Forum - Du sang pour Dracula - Malsain, ridicule, érotique, pathétique...
Accueil
Forum : Du sang pour Dracula

Sujet : Malsain, ridicule, érotique, pathétique...


De Impétueux, le 5 mai 2005 à 09:40
Note du film : 4/6

C'est grotesque et délirant, excessif et ridicule…mais ça ne manque pas de charme, ni d'intérêt. Pas simplement pour les interprètes (bizarre composition de Vittorio De Sica en aristocrate fauché et résigné) mais aussi pour la musique (superbe durant le générique) et l'érotisme assez malsain.

Il y a même presque du poignant dans la scène où la fille moche et vertueuse, Milena Vukotic (par ailleurs si extraordinaire dans le rôle de la femme dolente et accablée d'Ugo Tognazzi dans Mes chers amis), où, donc la fille moche – donc vierge – tente d'empêcher le robuste prolétaire Joe Dallesandro d'achever le comte Dracula, Udo Kier déjà réduit, par ses coups de hâche, à l'état de tronçon… Il est à moi, laissez-le moi !

Comme quoi le pathétique est toujours sous-jacent à tout…


Répondre

De fretyl, le 22 octobre 2010 à 22:54
Note du film : 3/6

En effet… C'est nul, c'est sale, c'est même écœurant et pourtant on finit par aimer ça ! Pour pas grand chose d'ailleurs, car ce n'est certainement pas le genre de film qu'on se tapera en boucle pendant toute l'année, mais dont on gardera durablement un souvenir attendri, en s'apprêtant à la re-regarder d'ici une quinzaine d'année…
Il y'a Dracula qui vomit son sang dans la baignoire, qui finit démembré… Il y'a du gore, mais aussi du sexe… C'est peu ! Mais Du sang pour Dracula est un véritable extra-terrestre. Un film qu'on regarde en se demandant pourquoi on le regarde et qu'on regarde pourtant jusqu'au bout !
J'y ai beaucoup plus vu un film érotique plutôt qu'un film d'horreur. La quasi totalité du scenario tient beaucoup plus sur les rapports quasi incestueux des deux sœurs que Joe Dallesandro ne cesse de chevaucher, plutôt que sur l'aspect vampirique de la légende de Dracula.

Et je me souviens qu'enfant la magnifique jaquette de la VHS édité chez René Château m'avait fortement attiré ; même si heureusement je n'ai attendu qu'aujourd'hui pour le regarder.


Répondre

De Impétueux, le 23 octobre 2010 à 13:16
Note du film : 4/6

Exactement !! Très très mauvais film, mais – à mes yeux, en tout cas – absolument fascinant !

Contrairement à vous, je l'ai regardé une bonne demi-douzaine de fois (il est vrai aussi que ma dernière vision date d'il y a plusieurs années), et si je ne suis pas dupe de la roublardise voyeuriste de toute la troupe, je suis séduit par bien des séquences…

Et puis, voir jouer ça par le grand Vittorio De Sica, qui devait avoir besoin de quelques milliers de dollars pour combler une dette de jeu, est aussi un truc bizarre, assez malsain, mais instructif…


Répondre

De fretyl, le 23 octobre 2010 à 14:15
Note du film : 3/6

Tout est surprenant dans ce film. Jean Yanne à la production, Polanski que l'on croise dans la taverne, une intégration marxiste dans la lutte contre le vampire. C'est vraiment du grand n'importe quoi.

Malgré votre 0/6 j'ai quand même envie d'essayer De la chair pour Frankenstein, histoire de voir à quoi ça ressemble…


Répondre

De Impétueux, le 23 octobre 2010 à 14:24
Note du film : 4/6

Je vous le déconseille fortement, mais vous êtes un grand garçon !

Je viens de relire le long message que j'ai déposé sur Chair pour Frankenstein et je ne retire rien ! Autant le film sur le comte-vampire est curieusement attachant, autant celui sur le savant fou ne vaut pas tripette ! On dirait du Jésus Franco de quinzième ordre mais sans jamais de fulgurances…

Enfin ! Vous me direz votre avis ! Bon courage !


Répondre

De Impétueux, le 4 mars 2013 à 09:33
Note du film : 4/6

Je me suis encore une fois laissé avoir à regarder ce film ridicule et malsain, mixture indigeste de porno soft, d'images gore, de puérilités inimaginables, de prêchi-prêcha marxisant et de considérations oiseuses sur la décadence des mœurs et la de plus en plus douteuse virginité des jeunes filles.

Lorsque le film est sorti en France, en 1975, j'étais allé le voir parce que, à l'époque, rien de ce qui était vampirique ne m'était étranger : il y avait les successives dégradations du Dracula de la Hammer, avec un Christopher Lee de plus en plus à la peine du fait de l'indigence et de la répétitivité des scénarios (Les cicatrices de Dracula, Dracula et les femmes, Dracula vit toujours à Londres), les dingueries photogéniques et déshabillées de Jean Rollin (La vampire nue, Requiem pour un vampire, Lèvres de sang), l'intéressante, mais désinvolte réalisation de Jesus Franco, (Les nuits de Dracula), et une kyrielle d'autres films absorbés sans mesure dans les salles du Quartier latin (et notamment au Styx, rue Xavier Privas).

Parallèlement à cette mode sanguinolente, il y en avait une autre, plus prétentieuse et beaucoup plus ennuyeuse à quoi j'avais un peu cédé : celle de l'underground, le gloubi-glouba à la Andy Warhol, dont le prophète cinématographique était le réalisateur Paul Morrissey et le glauque héros Joe Dallesandro ; il y avait eu une trilogie, Flesh, Trash et Heat qui présentait le monde de la marginalité new-yorkaise, trilogie fortement teintée de prostitution homosexuelle cradingue, qui avait eu un succès d'estime et qui est certainement totalement oubliée aujourd'hui.

Toujours est-il que, sous le double empire du vampirisme et de la trouble fascination warholienne, Du sang pour Dracula ne pouvait pas échapper à mon œil vorace. Et je suis d'emblée tombé sous son charme bizarre, parce que, sûrement, le début du film, où se déroule le générique m'a semblé – et me semble toujours – magnifique, grâce à la photo nocturne, à la beauté ambiguë du comte Dracula (Udo Kier) et peut-être davantage encore grâce à la musique de Claudio Gizzi, artiste qui n'a pas donné grand chose d'autre au cinéma, sinon les partitions de l'épouvantable Chair pour Frankenstein, du même Paul Morrissey et de l'incongru Quoi ? de Roman Polanski. La musique de Gizzi est d'une douceur, d'une mélancolie, d'une harmonie triste telle qu'elle m'a fait penser à la sublime composition de Riz Ortolani pour Cannibal holocaust ; dans l'un et l'autre film les roublardises, complaisances, insuffisances de la réalisation sont magnifiées, presque effacées par la beauté de la musique. Étrange, non ?

Cette première séquence passée, on quitte le noir château des Carpathes pour se retrouver dans une demeure de Toscane, délabrée, mais splendide encore. Le marquis (Vittorio De Sica) et la marquise Di Fiore, aristocrates ruinés, affublés de quatre filles à marier : l'aînée, Esmeralda (Milena Vukotic), laide et montée en graine ; les deux suivantes, Saphiria (Dominique Darel) et Rubinia (Stefania Casini), deux nymphomanes enragées qui couchent entre elles et avec l'homme à tout faire du château, l'étalon marxiste Mario (Joe Dallesandro) ; enfin la benjamine, Perla (Silvia Dionisio), qui n'a que 14 ans.

Le comte Dracula, qui se présente comme très fortuné, se propose d'épouser une des filles, à condition, bien sûr, qu'elle soit vierge ; c'est naturellement pour s'en nourrir, le sang virginal lui étant seul digestible. Il éprouvera les pires mécomptes avec les deux cadettes, dont l'innocence n'est plus le fort depuis longtemps, le vigoureux Marco déflorera Perla avant que le comte puisse planter ses canines dans son tendre cou.

Restera Esméralda, qui n'espérait plus pareille occasion d'être déniaisée… et qui, après l'avoir été vouera à son initiateur un amour farouche, même lorsque celui-ci aura été découpé en cinq morceaux (le corps et les quatre membres) par la hache prolétarienne de Marco.

Bon. J'ai écrit un beaucoup trop long message pour ce film que je ne conseillerais à personne de regarder tant il est mal fichu, tant les présences d'acteurs comme De Sica (qui jouait, paraît-il, et avait donc toujours besoin d'argent) et Milena Vukotic y paraît singulière. N'empêche que cette nullité m'est chère…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter