Piémont et Miss Lombardie, dans le rôle de la soubrette qui va introduire le danger au sein du couple Adjani-Huster. Le titre du film est tout trouvé : Bravo à Vincentp !


Répondre

De Impétueux, le 1er septembre 2006 à 17:57
  • A Droudrou : "les acteurs sont dirigés par un metteur en scène (…) c'est peut-être lui qui ne sait pas tirer la quintessence des artistes qu'il dirige" ; certes ; mais quand on a l'aura et la notoriété d'Isabelle Adjani (ou de Jean-Paul Belmondo, ou de Gérard Depardieu), on a cette chance de pouvoir CHOISIR le réalisateur qui vous dirigera ; on n'est pas contraint d'accepter des boulots alimentaires (parce qu'il faut bien vivre) et on est même tenu de se placer à un certain niveau d'exigences, non ? Si Adjani demeure une figure mythique, c'est plus comme souvenir que comme actrice, aujourd'hui, non ?

Quant à Tolstoï, si je ne peux pas le blairer, qu'est-ce que ça peut faire ? Il ne faut pas me demander d'être "tolérant" ! Ne pas l'être serait lui dénier tout talent, ou, pire encore, de prétendre vouloir en interdire la lecture ! Je dis simplement que je ne l'apprécie pas, pas davantage que bon nombre d'écrivains, de musiciens, de peintres, de philosophes, etc.

Ce n'est pas être "dur" que d'écrire cela : c'est ne pas dissimuler ses préférences et ses rejets (ses partis-pris, si vous voulez !)

Par ailleurs, que Huster ait le culot de reprendre le rôle – évidemment irreprenable – de Sacha Guitry dans Le roman d'un tricheur dit tout sur la névrose (et la nécrose, tant que j'y suis !) du personnage.

  • Enfin à Vincentp : l'austérité de mes moeurs et mon âge avancé m'interdisent de m'instituer producteur exécutif de quoi que ce soit ; je sais trop bien que les coulisses de ces productions-là sont sillonnées par des gourgandines écervelées et dévêtues.

Répondre

De Impétueux, le 3 septembre 2006 à 21:26

On va arrêter là, sur votre délicieuse affirmation : " Ça n'empêche qu'il existe un public pour cette pièce qui a beaucoup tourné cet été, et que ça démontre qu'Huster continue à arpenter les planche avec la vigueur qui l'a toujours caractérisé" ; ceci à propos du Roman d'un tricheur que Huster a cru pouvoir reprendre, alors que Sacha Guitry l'a habité.

Il existe un public pour aller voir ça, c'est vrai ; comme je suis parisien, j'ai quelquefois l'occasion de voir ce public-là se hâter vers les salles mal fichues, inconfortables et torrides ou glaciales des théâtres lorsque grelotte la petite sonnerie.

Il existe également un public pour Intervilles, pour le Big dil (avec le subtil Lagaf'), ou pour les matches de boxe.

Ca ne rend pas très optimiste sur l'amélioration de la nature humaine.


Répondre

De vincentp, le 3 septembre 2006 à 23:02

Dites, c'est la grande forme depuis votre retour de vacances, Impétueux ! Vous assurez le spectacle sur ce site à vous tout seul. Des diatribes qui rabaissent Guitry au rang de lutin, une mauvaise foi plus impressionnante que celle de Michael Moore : il ne vous reste plus qu'à monter sur les planches d'un théatre bien chauffé, à attendre la petite sonnerie, pour y commenter l'actualité cinématographique, en compagnie du capitaine Achab, dans votre style inimitable. Succès garanti !


Répondre

De Impétueux, le 4 septembre 2006 à 09:37

Trop aimable ! Mais qu'allez-vous me soupçonner de vouloir damner le pion – fût-ce involontairement ! – à l'immense Sacha Guitry, alors même que je viens de m'indigner, sur le fil de ce Capitaine Achab bizarrement encensé, que le bellâtre Francis Huster ait le culot de reprendre sur scène un des grands rôles du Maître !!


Répondre

De RdT, le 4 septembre 2006 à 12:22
Note du film : 6/6

«que le bellâtre Francis Huster ait le culot de reprendre sur scène un des grands rôles du Maître»

Sans vouloir me vanter je crois avoir déjà exprimé un argument qui peut expliquer cette prise de rôle par Huster.

Je reprend ce que j'écrivais au sujet de Guitry sur le forum du film Les perles de la couronne sous le titre : «Réalisateur, scénariste, acteur c'est beaucoup» (on connait les essais désastreux d'Huster comme réalisateur).

«Voir Guitry aujourd'hui c'est voir comment un bon professionnel du spectacle faisait du travail bien fait en 1930. De la belle ouvrage, bien chevillée, bien charpentée. Totalement démodée, parfaitement ennuyeuse, mais on s'amuse fortement à imaginer que des spectateurs de l'époque pouvaient trouver ça "tendance" que d'aller voir le dernier Guitry»

Tout ceci, finallement ne peut-il pas s'appliquer aussi bien à Huster qu' à Guitry?

Peut être est-ce là la vraie raison du succès d'Huster jouant Guitry. Il a sans doute des prédisposition à le comprendre. Ils ont très vraisemblablement les mêmes raisons de dire : «Je suis contre les femmes … tout contre …» ou bien «La bigamie consiste a avoir une femme de trop ; la monogamie aussi.»

Franchement, entre nous, je me demande pourquoi on trouve autant de gens pour s'extasier sur ces aphorismes d'un misogynisme primaire. A ce cynisme je préfère l'intériorité de Pierre Louys dans Aphrodite (je le cite pour qu'on n'imagine pas que je suis obsédé par Jean de Tinan) :

«L' âme féminine est d' une simplicité à laquelle les hommes ne peuvent croire. Où il n' y a qu' une ligne droite ils cherchent obstinément la complexité d' une trame : ils trouvent le vide et s' y perdent. C' est ainsi que l' âme de Chrysis, claire comme celle d' un petit enfant, parut à Démétrios plus mystérieuse qu' un problème de métaphysique.»

Une vision de l'âme humaine un peu plus complexe et intéressante que le ricanement nécrosé de Guitry.

J'ai trouvé une explication à l'intérêt que peut susciter ce Capitaine Achab… Peut être n'est ce pas sans rapport avec la prochaine sortie d'un nouveau long métrage de Philippe Ramos reprise de ce Capitaine Achab, voir l'article annonçant la fin de son tournage sur http://www.filmdeculte.com/news/news.php?id=2686


Répondre

De Impétueux, le 4 septembre 2006 à 14:15

Je ne reprendrai donc pas ce que je vous avais répondu après votre propos sacrilège sur Sacha Guitry sur le fil des Perles de la Couronne ; ceux que la controverse peut intéresser n'ont qu'à donner un coup de clic et aller voir eux-mêmes. Après tout, que vous teniez Guitry dont on ne cesse, par ailleurs, de découvrir l'apport fondamental au langage cinématographique (comme avec Pagnol, d'ailleurs ! En voilà deux qui ont compris que le nouveau langage – le cinéma – démoderait l'ancien – le théâtre -), que vous teniez Guitry pour pas grand chose est votre affaire.

Simplement, que quelqu'un pense que, cinquante ans après sa mort, on évoquera encore la mémoire d'Huster me semble hasardeux.

Guitry est mort en 1957 ; il me paraît qu'il a tout de même encore pas mal d'admirateurs, non ?


Répondre

De RdT, le 4 septembre 2006 à 19:06
Note du film : 6/6

«Guitry dont on ne cesse, par ailleurs, de découvrir l'apport fondamental au langage cinématographique (comme avec Pagnol, d'ailleurs ! En voilà deux qui ont compris que le nouveau langage – le cinéma – démoderait l'ancien – le théâtre»

Alors là Bravo Impétueux!!!. Vous pourrez vous vanter d'avoir provoqué chez moi une formidable crise d'hilarité, que je parviens à peine à juguler tandis que tente maitriser mon clavier d'odinateur…

Guitry, et Pagnol comme maître du renouveau cinématographique : nous sommes en effet à la pointe de l'avant garde. Vos audacieuse trouvailles vous placent à une altitude que nous n'atteindrons jamais.

A ce rythme Renoir doit vous apparaître comme un dangereux post moderne, Godard doit voguer dans insolite septième dimension, et je n'ose imaginer ce que vous pourriez trouver à dire sur Civeyrac!!! (je suis liquide d'hilarité à la simple idée de ce que vous pourriez nous arranger comme thèse alambiquée pour Fantômes pour prendre un film qui m'a déçu).

«RdT, il ne faut pas confondre un comédien avec le rôle qu'il joue. Francis Huster est suffisament respectueux envers sa femme Cristiana Reali pour qu'on le soupçonne d'un quelconque misogynisme.»

Arthur Fauvert votre naiveté est charmante… Et puisque vous tenez autant à défendre la gloire d'Huster je vous le laisse. Après tout j'en ai fait bien plus pour Elisabeth Wiener et Beba Loncar

«je crois que des gens comme Ramos, Civeyrac ou Caumon ont besoin que le public s'exprime sur leurs oeuvres»

Sur ce point je suis entièrement d'accord avec vous. Mais je ne saurais aussi que trop vous inciter à vous intéresser aussi à leurs illustres devanciers : Bresson, Renoir, Dreyer, Fritz Lang, Clouzot. Et de ce point de vue l'exemple d'Impétueux est à suivre : ses choix sont toujours surprenants, mais il argumente.


Répondre

De Impétueux, le 4 septembre 2006 à 19:21

RdT, je vais laisser le soin à des spécialistes plus constants que moi que moi de vous adresser quelques citations de critiques éminents sur les apports de Pagnol et de Guitry au langage cinématographique ; si je l'ai écrit, c'est que je l'ai lu (mais je lis fort peu de livres de cinéma, c'est vrai, non que la théorie m'ennuie mais parce que je lis autre chose).

En fait, que ceux-là soient modernes et novateurs ou non m'est particulièrement indifférent et n'apporte pas un iota de plus ou de moins à l'estime – à l'amour ! (tant à faire) – que je leur porte. Mais enfin, il y a de braves gens qui se laissent prendre à ces sirènes-là ; grand bien leur fasse.

Cela dit, si j'ai pour Renoir la plus grande vénération (sauf pour Le fleuve), je tiens effectivement Godard pour un galopin ennuyeux et Civeyrac, dont je n'ai évidemment jamais rien vu, comme le Roi de l'autopromotion, lui-même, sa femme, ses enfants, sa concierge, son boulanger et son pédicure s'étant succédé sur DVDToile pour nous en chanter les louanges en empruntant les pseudonymes les plus divers.

Arthur Faubert, les bras m'en tombent, lorsque vous comparez Guitry à Huster ; vous avez parfaitement le droit de ne pas apprécier le premier, de le juger misogyne (et alors ?) de l'estimer poussiéreux, déclamatoire, satisfait de lui, et toute la séquelle.

Mais enfin, il a ECRIT des pièces, il a REALISE des films ; vous jugez tout cela exécrable, ou insignifiant, c'est votre affaire ; Huster est un acteur qui met ses pas dans les pas d'auteurs ; c'est très bien ainsi, il en faut, et vous comme moi aimons les acteurs ; on ne peut pas pour autant les comparer aux auteurs.

C'est comme si vous disiez, pour prendre une comparaison dans un autre domaine que Wagner (que par ailleurs j'abomine, comme vous pouvez mépriser Guitry) et Dugland, premier prix de cor anglais au Conservatoire d'Aubusson jouaient dans la même division.


Répondre

De RdT, le 4 septembre 2006 à 23:00
Note du film : 6/6

«si je l'ai écrit, c'est que je l'ai lu»

Vous m'auriez dit «si je l'ai écrit c'est que je l'ai vu» je me dirais, on ne voit pas toujours la même chose, chacun son regard singulier. Mais vous écrivez : «si je l'ai écrit, c'est que JE L'AI LU» Alors je bondis, je m'insurge, je rugit. On croirait lire du Arthur Faubert!!! Arthur Faubert pense que Valérie Crunchant est «si drôle, si douée, si lumineuse, si inventive» parce qu'il a lu qu' Huster l'avait écrit… Séquelles de l'idôlatrie : Apémantus a dit que alors je pense que… Reste de féodalité. Mais il ne nous dit rien de ce qu'il a vu. Je ne m'en remet pas…

Et voilà que vous faites pareil avec Pagnol, vous faites même encore mieux : vous citez un argument d'autorité sans citer l'auteur… Mais je ne voudrais pas remettre en cause votre bonne foi.

Ce qui me faisait rire c'est que vous me citiez Guitry et Pagnol comme innovateurs. Aujourd'hui, ils sont tout de même un peu anciens…

«mais je lis fort peu de livres de cinéma, c'est vrai, non que la théorie m'ennuie mais parce que je lis autre chose»

Pour ça je suis comme vous, moi aussi je lis autre chose. Je ne passe pas mon temps à lire du Godard. Je regarde ses films. Quand on va au restaurant, on ne lit pas les livres de recettes avant.

Ça me laisse du temps pour lire Jean de Tinan, Pierre Louys, Gustave Flaubert, Lou Cameron, Bohumil Hrabal ou Herman Melville; Herman Melville car il ne faudrait pas l'oublier Herman Melville, nous sommes tout de même sur le site de Capitaine Achab cornegidouille.

Pour Renoir je l'aime beaucoup aussi. Pourquoi n'aimez vous pas Le fleuve ?

« Civeyrac(…) le Roi de l'autopromotion, lui-même, sa femme, ses enfants, sa concierge, son boulanger et son pédicure s'étant succédé sur DVDToile pour nous en chanter les louanges en empruntant les pseudonymes les plus divers.»

C'est ce style inévitable que vous avez de parler de Civeyrac qui donne envie de lire une critique de vous sur un de ses films…

N.B. J'ai apprécié les termes de votre critique de La Prisonnière (voir mes remarques sur le forum concerné)


Répondre

De Impétueux, le 4 septembre 2006 à 23:18

Le charme de votre mauvaise foi demeure frais comme la rose purpurine du matin !

Je n'ai ni le temps, ni l'envie, ni la patience de me replonger dans les quelques livres d'histoire du cinéma que je possède (ma bibliothèque en ce domaine n'est pas très riche, je le répète) et de rechercher, parmi de bons auteurs reconnus comme des spécialistes, deux ou trois citations qui iraient dans mon sens ; à l'occasion, si je retombe sur une de ces citations, je la recopierai, et vous laisserai à même de la contester à votre guise.

Et si j'emploie l'argument d'autorité, vous employez une drôle de tournure en écrivant "Aujourd'hui, ils (Guitry et Pagnol) sont tout de même un peu anciens…" ; ah ! c'est vrai ! Le premier est mort en 1957, le second en 1974, ce qui les rend beaucoup plus éloignés de nous que…je ne sais pas moi…les frères Wachowski, immortels auteurs de Matrix ; avoir innové avant la Seconde Guerre mondiale leur vaut, de votre part, une commisération amusée, puisque leurs innovations, si innovations il y avait, sont quasiment antédiluviennes. En vous suivant, on pourrait dire, dans le domaine littéraire, que Marcel Proust, mort en 1922, est un romancier nettement moins innovateur que Barbara Cartland, morte en 2000, donc forcément plus moderne. C'est un point de vu très original.

Pour nos lectures, que vous dire ? Nous ne sommes pas au Jeu des 1000 Francs, et nous n'allons pas nous lancer à la tête les noms de nos auteurs favoris, non ? Je vous avais écrit quelque part que j'avais lu votre cher Jean de Tinan dans un volume des "Romans Fin-de-Siècle" de la collection Bouquins, et j'ai donné quelques lumières, sur les fils des Aventures du Roi Pausole et de Bilitis, à des jouvencelles qui ignoraient jusqu'au nom de Pierre Louÿs ; ça ne prouve rien, ça ne veut rien dire.

Eh non, je n'apprécie pas Le fleuve de Jean Renoir, au rebours de l'excellent Vincentp qui tient ce film en haute estime ; reportez vous à ce que j'en ai dit sur le fil du film.

Quant à Civeyrac, dois-je encore reprendre ce que plusieurs habitués de DVDToile et moi-même en avons écrit depuis que le personnage a fait sur ce site une entrée remarquée ? L'impression de subir un Blitzkrieg, une attaque de Panzers, un envahissement d'Orques visqueux directement issus du retour du Roi a anéanti toute envie de découvrir un personnage dont les amis utilisent de si choquantes méthodes pour en assurer la promotion. Je puis assurément vivre, et continuer à aimer le cinéma en me privant définitivement de Civeyrac ; après tout, je n'ai jamais vu non plus de ma vie un seul Woody Allen qui, aux dires de beaucoup, possède tout de même une stature un peu plus importante…


Répondre

De RdT, le 5 septembre 2006 à 16:39
Note du film : 6/6

«Le charme de votre mauvaise foi demeure frais comme la rose purpurine du matin !» Ça n'a beau rien dire, ça n'a beau rien prouver, vous avez parfois des accents qui évoquent Pierre Louys

Mais c'est assez de ce combat de cétacés : Huster vs Guitry, qui agite de ses remous ce forum. Pour calmer la houle je voudrais en revenir au texte de Melville. C'est tmon côté Jésuite, j'aime qu'on se réfère aux canons justes.

Melville dans «Moby Dick» écrit dans le chapitre intitulé «Des monstrueuses peintures de baleine» :

«Sous n'importe quel angle que vous le considériez, vous êtes obligés de conclure que le grand léviathan est l'unique créature au monde qu'on ne puisse jamais portraiturer.(…) Il n'y a (…) aucune possibilité de savoir précisément de quoi la baleine a l'air. La seule façon d'avoir une petite idée de son contour vivant, c'est d'aller en personne faire la chasse aux baleines. Seulement, vous risquez de vous faire irrémédiablement amocher par elle, et de couler par le fond à tout jamais. D'où je conclus que vous ferez mieux de ne pas être trop curieux du léviathan.»

C'est dans ce texte de Melville que l'on peut trouver une raison de dire bravo à Ramos et Valérie Crunchant ainsi que nous y invite le titre de ce forum. Car c'est bien de cela dont il s'agit dans le film de Ramos : Comment figurer l'immontrable? Comment débusquer la baleine? La trouvaille de Ramos n'est pas sans malice, et le charme de Valérie Crunchant n'est pas sans délice.


Répondre

De Impétueux, le 5 septembre 2006 à 17:56

Puisque votre dernier message m'invite à clôturer cette polémique-là (en attendant que nous en trouvions d'autres !!), comment ne pas m'en sortir en citant l'incipit de Moby Dick, précisément ?

"Je m'appelle Ishmaël. Il y a quelques années, sans préciser davantage, n'ayant plus d'argent ou presque, et rien de particulier à faire à terre, l'envie me prit de naviguer encore un peu et de revoir le monde de l'eau. C'est ma façon à moi de chasser le cafard et de me purger le sang. Quand je me sens des plis amers autour de la bouche, quand mon âme est un bruineux et dégoulinant novembre, quand je me surprends arrêté devant une boutique de pompes funèbres ou suivant chaque enterrement que je rencontre, et surtout lorsque mon cafard prend tellement le dessus que je dois me tenir à quatre pour ne pas, délibérément, descendre dans la rue pour envoyer dinguer les chapeaux des gens, je comprends alors qu'il est grand temps de prendre le large."

Ca définit assez bien mon état d'esprit présent…


Répondre

De vincentp, le 5 septembre 2006 à 18:07

Un curieux échange verbal, qui aurait sa place au sein de Les duellistes gratiné à l'épisode des mystères de l'ouest, appelé "la nuit des excentriques'.


Répondre

De Khayyam, le 12 septembre 2006 à 23:14
Note du film : 3/6

"Quand on décerne froidement des 6/6 à des oeuvrettes de débutants, qu'est ce qu'on va donner à John Ford, Stanley Kubrick, Vittorio De Sica, Jean Renoir ? D'ailleurs les thuriféraires de ces cinéastes inconnus se gardent bien de s'exprimer sur les vrais chefs d'oeuvre…"

Impétueux, si je m'exprime sur les films de Civeyrac ou de Ramos c'est simplement pour faire partager à d'autres mon goût pour des cinéastes qui ne sont pas TRÈS connus. Je ne leur ai d'ailleurs pas donné des 6/6 à tous mes messages sur ce forum. Vous aviez d'ailleurs sans doute remarqué que j'ai donné un 3/6 à ce moyen métrage de Ramos. C'est un film qui mérite qu'on en parle. Ce n'est toutefois qu'un court métrage et je trouverais abusif de lui donner une note qui le fasse équivaloir à un chef d'oeuvre. Je ne m'offusque pas pour autant que d'autres lui aient donné une meilleure note. Chacun ses goûts et il me semble qu'un tel forum peut servir à ce que chacun exprime le sien librement. Pour ce qui concerne Renoir, Kubrick, John Ford, ils ont acquis leur réputation à leur époque parce que les spectateurs parlaient entre eux de ce qu'ils avaient vu, entre eux, entre amis, au café, dans les lieux où on pouvait se recontrer. Aujourd'hui cet espace de parole s'est étendu à internet. Alors pourquoi sur ce forum internet ne devrait-on parler que de cinéastes du passé, déjà reconnu en évitant de parler de ceux d'aujourd'hui pas encore reconnu? Si vous aviez vécu dans les années trente ou cinquante n'auriez vous parlé que des frères Lumières?

"messages fervents et passionnés, à la limite très supérieure de la mômerie et du ridicule"

Nous sommes un "certain nombre" (et un "nombre certain") de gens intéressés sur ce site par Ramos ou Civeyrac parce qu'ils sont des cinéastes d'aujourd'hui. Chacun le dit ce qu'il pense des films qu'il voit avec ses mots et on ne peut pas reprocher aux gens d'avoir parfois des raisonnements rapides sur internet. Il faut envisager que certains participants ont des temps de connexions limités par leur accès internet.


Répondre

De Impétueux, le 12 septembre 2006 à 23:59

Taratata ! Si les cinéastes que j'ai cités ont toujours quelque chose d'incontestable, ce n'est pas parce que les spectateurs "parlaient entre eux au café" (et je rappelle que Kubrick est mort en 1999, déjà à l'époque d'Internet !) C'est parce que il y a quelque chose de marmoréen, de dorique, d'assuré, d'évident dans leur apport au cinéma !

Mais bon ! Foin de cette polémique-là : il s'agit moins d'aimer son époque, que d'aimer toutes les époques et le plus grand nombre des talents qui vous parlent ! Et ne me confinez pas aux nanars des années noir-et-blanc, pour qui j'ai, il est vrai, une tendresse particulière : mes derniers coups de coeur ? Kusturica, Sofia Coppola, Lucas Belvaux…et j'ai même été émerveillé par Funny games de Michael Haneke


Répondre

De Impétueux, le 2 octobre 2006 à 18:24

Chacun son truc, jeune homme !

S'il y a quelque chose qui m'énerve, à mon âge, ce sont les conseils.


Répondre

De Impétueux, le 11 novembre 2006 à 19:10

Je ne conseille rien pour autant ! J'apostrophe, j'interpelle, je me gausse, j'ironise, je moque, je nargue, je méprise, je dédaigne, je déprécie, j'abhorre, je maudis, je repousse, je vilipende, j'outrage, je honnis, j'injurie….!

…Mais jamais je ne conseille ! Ceux qui se trouvent avoir des goûts communs avec les miens peuvent toujours se risquer à regarder un des films que j'aime s'ils ne le connaissent pas, mais si ça ne leur plaît pas, qu'ils ne viennent pas se plaindre : je n'ai ni aptitude, ni droit inné à conseiller ! Chacun son truc !

Cela étant, il m'arrive de rendre la pareille : je viens de regarder Les affranchis, dont PM Jarriq et Vincentp (je crois) avaient dit du bien : ils avaient raison !


Répondre
VOTE
De Odeal, le 13 janvier 2007 à 18:02

"si ça ne leur plait pas qu'ils ne viennent pas se plaindre" écrit la personne qui a écrit avant moi sur ce forum. C'est d'accord, je ne viendrai pas me plaindre… Mais j'ai très envie que Capitaine Achab sorte en DVD. Je l'ai vu dans un festival dont j'ai d'excellents souvenirs que j'aimerais bien raviver.


Répondre
VOTE
De chiara, le 6 mai 2007 à 15:51

J'aime beaucoup Gérard de Nerval, et j'apprécie également Herman Melville. Ce Capitaine Achab qui parvient à rendre Melville Nervalien m'intéresse donc énormément. Il faut absolument qu'il sorte en DVD.


Répondre

De sépia,, le 6 mai 2007 à 17:54
Note du film : 5/6

Ou comment chambrer un camarade…

Mais n'est pas vous qui, le 5 Mai à 23h49 nous conseillatasse (?!!???!!) de fuir devant l'affligeant, il est vrai, Branquignol ? Et de ne point nous rendre acquéreur de ce support désormais proscrit de vos si douces et tellement affectueuses pensées? je ne sais si on peut, en ce cas précis, parler de Prétérition, mais évoquer l'Alzheimer me semble de mise. Car il est de notre devoir, à nous tous, cher Impétueux, de vous prévenir. C'est qu'on ne voudrait pas se faire engueuler vingt fois pour les mèmes raisons…… Ah ! Ne pas oublier le bisou doux qui va avec cette remarque.


Répondre

De Impétueux, le 6 mai 2007 à 23:49

Ah, Sépia dont le sexe ne fait pas de doutes à mes yeux tant vous employez l'habituelle fourberie gaie du beau sexe pour emmêler les crayons du mâle forcément fruste, chère Sépia, conseiller de ne pas voir n'est pas la même chose qu'inciter à regarder !

Dans un cas, si vous me faites la grâce de suivre mon observation, vous gagnerez une heure et demie de votre temps précieux ; dans l'autre occurrence vous la perdrez !

Je suis spécieux, dites-vous ?

Oui. Et alors ?


Répondre

De RdT, le 26 mai 2007 à 17:48
Note du film : 6/6

Un Moyen Métrage où le mythe de Moby Dick est magnifiquement retravaillé par Philippe Ramos qui dit avoir été inspiré par Max Ernst. On y sent aussi des influences de Courbet sans oublier le western dont Ramos est un grand connaisseur.


Répondre

De vincentp, le 26 mai 2007 à 19:58

Beaucoup de battage pour ce capitaine Achab qui ne dure que 22 minutes. 3 plans et 5 dialogues, je suppose ! Non, mais si vous voulez, RdT on peut réaliser un film de même durée intitulé "la journée terrifiante de Impétueux", inspirée de ses récentes mésaventures avec Jacques Viallon.


Répondre

De RdT, le 27 mai 2007 à 00:13
Note du film : 6/6

Cher Vincentp qui est ce Jacques Viallon avec qui Impétueux a eu des mésaventures? Une partie des péripéties de la vie de DVDtoile m'a donc échappé?

Ce Capitaine Achab est certes un moyen métrage, mais un film fort réussi admirablement servi par des comédiens de talents dont la sensible et Nervalienne Valérie Crunchant

Il est donc juste que je signale aux nombreux cinéphiles malouins qui fréquentent DVDtoile, que le Festival étonnants voyageurs programme ce Dimanche 27 Mai après midi Capitaine Achab.


Répondre

De RdT, le 27 mai 2007 à 00:50
Note du film : 6/6

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur la façon dont Philippe Ramos a conçu son film je signale cet interview donné par Philippe Ramos au Festival de Cannes 2004.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.11 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter