Forum - Dans la ligne de mire - Avis
Accueil
Forum : Dans la ligne de mire

Sujet : Avis


De Patrice Dargenton, le 5 avril 2002 à 18:09

Un film sur le lien métaphysique existant entre un garde du corps et un criminel. Résumé sommairement : si les criminels n'existaient pas, les gardes du corps seraient au chômage.Patrice Dargenton (Mon site)


Répondre

De droudrou, le 15 octobre 2008 à 23:12
Note du film : 4/6

Je suis surpris qu'il n'y ait pas plus d'échanges sur ce film.

J'allais dire : "C'est un Clint Eastwood" mais en fait "c'est un Petersen".

Est-ce que l'histoire est crédible ou ne l'est-elle pas ? Pour ma part, je l'accepterai telle qu'elle nous est présentée sauf que nous entendons peu parler d'évènements de ce type qui créeraient une véritable paranoïa quant à la fonction présidentielle.

Il y a une enquête qui est bien construite où deux individus aux intérêts divergents se côtoyent de très près. Quant à l'ambiance qui peut exister au sein des services secrets, ce ne sera qu'une nouvelle fois où nous en entendons parler et l'Histoire fourmille de ces détails nombreux où les services ne s'appréciant pas et que, gardant certaines informations de façon très restreinte, on aboutisse à des drames. Ce genre de situation titille l'imagination des auteurs et fournit donc un cadre pour nous donner quelques bons moments de cinéma et de suspens, ce que nous apprécions tous.

Ce que j'aime dans ce film, c'est surtout la façon dont il est bâti à partir d'un fait divers (!!!) historique que les plus anciens du site ont certainement vécu de diverses façons. Pour ma part, ce jour-là, j'étais de service au chiffre et je peux vous assurer que les activités au sein du centre de transmission ont été conséquentes dans la mesure où nous étions relais avec les américains qui stationnaient sur notre secteur. Que l'assassinat de John Kennedy crée un cas vis-à-vis d'une des personnes chargées de sa protection rapprochée est un détail intéressant.

Que côté trucages, l'image nous ramène en 1963 avec un Clint Eastwood jeune est un détail qui mérite toute notre sympathie. Par contre, ensuite, le pistolet en plastique me convainct beaucoup moins mais ce sont surtout les séquences d'action qui ont trait à la protection du président qui, non seulement sont bien menées, mais qui m'ont intéressé le plus. Au niveau de Eastwood, quel talent à la fois de comédien mais aussi quel talent d'artiste dans la mesure où je pense que c'est lui qui est réellement au piano.

Les trois rôles principaux sont intéressants, chacun est confronté aux évènements à sa façon. Quant aux personnages secondaires, le cinéma américain nous a toujours habitué à leur présence et à leur importance dans le déroulement des diverses intrigues.

En fait, Dans la ligne de mire est un très bon divertissement pour passer une bonne soirée et se changer les idées.


Répondre

De Franckie, le 16 octobre 2008 à 11:50

Dans le ligne de mire n'est pas le film d'Eastwood le plus "convaincant" à mon avis… Il en a fait d'autres beaucoup plus "prenants", par exemple "Blood Work". Si vous voulez tout savoir sur Clint et rejoindre la communauté des "clintophiles", nous vous attendons sur le site et le forum consacrés à cet immense personnage qu'est Clint Eastwood : http://eastwoodclint.free.fr


Répondre

De Gilou40, le 9 avril 2011 à 17:41
Note du film : 5/6

Si Dans la ligne de mire n'est qu'un énième film d'action formidablement construit oû Clint Eastwood, roule des mécaniques, c'est avant tout un des plus grands films de l'immense John Malkovich. Car si "héros" il y a dans ce film, c'est lui ! Sans ce personnage rétif, tourmenté et d'une redoutable intelligence, le film ne vaudrait que pipe . Parce que la bougonnerie incessante de Eastwood lasse un peu. Certes il y a le côté Flic limite d'âge qui est abordé avec les précisions qu'impose le fameux naufrage, non pas de la vieillesse en l'occurence, mais de la fatigue d'un homme usé par un métier stressant et par un remord tenace. Mais cet espèce de crépuscule mal vécu par l'intéréssé et imposé par une hiérarchie revêche resterait bien morne sans les formidables coups de lazer de Malkovich, seul maitre à bord de ce film qu'il domine d'un bout à l'autre.

Malkovich est à l'aise partout ! Dans tout et pas dans n'importe quoi . Eastwood, lui, a besoin de jouer les cow-boys, au sens propre et figuré. Seule, la poignante Sur la route de Madison lui permit de s'illustrer dans un domaine plus tendre. Et quand il passera avec bonheur derrière la caméra, ses goûts se porteront plutôt dans un registre plus recherché que L'Inspecteur Harry ou L'Epreuve de force . Malkovich, en revanche, passe avec brio de The Virus, froid, glacial, des Ailes de l'enfer à la farce de Johnny English avec une facilité déconcertante. Il se permet même de venir écraser Depardieu et Clavier dans la navrante version des Les misérables de Josée Dayan. Vous me direz que le travail était déjà bien maché. C'est un acteur Majeur ! Et dans cette Ligne de mire, il est d'une "force" , d'une puissance de jeu qui nous scotche ! Nous nous attachons à cet espèce de Rambo, puisque lui aussi victime d'une guerre perdue et d'un peuple bien ingrât. Peut on évoquer la folie ? Pas si sur . Il veut partager un dernier baroud d'honneur, car certain de la nuit à venir, avec ce flic blasé et injustement mis au rencart comme il le fut lui-même. Dans la ligne de mire n'est pas qu' un film de flics. C'est le cri de désespoir d'une Amérique qui tue ses propres héros. Il est bon, quelques fois, de donner la parole aux fous qui osent dire les choses…Et dans ce domaine, Mitch Leary est irremplaçable. Et John Malkovich va chercher au plus profond de ses tripes le compost le plus puissant qui soit pour y assoir des vérités qui ne sont en rien apocryphes . Enorme ! L'acteur est au summum de son art ! Il me rappelle un peu le très inquiètant Steve Buscemi qui justement, dans Les ailes de l'enfer nous offre une magistrale diatribe sur la folie des gens dis normaux qui acceptent tout et n'importe quoi au nom d'un bonheur très incertain.. Et si ça fait froid dans le dos, nous ne prouvons qu'approuver même si notre morale bien apprise nous fait la gueule pour celà.

L'action est quand même rondement, très rondement menée. Les scènes de foules, malgré les trucages assez grossiers dénoncés dans les bonus, sont quand même une belle preuve de talent de la part de Wolfgang Petersen qui avait réalisé le merveilleux et terrifiant En pleine tempête dont je vous avais entretenu puis que j'avais effacé pour cause de fâcherie imbécile. Oui, film d'action très reussi mais une action qui n'est là que pour mieux nous faire attendre et enfin goûter le dialogue entre les deux hommes. Souvent, dans ce genre de film, on se plaint qu'il y ai trop de "parlote" entre les scènes d'actions. Içi, c'est tout à fait le contraire. On aimerait entendre ces deux "parias" échanger jusqu'à plus soif ! C'est un grand film. Et puis nous sommes toujours un peu frissonant quand, au coin de la plus petite fiction, nous entendons évoquer Dallas, Kennedy, 22 Novembre 63…Alors que plus personne ne frissonne quand on évoque Martin Luther King, Memphis, 4 avril 68 ou Lyon, Jean-Paul II, 13 Mai 81. Mais ce Dallas, c'est comme une tâche d'encre indélébile dans nos mémoires…Mystère. Mais prétexte encore à un grand moment de cinéma.


Répondre

De Tamatoa, le 12 octobre 2014 à 02:27
Note du film : 5/6

Que rajouter ? Pas grand chose sinon que les cinéphiles qui maitrisent parfaitement la langue de Shakespeare préfèrent, et on les comprend, les versions originales. Mais il faut ici louer le travail extraordinaire de justesse de Jean-Claude Michel et Gérard Rinaldi qui doublent merveilleusement Clint Eastwood et John Malkovich ! Leurs duels téléphoniques sont un régal dans le genre !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0047 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter