Forum - La Course du lièvre à travers les champs - Dernier fon film de René Clément ?
Accueil
Forum : La Course du lièvre à travers les champs

Sujet : Dernier fon film de René Clément ?


De Pigeon Lane, le 29 mai 2003 à 14:24
Note du film : 5/6

Le dernier bon film de René Clément, porté par un scénario onirique de Japrisot, hanté par l'enfance. Un cast incroyable, une BO magnifique de Francis Lai. Qu'on fasse ressortir ce lièvre de son trou !


Répondre

De Impétueux, le 30 octobre 2004 à 19:41
Note du film : 3/6

Je n'adhère pas toujours aux histoires de Japrisot, trop compliquées, trop – si je puis dire – "horlogères" (tout s'y révèle à la fin, les pièces du puzzle entrent toutes avec précision dans le récit) ce qui me paraît un trait assez puérilement américain (il faut tout expliquer jusqu'au dernier cil tombé de l'oeil de l'héroïne) qui me fait bailler d'ennui à la longue…Je préfèrerai toujours l'incertitude ambiguë des films de David Lynch, leur non-dits, leurs personnages qui se perdent et s'évanouissent sans qu'on en sache la raison…

Donc, l'huile qui ruisselle dans les horloges de Japrisot m'a un peu gâché Un long dimanche de fiançailles et, jadis L'été meurtrier.

Mais comme, là, Japrisot tombe sur Clément, qui est, il me semble d'une autre dimension que Jean-Pierre Jeunet ou Jean Becker, je me laisserai volontiers faire…comme je me suis à peu près laissé faire par Le passager de la pluie


Répondre

De PM jarriq, le 17 novembre 2004 à 10:40
Note du film : 5/6

J'adhère, pour revoir cette petite merveille de polar poétique. "Le passager de la pluie" est maintenant disponible et ce film concocté par la même équipe, est son parfait complément : même ambiance irréelle, même mélange franco-U.S. jouant sur la mythologie, même hantise des peurs enfantines. D'ailleurs, on peut se demander si le personnage du gangster américain n'était pas prévu pour Bronson, vu qu'il s'appelle Charley et qu'il aurait pu former un triptyque avec "Adieu l'ami" (aussi de Japrisot) et "Le passager".

Bien sûr, Bronson-Jobert, c'est plus immédiatement attractif pour le grand public de 2004 que Trintignant-Ryan, mais il faut absolument que ce film existe à nouveau et fasse des adeptes, car il n'a pas vieilli et recèle des trésors.


Répondre

De Arca1943, le 17 novembre 2004 à 13:04

Moi, j'aime bien, au contraire, les histoires " horlogères " (et plus encore que Japrisot : je suis un fan de Boileau-Narcejac, c'est tout dire !).

Se pourrait-il, tout simplement, que vous n'aimiez pas le roman policier ? ça existe, vous savez ; y'a pas de honte à ça !). Cependant, et malgré le toujours très bon Jean-Louis Trintignant, cette Course du lièvre m'agace pour des raisons géographiques et culturelles : car ce film est censé se passer dans mon pays (le Canada) mais le choix arbitraire des décors et des paysages révèle une conception malheureusement très très touristique, agaçante pour moult spectateurs d'ici (" Ah! L'Amérique!" etc, etc).


Répondre

De Impétueux, le 17 novembre 2004 à 13:20
Note du film : 3/6

Si, si, si j'aime Boileau et Narcejac ! Je tiens Les diaboliques ou Les yeux sans visage pour de purs chefs-d'œuvre ! Mais s'il y a là une précision clinique, elle s'appuie à mes yeux davantage sur une étude de caractères que sur un enchaînement d'événements. Dans Japrisot, j'ai toujours l'impression qu'au moment nécessaire, et à ce moment-là seulement, ni avant, ni après, a lieu une rencontre, une découverte, un artifice qui dévoile et révèle…

Le procédé n'est pas forcément à blâmer : c'est celui des grands feuilletonistes des 19 et 20èmes siècles et je suis un fan absolu d'Eugène Sue (je défie quiconque d'ouvrir Le Juif errant et de le refermer sans le terminer), de Maurice Leblanc ou de l'immense Gaston Leroux (connaissez-vous le terrifiant La double vie de Théophraste Longuet ?); disons que je trouve que chez Japrisot, c'est un peu froid : la précision est plus mathématique que psychologique…

Mais je n'en dis pas de mal ! Mieux vaut Japrisot que Robbe-Grillet !!!


Répondre

De Arca1943, le 17 novembre 2004 à 13:43

" Mieux vaut Japrisot que Robbe-Grillet !!! "

Sages paroles, pour lesquelles il vous sera beaucoup pardonné !

Mais je comprends ce que vous voulez dire au sujet de Japrisot. Comme dit une expression populaire au Québec, c'est un peu "arrangé avec le gars des vues" (les "vues", c'est-à-dire les films). Avec, pour ainsi dire, tel événement X dans le rôle du deus ex machina qui survient à point nommé. Vu comme ça, d'accord. Mais c'est son côté Agatha Christie…


Répondre

De PM Jarriq, le 17 novembre 2004 à 14:32
Note du film : 5/6

Je comprends très bien ce qui peut agacer un Canadien dans "La course du lièvre" et je pense que vu la thématique du films et les obsessions américaines de Japrisot, le film aurait dû se tourner aux U.S.A. Le fait qu'il se passe au Canada est illogique et tiré par les cheveux. Le film, c'est la confrontation entre un frenchie tout ce qu'il y a de banal, avec la mythologie gangstérienne U.S. au bout de son rouleau, symbolisée par Robert Ryan, survivant épuisé des classiques du film noir des forties. Mais bon, ça reste une oeuvre tout à fait unique et particulière. Et puis le fait que des films comme "Charade" et même "Frantic" (où on entend de l'accordéon dans les rues !) offrent une vision grotesque de Paris, n'empêche pas de bien aimer les films.


Répondre

De PM Jarriq, le 9 décembre 2004 à 09:00
Note du film : 5/6

A nouveau, un seul commentaire à l'annonce de cette sortie : Enfin !!! Cet éditeur nous permet de revoir, de posséder et de réévaluer des films rares ou difficiles ou injustement oubliés. Donc "enfin" et merci, aussi pour un vrai boulot éditorial…


Répondre

De PM Jarriq, le 7 mars 2005 à 08:02
Note du film : 5/6

Après revision, le film a (évidemment) vieilli et le dialogue très littéraire de Japrisot rend le tout un peu ampoulé, mais le charme opère encore. Seule remarque "technique" : comme pour "L'important c'est d'aimer" chez le même éditeur, la copie est tirée trop claire, trop "propre" et ôte beaucoup à la poésie du film. Un étalonnage respectant davantage les intentions originelles serait tout de même plus aproprié, plutôt que cette uniformatisation par le blanc, si chère à TF1 par exemple.


Répondre

De Impétueux, le 30 mai 2006 à 19:46
Note du film : 3/6

Après visionnage, hier, de La course du lièvre, mes réticences demeurent solides ! Outre qu'elles reprennent un peu de celles des autres intervenants sur ce fil, je trouve que le scénario est très inférieur à ce à quoi Japrisot nous avait habitués ! C'est même d'une totale invraisemblance, y compris, et surtout peut-être, les réminiscences enfantines.

Ce n'est pas seulement le dialogue, qui est invraisemblable, mais aussi la psychologie des personnages…et je ne suis pas du tout d'accord avec PMJarriq, qui qualifie le personnage joué par Trintignant de "frenchie tout ce qu'il y a de banal" : si tel était le cas, en sus de sa détermination immédiate, de son sens de la fuite (si je puis dire) qu'il exerce aussi bien au début, avec les Gitans qu'avec Paul, qu'il précipite de la décapotable, qu'on m'explique pourquoi il se retrouve si à l'aise avec toute la bande… Franchement, c'est faux à hurler, comme paraissent fausses les histoires d'amour avec Léa Massari ou et Tisa Farrow, les Gitans qui campent plusieurs jours sur le pont en jouant du pipeau, l'invraisemblable histoire de la majorette, le hold-up et sa suite (l'exécution des gangsters)…

Cela dit, il y a tout de même des scènes intéressantes, une belle distribution, Trintignant est parfait, les filles sont belles, et, dût Arca s'en formaliser, les paysages sont séduisants. Mais une large demi-heure de moins et un scénario moins bêta auraient été préférables


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0051 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter