Forum - Naïs - Avis
Accueil
Forum : Naïs

Sujet : Avis


De lyss, le 5 mai 2005 à 16:52
Note du film : 6/6

Une merveille de tendresse, comment se fait il que tous ces films frnçais n'existent pas encore en DVD ? je vote pour une réédition de tous les Pagnol, Fernandel, Raimu…


Répondre

De lyss, le 5 mai 2005 à 17:04
Note du film : 6/6

Fernandel est magnifique, et la chanson des petits bossus une

merveille de poésie.


Répondre

De vezere, le 25 novembre 2005 à 12:43

Je souhaiterais que Naïs soit proposé en DVD, car d'une part c'est un film magnifique qui me fait fondre en larmes quand Fernandel raconte l'explication donnée par sa grand-mère sur sa bosse. Et puis j'en ai tellement parlé à ma fille qu'elle aimerait l'avoir, aussi dès sa parution, j'ai promis à ma fille de le lui offrir.


Répondre

De alain et alexandra leboursier, le 8 janvier 2006 à 20:00

c'est notre grand pere qui a realisé ces films!!!!!!!!


Répondre

De Impétueux, le 8 janvier 2006 à 20:35
Note du film : 5/6

Voilà une argumentation décisive !


Répondre

De benja, le 20 février 2007 à 15:39
Note du film : 6/6

Que dites-vous Lyss ? "Une merveille de tendresse" ? Bien peu au contraire. Beaucoup de non-dit, d'hypocrisie, de violence mais peu d'amour et de tendresse. Mais tout cela est un peu sous-jacent, comme sous la surface des choses…

Naïs (Jacqueline Pagnol), fille de métayer, est amoureuse de Frédéric, futur avocat et fils de bonne famille…

Pagnol part – délibérément – d'une situation proche de celles qu'il a données à voir dans la fille du puisatier ou même Angèle pour livrer une variation assez inattendue…
Je laisserai à chacun le plaisir de découvrir les réactions et les motivations des différents personnages.

L'histoire est adaptée d'une nouvelle d'Emile Zola, Naïs Micoulin dont tout un chacun pourra se délecter en cliquant ici.
Il y aurait beaucoup à dire sur ce texte admirable, sensuel – et cruel – qui décrit si bien les abords de Marseille. Mais, peut être cela nous mènerait-il un peu loin du cinéma ?

Bien, me direz-vous, mais quand pourra-t-on enfin revoir Naïs ? Bientôt, bientôt…Le film est d'ores et déjà annoncé par la cmf.


Répondre

De Impétueux, le 27 janvier 2008 à 19:03
Note du film : 5/6

Pour une fois, je me trouve à la fois à peu près d\'accord avec tout le monde, avec l'inconnu(e ?) lyss qui évoque une merveille de tendresse et avec le regretté benja qui rétorque Beaucoup de non-dit, d\'hypocrisie, de violence mais peu d\'amour et de tendresse

C'est que c'est du Pagnol et que c'est un délicieux vrai mélodrame, et que se mêlent dans Naïs des torrents de méchanceté et de belles rédemptions bouleversantes. Même si je mets la même note de 5, je trouve que c\'est un soupçon inférieur à La fille du puisatier, qui poursuit une intrigue à la fois moins tragique (il n\'y a pas de mort d'homme) et plus dramatique (parce que ça s'arrange beaucoup moins vite et que Patricia, la fille qui a fauté – Josette Day – est répudiée longuement par son bonhomme de père – Raimu -) ; en fait, je crois que c'est précisément Raimu qui fait la différence, par son extraordinaire talent…

Revenons à Naïs ; à mes yeux, donc, c\'est légèrement inférieur à La fille du puisatier, donc, et pourtant c\'est vraisemblablement du Bossu qu\'on se souvient ; c\'est vrai, on dirait que c\'est dégoulinant de gentillesse niaise, de mièvrerie douceâtre, tant l\'intrigue pourrait y mener, tant Fernandel tutoie quelquefois le précipice…mais…il n\'y tombe pas ! Miraculeusement, cet habile fripon de Pagnol, séduisant et séducteur comme pas un, parvient toujours, au dernier moment, acrobatiquement, à se sortir du melliflu, à tutoyer les frontières du ridicule et, d\'un saut impeccable, de faire arriver du vrai pathétique, de la réelle émotion, avec gentillesse et même générosité…

Même s'il n'y a pas, dans le film un Imperator à l'aune de Raimu, la distribution est excellente et les acteurs très bien dirigés, à la notable exception de Jacqueline Pagnol (qui était encore Mlle Bouvier) trop blonde, trop jolie, trop poupée ; Raymond Pellegrin, vil séducteur touché par la grâce de Naïs est un peu trop cynique et veule au début (c'est sans doute dû à une petite faiblesse du dialogue pagnolesque), mais se reprend bien ; Germaine Kerjean, par moments un peu excessive, a un tel impact physique fascinant qu'elle peut se le permettre ; Micoulin, le père de Naïs, est interprété par un Henri Poupon, absolument extraordinaire en père dur, possessif, violent, secret… Son égocentrisme patriarcal fait songer à l'Antique qui, sur ces terres de Provence, n'est jamais loin (qu'on songe à Gaston Dominici…)

Et puis Fernandel est admirable, poignant souvent, exceptionnel quelquefois, comme dans la poésie des Petits Bossus qui a tant et tant ému de monde…

Un rêve m'a dit une chose étrange
Un secret de Dieu qu'on n'a jamais su
Les petits bossus sont de petits anges
Qui cachent leurs ailes sous leurs pardessus
Voilà le secret des petits bossus.


Répondre

De jennyfer, le 4 mars 2008 à 21:11

un film étonnant, surtout pour Fernandel, qui nous donne une nouvelle version de son répertoire, époustouflant d'émotivité, le rendant plus chaleureux , c'est vrai que la trame du film laisse voir une histoire d'amour d'été, mais terriblement décevante.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter