Forum - Mort de Claude Brasseur (1936-2020) - Décès de Claude Brasseur
AccueilMort de Claude Brasseur (1936-2020)
Forum : Mort de Claude Brasseur (1936-2020)

Sujet : Décès de Claude Brasseur


De vincentp, le 22 décembre 2020 à 18:57

Je retiens pour ma part son interprétation de Vidocq, personnage qui lui allait comme un gant.


Répondre

De verdun, le 23 décembre 2020 à 14:05

Encore un grand nom du cinéma français qui nous quitte en 2020.

L'histoire de Claude Brasseur, c'est celle d'un enfant de la balle devenu un grand acteur populaire. Comme le cinéma populaire français a perdu en qualité, on peut effectivement regretter la moindre qualité de ses derniers rôles.

Claude Brasseur a eu une très belle carrière, traversant 60 ans de cinéma et plus de 100 films. Mais paradoxalement c'est le petit écran, en particulier Marcel Bluwal, qui lui a permis de percer grâce à Don Juan et aux Nouvelles aventures de Vidocq.

Il a été dirigé par une grande partie des auteurs incontournables du cinéma français: Carné,Franju, Renoir, Deville, Costa-Gavras, Drach, Truffaut, Lautner, Sautet, Yves Robert, De Chalonge, Molinaro, Blier, Boisset, Girod, De Broca, Breillat, Berri, Annaud, Mocky et bien d'autres… Parmi tous ces films j'ai une préférence pour Une histoire simple de Sautet où il est parfait.

Mais, de mon point de vue, le talent de Claude Brasseur était de rendre agréables des films qui auraient été médiocres sans sa présence. Ainsi Un cave, Il faut vivre dangereusement, Monsieur Papa ou Légitime violence, pour ne citer que quelques titres visionnés ces derniers temps, n'ont guère marqué l'histoire du cinéma mais restent plus que regardables grâce à la prestation de Claude Brasseur. Même Camping est un peu moins mauvais grâce à lui.

Enfin, je voudrais signaler la bonne qualité de son livre de souvenir paru chez Flammarion en 2014: "Merci !". Plusieurs passages respirent l'intelligence et l'honnêteté, notamment celui-ci (page 109):

"Quelques années plus tard, en 1980, pour mon rôle dans le film de Robin Davis, La guerre des polices, j'ai obtenu un second césar, celui du meilleur acteur. Cette fois, j'étais en compétition avec Jean Rochefort, Yves Montand et Patrick Dewaere, qui était nominé pour Série Noire, d'Alain Corneau, dans lequel il livre une prestation magistrale. La plupart d'entre nous étions persuadés que le césar ne pouvait lui échapper tant sa performance d'acteur dans ce film était exceptionnelle. Alors je dois bien avouer que je n'avais pas prévu de texte de remerciement… J'ai pris ce césar avec une certaine distance car ce soir-là, je te le répète, c'est Dewaere qui aurait dû monter sur scène à ma place: j'avais l'impression que Patrick n'avait pas été élu uniquement parce qu'il avait eu quelques problèmes avec des journalistes et qu'il avait foutu son poing sur l'un d'entre eux… J'ai vraiment eu le sentiment que les votants avaient plutôt voté contre lui que pour moi…".

RIP M. Brasseur.


Répondre

De Arca1943, le 23 décembre 2020 à 16:00

« Et puis, en fait ni son père, ni sa mère ne se sont occupés de lui. »

Pas plus semble-t-il que son parrain Ernest Hemingway.


Répondre

De fretyl, le 23 décembre 2020 à 17:04

Il restera pour moi le petit Daniel de Un éléphant ça trompe énormément.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0036 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter